• Corto Maltese, en partie Gitan par sa mère

     

     

    Nom: Maltese
    Prenom: Corto

    Né en 1877 à Malte


    Nationalité: Britannique Corto Maltese, kuva albumista Tango

     

        Corto Maltese est le fils de la très belle et célèbre Niña de Gibraltar dont Ingres a peint le portrait et d'un marin des Cornouailles.

     

    Sa mère lui transmit son côté gitan, il grandit dans un milieu baigné de magie, de l'art de lire le passé et l'avenir dans les cartes ou les lignes de la main, et d'habitudes étranges héritées du temps où les Maures habitaient l'Espagne.

     

    Son père, originaire d'une terre de pirates, de sorciers, de fées, de fantômes canaille, lui communiqua involontairement des bribes du monde celtique à travers un mot, une gifle ou une caresse.

    Il passa une grande partie de son enfance et de son adolescence à dévorer des romans d'aventure comme ceux de Stevenson ou de Melville.

    Un détail cependant préoccupait sa mère : Corto n'avait pas de ligne de chance.

     

    ''No te preocupes, Niña'' lui répondit-il un jour où elle le mettait en garde ; '' la chance, c'est moi qui la fais''.

     

    Il alla chercher le rasoir de son père et traça un profond sillon sanglant à l'endroit même de la fameuse ligne.

    Puis, vers vingt ans, il partit vivre lui même les aventures qu'il n'avait fait que lire jusqu'à present; il fit la connaissance de Jack London à Port Arthur (aujourd'hui Lüshun, au Japon), pendant la guerre russo-japonaise (1904-1905); et aussi celle de Raspoutine, alors déserteur de l'armée russe, et qui allait par la suite devenir un personnage central des aventures contées par Hugo Pratt.

     

    (cf '' Corto Maltese : La jeunesse '', Hugo Pratt, Casterman 1985)



     

    Pour ceux qui veulent en savoir plus :

    Interview imaginaire de Corto dans l'ouvrage Pratt par Claude Moliterni :

    Corto Maltese : Je suis le fils d'une Gitane andalouse et d'un marin anglais. Je suis né en 1887 à Malte hors des cadres de la loi... Ma mère, la très belle et fameuse Nina de Gibraltar, qui était putain, ne s'est jamais intérogée sur les vertus du mariage...

    Corto Maltese : ...Oui, je suis un bâtard, pas le bâtard vindicatif qui cherche à prendre sa revanche sur la société, ni le traître des feuilletons, honteux de sa naissance illégitime... Je ne suis pas non plus le bâtard dont on découvre à la fin de l'aventure, grâce à une médaille qu'il porte au cou, qu'il est le fils du prince de l'endroit... Non, je suis tout simplement un enfant naturel, heureux d'exister... Mes parents, s'ils ne se sont pas inquiétés de mon éducation, m'ont légué un grand héritage... De ma mère, j'ai reçu l'amour de la liberté, la science des cartes, ces cartes magiques qui dévoilent les secrets de l'avenir et même du passé... et puis la musique, et plus particulièrement la guitare...

    Corto Maltese : J'ai hérité aussi de ma mère le goût des couleurs... mon père n'a pas été moins généreux... quoique ses séjours fussent trop brefs lorsqu'il venait à Malte... Cet homme était originaire Cornouailles, terre de sorciers, de pirates, de fées, de corbeaux et de fantômes... Chaque fois qu'il me parlait, il me transmettait une parcelle de l'univers celtique qui était le sien...

    Corto Maltese : ...Pour ce qui est de l'instruction, celle que l'on donne dans les écoles, ce fut le rabbin de Malte, un des amants de ma mère, qui me la donna... Il m'a fait entrer gratuitement dans son collège hébraïque...

    Corto Maltese : Mes lectures favorites, Joseph Conrad, R.L. Stevenson, Herman Melville, Jack London que j'ai rencontré dans ma jeunesse... Ces lectures m'ont incité à voyager... Mes dons magiques m'ont permis de lire plusieurs livres avant que ceux-ci soient écrits... Par exemple, les Junglemen, Terry and the Pirates... J'ai même vu des films... Là, je désirais y trouver des idées d'aventures...

        Ma mère, la Nina de Gibraltar, était fière de moi... A quinze ans, je mesurais un mètre quatre-vingt... ma taille actuelle, j'étais brun, j'avais les pommettes saillantes et des lèvres épaisses... A cet âge-là, je portais déjà un anneau à l'oreille gauche... Ma mère, souvent, lorsque je rentrais le soir, je la trouvais sur les marches de l'escalier de pierre de la maison où nous vivions, elle fumait un long cigare et là elle me demandait à quel moment je comptais partir à travers le monde... puis elle prenait ma main et cherchait ma ligne de chance... Ma mère se désolait : "Quelles catastrophes, quels malheurs t'attendent, que cache cette paume lisse ? " Je lui répondais en riant : " Ne te préoccupe pas, Nina, ne t'en fais pas... La chance, je me la fabrique tout seul... " C'est ce jour-là que je pris un rasoir et, d'un coup de lame, sur ma paume gauche, à l'endroit où aurait dû sinuer la ligne de chance, je me suis fait un profond sillon sanglant... Ce jour-là, j'ai quitté Malte pour l'aventure.

    Corto Maltese : Pendant de longues années, je n'ai pas écrit à ma mère... et puis, de passage à Hong Kong, j'ai écrit une lettre, une autre des Caraïbes... puis de Russie... Je lui racontais ma rencontre à Port Arthur avec Jack London, j'ai même rencontré un jeune homme dans un village du  Caucase qui disait s'appeler Staline... Puis je ne lui ai plus écrit, elle me savait heureux... Je sais qu'elle a appris par un de ces marins de passage que j'étais le patron d'une goélette, Les Trois Saintes Maries... Cette goélette s'est fracassée quelque temps après contre les rochers dans les mers du Sud... Et puis un jour, un catamaran qui fendait les eaux au large des îles Fidji aperçut un homme à la mer... C'était moi... C'est comme ça que j'ai fait mon apparition dans la bande dessinée... Vous connaissez la suite.

     

    Interview réalisée avec la complicité d'Alberto Ongaro

     

    Liens :

    * La prostitution, un sujet oh combien tabou chez les Tsiganes mais qui existe là comme ailleurs : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1186200

    * Cartomancie et lignes de la main : petits métiers de Bohémiennes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1660899

    * Culture tsigane : musique, danse, chant, etc... : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=597947&coms=597947

    * Sur les Gitans et Gitanes qui fument et pourquoi : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1666077

    * Lire dans les lignes de la main, un métier des Bohémiens, Gitans : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1660899

    * Superstition de Corto Maltese : l'héritage de sa mère tsigane : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1779363

    * Les Saintes-Maries-de-la-Mer, un rendez-vous spirituel tsigane : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=679088

     

    * Actualité de la bande dessinée voyageuse sur le site des Fils du vent sans pays : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=articles&rub=315073

    « La tomate russe Tzigane GipsyModou, la Tzigane »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :