• Jeune Rom brûlé vif en Italie

    Incendie dans un camp de Roms à Naples (Napoli), en mai 2008

    Un jeune Rom brûlé vif à Sesto San Giova (Italie)


    Milan, le 24 septembre 2008

    Pendant combien de temps allons-nous ignorer la persécution des roms en Italie ? Pendant combien de temps encore allons-nous écrire de manière "prudente" à propos des incendies criminels perpétrés par des racistes dans l'intention de tuer des "gitans" et les faisant passer pour des accidents dûs à des systèmes de chauffage ou d'éclairage innapropriés ? Combien de temps encore allons-nous nous abstenir de compter le nombre d'enfants roms qui par année meurent de froid, de faim et/ou d'infections sur "leur" campement ?

    Combien de temps encore persiterons-nous à dire que les femmes, les faibles et malades "seraient de toute façon morts", et finalement admettre qu'ils ont été tués par un courant italien épris de haine raciale ? Combien de temps encore les antiracistes vont prendre le problème de manière si prudente ? Combien de temps vont-ils (les gitans) se laisser intimider ? Combien de temps encore, allons-nous être effrayés d'appeller l'oppression des roms "la nouvelle Holocauste" ?

    La nuit dernière à Milan, dans les anciennes usines de métal Falck de Sesto San Giovanni Ciprian, un jeune rom de 13 ans a été brulé vif. Il vivait avec sa famille dans des conditions d'une intolérable marginalisation et de pauvreté. Sa famille ne pouvait retourner en Roumanie où elle ne possédait rien. Une bougie est tombée sur le lit improvisé dans lequel dormait le jeune garçon, il périt dans les flammes. Les familles roms de Sesto San Giovanni n'ont pas l'électricité; et c'est pourquoi, ils ne peuvent pas chauffer, ni éclairer de manière sécurisée. Ils font tout leur possible pour éviter de mourir de froid. Ils n'ont pas eu d'assistance, juste la répression policière. Les pompiers, qui sont arrivés sur place après minuit, ont trouvé le corps carbonisé du jeune garçon. Combien de temps encore allons-nous considérer ces évènements comme des accidents et non comme des non assistances à personnes en danger ? Combien de temps encore allons-nous soutenir que nous n'avons rien à nous reprocher ?

    Roberto Malini, écrivain et chercheur sur l'Holocauste



    Pour plus d'informations (en anglais et italien) :
    Gruppo EveryOne
    www.everyonegroup.com/it

     

     

     

    Liens :

    * Le samudaripen, l'holocauste des Tsiganes par les Nazis : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=244383

    * La honte de la République : lorsqu'il y a une justice à deux vitesses, l'écart se creuse entre les nanti et les autres, c'est la page suivante de la rubrique : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=2005265

    « Vaclav Havel et les RromsLa Banque des Romanichels a-t-elle fait faillite ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :