• Bronislawa Wajs, poétesse malgré tout

     

     

    Bronislawa Wajs, "Papusza"

     

     

    Bronislawa Wajs, poétesse malgré tout           Bronislawa Wajs, poétesse malgré tout

     

     

                 Durant sa vie, la poétesse rom polonaise, Papusza (poupée en rromani), publia plus de 30 recueils qui sont parus, par exemple, chez Julian Tuwim ou Jerzy Ficowsky. Pendant la guerre, sa poésie était un puits intarissable de la morale rom, du courage et, aussi, de l'espoir en un avenir meilleur. C'est pourquoi elle demeure encore aujourd'hui populaire parmi les Roms européens.

         Née en 1910 dans une famille de nomades harpistes, Bronislawa Wajs, dite "Papusza", apprit à lire et écrire en cachette lors des haltes hivernales, puis, après avoir commencé à chanter très tôt, composa des ballades en puisant dans la grande tradition tzigane du récit improvisé. Elle fut aimée et célèbrée pour son talent, jusqu’au jour où ses poèmes furent publiés dans une revue par un poète polonais, Jerzy Ficowsky. Papusza avait abandonné la vie nomade bien avant la mise en application d’un programme de sédentarisation des Tziganes imposée par le gouvernement dans les années cinquante. Or, on se servit malgré elle de la publication de ses poèmes pour en faire un exemple d’assimilation réussie, justifiant le bien fondé de ce programme appelé "La Grande Halte". La loi tzigane fut inflexible : rien de la culture rom ne devait être figée sur du papier. Papusza fut jugée pour avoir bravé l’interdit en écrivant ses poèmes et pour avoir trahi son peuple en collaborant avec des "Gadjé". Elle fut exclue, bannie à vie, elle mourut trente ans plus tard dans l’oubli total ; « Evitée par les membres de sa propre génération, elle fut inconnue de la suivante ».

     

     

    Bronislawa Wajs, poétesse malgré tout

    Soirée poésie le 20 avril 2018, en l'honneur de Papusza qui aurait 110 ans

     

     

    Faites d'ores et déjà connaissance avec Papusza ici, émission radio du 22 mai 2014 :

    https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/Papusza-liseuse-de-bonne-aventure

     

     

    **********

     

     

    Titre original Phuv miri me som ćhaj tiri (Ma terre, je suis ta fille 


     

    O terre, O forêt,
    Je suis votre fille.
    Bercée au son des arbres, rythmée au bruit du sol.
    La rivière me transforme telle une mélodie
    dans une chanson tzigane.
    Je rejoins les montagnes,
    dressées haut dans le ciel,
    J’ai mis ma plus belle jupe,
    cousue avec des fleurs,
    et j’exalte, avec toutes mes forces,
    cette terre polonaise, rouge et blanche !

    Mais terre, tu es en larmes !
    criblée par la douleur.
    Mais terre, ton rêve pleure !
    tel un petit tsigane
    venant naître sur ta mousse.
    O terre, pardonne-moi de t’avoir blessé
    par mes chansons amères,
    par la souffrance tsigane.
    Faisons de nous deux un seul corps,
    après tout, quand je mourrai, tu m’accueilleras !

     

    Terre noire de la forêt,
    sur toi j’ai grandi,
    dans ta mousse je suis née.
    Au milieu de toutes ces créatures,
    qui ne cherchaient qu’à mordre
    mon jeune corps.
    O terre, tu prends dans ton sommeil,
    mes larmes et mes chansons,
    O terre, tu absorbes ma tristesse et mes joies.
    Terre, je crois en toi, profondément.
    Je peux mourir pour toi.
    Personne ne pourra t’arracher de moi
    et je ne te donnerai à personne.

     

     

    Page mise à jour dernièrement le

    24/03/2018

     

    Liens :

    * La soirée poésie en l'honneur de Papusza a lieu dans le cadre de la journée tzigane à Vendômehttp://filsduvent.kazeo.com/Journée-tzigane-a-Vendôme-le-20-avril-2018-a135351102. Elle est co-organisée par l'association du Cercle des Poètes Retrouvés en Vendômois (CPRV) et partenariat avec le site des Fils du Vent Sans Pays (Http://filsduvent.kazeo.com)

     

     

    * Le livre de Colum McCann, Zoli, inspiré de la vie de Bronislawa Wajs : http://filsduvent.kazeo.com/Mccann-Colum-a121151392

    * Colum McCann a découvert Papusza à la lecture de l'ouvrage Enterrez-moi debout ! par Isabel Fonseca : http://filsduvent.kazeo.com/Fonseca-Isabel-a121151396

    * Toute la force du dicton hongrois : Un tsigane sans cheval... : http://filsduvent.kazeo.com/Tsigane-sans-cheval-a121151740

    * La page consacrée à l'art tsigane en général sur Filsduvent.kazeo http://filsduvent.kazeo.com/l-art-tsigane-c27543236/15

    « Circulaire N° NOR INT/D/07/00080/C Voyageurs : procédure de mise en demeure et d'’évacuation forcéeDaniel Chanet, un très bon maire à Vendôme »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    3
    Zoila
    Lundi 12 Février à 03:53

    tradução errada!

    2
    Zoila
    Lundi 12 Février à 03:52

    EU DISSE: QUE É LAMENTÁVEL! Porem,  a Tradição quase sempre fala mais alto!

    1
    Zoila
    Lundi 12 Février à 03:49

    Élamentável! Porem, a tradição quase sempre fala mais alto.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :