• Andalousie par SERGE

     

    Andalousie

     

     

    L'Andalousie est là

    Et toutes ses huertas,

    Ses steppes, ses oasis,

    Ses coupoles aux toits bleus,

    Ses figuiers épineux,

    Ses barques de caprices

    Ses chants mélodieux.

     

    Cloîtres aux orangers fleuris,

    Vierges cachées dans les roseaux,

    Porches de gloire anéantis.

    Près des charmilles de muriers

    Des parasols de grenadiers.

    Sur un lac bleu des échassiers,

    Et les rires des porteuses d'eau.

     

    Sanctuaires aux piliers d'albâtre,

    Des vieux ponts tendant leur dos

    Au-dessus des marais jaunâtres

    Et puis au loin de noirs toros,

    Des colonies d'oiseaux sauvages

    Monastères et gitanos

    Offrant danses ou bien présages.

     

    Malaga vaut au moins une ode

    Avec ses toits en pagodes.

    Châteaux dorés comme momies,

    Rio vidé comme un squelette,

    Filles félines aux yeux gris,

    C'est encore l'Andalousie,

    Une belle toujours en fête.

     

    Petit bistrot de Sévilla

    Fort joliment décoré

    De banderilles de corrida

    Têtes de toros empaillées

    Où l'on savoure la paella

    Et un vin andalou rubis

    Près d'un torero fini.

     

    Extrait du roman de Serge (Maurice Féaudierre) , Gitanes et toreros, 1952

     

    « Sans titre par SERGEGODEFROY, Pierre »

  • Commentaires

    1
    chtarna
    Samedi 10 Octobre 2009 à 21:18
    un pt'it texte de souvenirs.. désolé je suis incapable de le traduire en rom
    peut-être que quelqu'un en aura l'envie et le courage bise à tous et à ce sit

    Elle voyage dans sa mémoire sans bagage
    Elle voyage dans son grimoire et n'a plus d'âge

    des étoffes de toutes couleurs flottent au vent
    La poussière grise roule sous les caravannes
    grand tonneau de fer au milieu du camp
    d'ou s'élève fumée noir gaines de cuivre proie en flammes

    Moteur déféré voitures décharnées
    lancinantes odeurs d'huiles et de suies
    sourd bruit des marteaux sur tôle froissée
    grand remue-ménage des voyageurs de passage

    Elle voyage dans sa mémoire sans bagage
    Elle voyage dans son grimoire et n'a plus d'âge

    Horizon différent à chaque tour de roue
    beau ruban de caravanne sous le ciel
    douce caresse du vent le long de ses joues
    gai rassemblements de rires de fausses querelles

    Au temps ou les gens attendaient services
    son peuple traçait fière et libre non voleur
    cousins vanniers, rémouleurs, férailleurs
    métier futile survie du clan mis en péril

    Elle voyage dans sa mémoire sans bagage
    Elle voyage dans son grimoire et n'a plus d'âge

    Attendre des fils partient au bout d'la nuit
    comme elle aurait voulu les embrasser
    assoupie le sommeil la prend sans bruit
    bougie et ombres s'entrelacent s'invitent à danser

    mesure social 2 pièces dans la banlieue
    à piétiner sur elle même 3 pt'it tours
    elle ferme ces yeux survole les lieux
    tourne tourne paysage roule les roues
    encore...encore...pour toujours...
    2
    chtarna
    Samedi 10 Octobre 2009 à 21:21
    heu excusez moi je crois que j'ai poster mon texte au mauvais endroit
    3
    El bero
    Vendredi 16 Octobre 2009 à 10:13
    Bonjour Tcherna,
    Tous messages bienvenus. Surtout des poèmes et autres textes. Ils seront déplacés. Tu seras prévenue.

    Tchoums à toi !
    4
    nerina
    Mardi 20 Octobre 2009 à 23:05
    Même pas qu'elle s'
    5
    nerina
    Mardi 20 Octobre 2009 à 23:09
    On garde son calme, et on reprend !
    Je disais donc, même pas qu'elle s'appelle Tcherna, mais Chtarna ( étoile) la gadji.
    Tu as vu, j'hiberne pô !
    6
    chtarna
    Mercredi 21 Octobre 2009 à 22:17
    latcho dives nerina
    oui t'hiberne pas c'est bien chtarna mon pseudo
    gadji pas gadji ,rom, pas rom, voyageurs, yéniches, être ou ne pas être
    l'essentiel est de ne pas vouloir ressembler à qu'elqu'un mais d'être soi,d'être bien dans sa peau ainsi qu'avec les gens qui nous entourent, on grandi et on se construit à travers nos différente rencontre nos expériences..toute une vie pour ça.... alors la frontière des races pour moi n'existe pas. Je n'ai qu'un regret c'est de ne pas connaitre la langue romani parmi d'autres langues
    j'aurais peu être un jour le temps de l'aprendre à ma retraite... soit dans 21 ans, je garde l'espoir de ne pas être complètement gaga à ce moment là
    tchoum à toi
    7
    nerina
    Jeudi 22 Octobre 2009 à 00:16
    Bonjour Chtarna ( que j’écrirai perso, Chterna comme on le prononce),

    Aucun jugement négatif n’émane de ce commentaire, qui était un clin d’½il taquin et amical à l’administrateur de ce site. Désolée de t’avoir ne serait-ce qu‘un peu, outrée.
    Pour " la gadji", c’était un peu d’ironie, absolument rien de méchant. Pour moi il n’y a que des êtres humains sur cette terre. Après il y en a que je préfère à d’autres…
    Bonne nuit !
    8
    chtarna
    Jeudi 22 Octobre 2009 à 21:57
    hello! nerina en aucun cas je me suis sentie outrée
    je suis dotée d'un pt'it regard moqueur sur les autres et sur moi même
    par contre je retiens la prononciation de chterna j' vais pas m'empêcher d'aprendre....
    pour info: j'ai pratiqué pendant bon nombres d'année le ramassage des métaux
    dans des lieux allant du meilleurs au pire...avec mes frères... des liens nous unissent
    depuis ce temps là bien plus fort que mes propres liens de sang
    Vous souhaites à tous le meilleurs
    j' vais me coucher faites des beaux rêves en couleurs
    Tchoum @ + et peu-être à mon prochain texte
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :