• Boeuf manouche sur RTL 23H dimanche 25

     

    Joyeux Noël à tous

     

    CONCERT : BOEUF MANOUCHE

    Dimanche 25 décembre à 23.00

    L'heure du Jazz - RTL

        Avec virtuosité et bonne humeur, les musiciens manouches ne cessent de courir après leur idole : Django Reinardt. Jeux acrobatiques, accords fougueux, rythmes vifs, le concert diffusé dimanche soir (enregistré en public le 5 décembre) ne déroge pas à la règle. Pour fêter Noël, Jean-Yves Chaperon, ex-grand reporter d'Europe 1 aujourd'hui responsable des revues de presse sur RTL et animateur de L'Heure du jazz, avait convié à son micro les grands noms de la guitare gitane : l'étourdissant Tchavolo Schmitt (il a inspiré le réalisateur Tony Gatlif, notamment pour son film Swing), l'agile Angelo Debarre et le non moins véloce Romane.

    Chacun joue d'abord avec sa propre formation puis tous se réunissent pour un boeuf mémorable. Dès le premier morceau, Them there eyes, interprété par le Tchavolo Schmitt Quartet, les bravos fusent dans le studio. Cette musique procure instantanément une joie communicative. A la fin de chaque set, installé dans un coin du studio, Jean-Yves Chaperon interviewe les leaders. Tchavolo Schmitt : "C'est ma mère qui, alors que je venais d'avoir six ans, m'a appris mes premiers accords de guitare. Ce fut une révélation..."

    Quelques minutes plus tard, Angelo Debarre confie : "C'est amusant, je n'ai jamais parlé de cela avec Tchavolo, mais les choses se sont passées de la même manière et au même âge." Et il poursuit : "Dans nos familles, les hommes sont trop fiers pour apprendre quelque chose à leurs enfants. Mon père, mon oncle et mes frères ont attendu que j'aie acquis la technique pour me conseiller."

    Après une petite heure de swing incandescent, c'est au tour de Romane de décrire l'évolution de la musique manouche. "Elle ne peut rester sur place, dit-il avec malice, elle doit avancer avec d'autres cultures. Picasso n'a pas peint des lapins et des biches toute sa vie !"

    Au cours de la soirée, l'ambiance monte crescendo. Aux feux des guitares s'ajoutent les braises allumées par les batteurs, le violoniste et l'accordéoniste. Et tous, grâce sans doute à leur rigueur rythmique, nous entraînent dans un monde où la notion de temps n'existe plus.

    Anne-Marie Gustave 

    « Biréli Lagrène & Gipsy ProjectBAYOL, Jeanne »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :