• Deux poids, deux mesures III : pourquoi je m'gènerais

     

    Albert Vatinet hors-la-loi

     

     

         Alors que les communes françaises sont tenues d’accueillir les gens du voyage, Albert Vatinet, maire de Bormes-les-Mimosas (Var), ville habituée à accueillir le Président et sa suite en vacances au Fort de Brégançon, a pris sa plume pour inciter ses collègues à ne pas laisser les gens du voyage s’installer dans leurs municipalités. Il donne même des conseils pour éviter tout « envahissement ».

    Problème : c’est illégal. Bormes-les-Mimosas compte près de 6 300 habitants. Or, la loi du 05 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage oblige les communes de plus de 5000 habitants à « mettre à disposition des gens du voyage une ou plusieurs aires d’accueil aménagées et entretenues ».

    Dans une lettre datée du 4 juillet, Albert Vatinet (divers droite) se plaint de « l’envahissement » de sa commune par des gens du voyage qu’il ne nomme pas comme tels:

    « Environ 450 personnes vivent désormais, en toute illégalité, à proximité de nos paisibles concitoyens. Combien durera leur séjour? Seule la volonté de ces citoyens hors-loi le décidera. »

    Pour se débarrasser des intrus, le maire donne des astuces:

    « Protégez tous vos terrains, privés ou communaux, labourez-les, rendez-les inaccessibles, ne comptez que sur votre équipe municipale, vos services et vous-même pour sécuriser vos concitoyens. »

    Dans tous les départements, le préfet et le président du Conseil général, en concertation avec les élus municipaux, élaborent un schéma départemental d’accueil des gens du voyage pour prévoir les aires de stationnement à réaliser.

    Jacques Laisné, préfet du Var, est cité à la fin de la lettre. Le maire de Bormes-les-Mimosas revendique son soutien. Contacté par Rue89, le préfet a opposé un démenti formel et s’est déclaré « du côté de la loi ».

    La population locale est hostile et les faits divers se multiplient

    Dans cette région, la situation des gens du voyage est extrêmement précaire. Les caravanes s’installent sur des terrains qui ne sont pas prévus à cet effet et cristallisent ainsi l’hostilité de la population et des autorités.

    A Marseille, au mois de juin, Rue89-Marseille revenait sur le passage à tabac de trois Roms suite à une rumeur propagée par SMS: un texto annonçait la disparition d’enfants dans le but d’alimenter un trafic d’organes, soi-disant organisé par la communauté Rom de la ville.

    Autre exemple, la ville d’Aix-en-Provence a profité de la torpeur du mois de juillet pour demander l’expulsion d’une cinquantaine de personnes, dont une trentaine d’enfants, qui occupent un terrain communal sur le plateau du Réaltor, à proximité de la gare TGV d’Aix-en-Provence (située à un quart d’heure du cv d’Aix).

    D’autres événements, plus dramatiques, sont survenus ces dernières semaines. En mai, à Draguignan, un gendarme a abattu un jeune Tzigane de 27 ans qui avait sauté par une fenêtre pour tenter de se soustraire à sa garde à vue. Vendredi 25 juillet, deux hommes ont été tués lors d’une fusillade dans le camp de la Ripelle, au Revest-les-Eaux, près de Toulon, où vivent deux cents personnes sédentarisées. Les coups sont partis après une querelle de voisinage. Les habitants ont alors reproché aux autorités de laisser pourrir la situation.

    « Une cabale des maires du département contre les Tziganes »

    Alain Fourest de l’association Rencontres Tsiganes, dénonce la mauvaise volonté des élus du Var et fustige la stigmatisation de cette population:

    « Les élus sont en situation illégale depuis des années et leurs positions sont inadmissibles. Aucun terrain d’accueil n’a été ouvert dans le département et aucune aire ne va être ouverte avant l’année prochaine. »

    Il y a un mois, lors d’une réunion publique de la commission départementale d’accueil des gens du voyage, le militant a constaté le racisme de certains maires:

    « Il y a une cabale des maires du département contre les Tziganes. Il y en a un qui dit ne pas vouloir de « ces gens qui cassent tout » et qui leur a proposé de faire du tourisme dans les campings. »

    De son côté, Albert Vatinet n’a pas souhaité répondre aux questions de Rue89.

    Article tiré du site d'infos marseillais en ligne Rue89, en date du 28/07/2008

     

    Inutile de dire que de telles pratiques mériteraient la démission pure et simple de ce maire félon de la République, prêt à tout pour s'accaparer l'éléctorat et ainsi garantir son avenir et ses rentes personnels. D. Toulmé

     

    Liens :

    * Deux poids, deux mesures, Acte 1. L'inégalité des peines selon que l'on soit puissant ou pas : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=721278

    * Deux poids, deux mesures, Acte 2. Un second article tiré du Canard Enchaîné, Injures racistes au tribunal de Nîmes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1234005

    * Le racisme exacerbé dont sont victimes en tout premier lieu, les Tsiganes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=373859

    « Le 8 avril fête des Roms à Paris, comme si vous y étiezUn diaporama odieux sur le Samudaripen des Tziganes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :