• Au XVIIIe siècle, les Bohémiens comme des chiens galeux

    Plaids généraux du 9 novembre 1742 à Avançon

    ( G1004_5 aux A.D. de Reims)

     

     

    Extrait

    <?XML:NAMESPACE PREFIX = O /><O:P></O:P> 

    ARTICLE  IV

    <O:P></O:P>

            Défenses sont pareillement faites à toutes personnes de loger ou retenir Femmes & Filles débauchées, gens de mauvaise vie, sans aveu, & notamment ceux qu’on nomme vulgairement Bohémiens , leurs Femmes & enfans, & gens de leur suite, à peine de dix livres d’amende, & de répondes de tous les torts & dommages causez par tels gens enjoint aux Filles & Veuves qui auroient le malheur de se faire suborner, de déclarer incessamment leurs grossesses aux Officiers de Justice, même ceux ausquels elles les imputeront, & de conserver leurs fruits, sous peine d’être punis suivant l’Edit d’Henri II. conformement aux Arrêts des 12 Février & 16 Mars 1731.

     

    En savoir plus... 

     

    Jacques Callot, La halte des Bohémiens : (3/4) Les diseuses de bonne aventure,

    " Vous qui prenez plaisir en leurs paroles <o:p></o:p>

    Gardez vos blancs, vos testons, vos pistoles "

     

     

     

    Liens :

    Bohémiens en voyage, poème de Charles Baudelaire inspiré par Jacques Callot

    " Déjà fallait-il se méfier des Bohémiens ", comme le rappelle Émile Duville

    Un conte moralisateur pour se défier des Bohémiens : Boucles d'or, cheveux de jais

    « L'hiver 2006/2007, Bohémiens au XVIIIe siècleLe Génocide tzigane enfin reconnu en France ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :