• L'anticipation comme alibi à l'anti-tsiganisme

    L'édito de l'été 2006, frondeur... mais plein d'espoir

    De tous temps dénigrés

     

    Nomades par Fabian Perez - huile sur toile, 2001 (d'après une photographie de Jan Yoors)

     

        "Les nomades n'ont qu'un ersatz de maison : une tente ou une roulotte. Aussi n'ont-ils qu'une apparence de civilisation. Ce sont des êtres inachevés, instables dans le bonheur comme dans le crime. Ils n'ont pas d'avenir, ne laissent pas trace de vie ni de création sur leur passage. Il y aura toujours la guerre entre les enfants d'Attila et les fils de la Louve. Les nomades ne commenceront à exister vraiment qu'en devenant sédentaires.

    Quelle que soit la bénignité de sa nature, un vagabond finira toujours par se comporter comme une bête. L'errant est forcément associal, anormal, dangereux. La méfiance bourgeoise - si vigoureusement stigmatisée et ridiculisée par tous les conformismes gauchistes qui se sont succédé depuis le romantisme - contre le chemineau, contre quiconque n'a " ni feu ni lieu ", cette méfiance est saine et justifiée : plutôt que de la moquer, il faut la renforcer. "

    Page 19

    dans Ces maisons qui tuent par Roger de Lafforest, Robert Laffont, 1972.

    (classé prudemment par l'éditeur dans la collection "Les énigmes de l'univers")

     

          Je comprends que ce texte vous fasse bondir et pourtant, il est bien paru en France, il n'y a pas si longtemps... Son seul mérite fut alors d'aller à l'encontre des idées du temps (power flower, Beatniks, etc.). Mais, de dire que la méfiance bourgeoise est saine et qu'il faut la renforcer, il n'y a pas plus conformiste et réactionnaire, contrairement à ce que dit le texte. Et cela n'est pas affaire de parti politique. Combattre ce cliché aurait été autrement novateur et constructif.

     

    En effet, que de poncifs à combattre ici. Et c'est une preuve de faiblesse qu'une culture dominante attaque ainsi ces gens sans droit, sans parole. Faiblesse de l'imagination et peur du lendemain. Lorsqu'on est fier de ce que l'on est et de ce que l'on vit, on a envie de s'ouvrir et de le faire partager aux autres...

     

    « Humour glauque, limite racisteVoyage au bout de l'absurde sédentaire »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :