• Franceschi préfère les nomades

     

     

       "J'ai toujours aimé les nomades. Libres, sans attache, ne possédant rien à quoi ils tiennent vraiment, méprisant le monde mercantile et l'engourdissement du confort, pouvant tout risquer puisque n'ayant rien à perdre, ils sont les seuls encore capables de tout vivre et de tout remettre en question... Partout où je vais, je cherche les derniers nomades pour écouter ce qu'ils disent. Puisque être nomade est un état d'esprit bien plus que l'habitude de bouger."

     

    " Mon modèle est devenu le nomade, celui qui ne possède rien, et parce qu’il n’a rien à perdre, peut tout entreprendre. "

    Patrice FRANCESCHI

     

    Je partage ces pensées de Patrice à qui je pense tout là-bas sur son bateau "La Boudeuse", découvreur d'aventure. Et des fois, j'en ai marre d'être ici à me morfondre. Un de ces jours, le vent m'emportera moi-aussi :

    http://www.la-boudeuse.org/home.htm 

     

    Le trois mats La Boudeuse, 42 m de long

    « Voyageur par Antonio MachadoFranceschi, Patrice »

  • Commentaires

    1
    visiteur_petite mano
    Mercredi 10 Mai 2006 à 21:30
    voila quelqun qui parle bien , je suis tous a fait d'accord
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :