• L'esprit d'Alexandre Romanès

     

    Si vous cherchez un livre à la fois drôle et grave à offrir à tout âge, voici ce qu'il vous faut :

     

     

    Un peuple de promeneurs

     

     

    Quelques extraits :

     

    Je suis souvent dans la lune. Il m'arrive de quitter la pompe à essence ou le restaurant sans payer. Comment expliquer, quand on est gitan, que l'on n'a pas voulu voler ?

     

    **********

     

    Moi qui était si misogyne, je ne fais que des filles. Dieu m'a donné une bonne leçon que je méritais et il m'a fait un grand cadeau que je ne méritais pas.

     

    **********

     

    En Espagne, les tigres de mon cousin Roland s'étaient échappés. On les retrouve tous, sauf un. Après quinze jours de recherche, on le retrouve dans une ferme à l'écart, tenue par une vieille femme. Quand on lui a demandé si elle n'avait pas eu peur du tigre, elle n'a rien compris. Elle trouvait qu'il mangeait beaucoup de poules et qu'il était bien gros, mais elle voulait le garder. Jamais, disait-elle, elle n'avait vu un chat aussi beau.

     

    **********

     

    Mon cousin Roland allait chez le dentiste avec une corde, il lui disait : "Monsieur, ou vous m'attachez, ou vous prenez le risque d'être battu."

     

    **********

     

    Si je dois être avec des imbéciles, hommes ou femmes, je choisis les femmes : c'est moins lourd.

     

    **********

     

    Il est tout à l'honneur des Voyageurs, forains et autres gens de cirque.

     

     

     

     

     

    Alexandre Romanès, Un peuple de promeneurs, Le Temps qu'il Fait, 2000.

    Plus de renseignements...

    « N'oublions pas Aung San Suu Kyi et Ingrid Betancourt, deux femmes éprises de liberté et de véritéLa caravane, on n'en parle pas assez ! »

  • Commentaires

    5
    Nouzri
    Lundi 24 Mai 2010 à 15:56
    j'ai lu "Un peuple de promeneurs" j'ai aimé, je sais une chose c'est que, Alexandre Romanès ne parle pas la romani (et c'est lui qu'il le dit) même en apprenant un peu chaque jour avec sa femme qui est rom, ça l'empêche pas de faire des erreurs, bah oui! comme tout le monde.

    quelque ex. dans mon romanés

    pral vavér dives "après-demain, avant-hier"
    (an) o tsiro ke vela "futur"
    o bersh ke vela "l'année prochaine"
    o kurko ke vela "la semaine prochaine"
    o tchon ke vela "le mois prochain"
    4
    nerina
    Dimanche 23 Mai 2010 à 23:41
    Prend moi pour une idiote Denis, ne te gêne pas ! Je ne suis même pas étonnée de ta réponse !
    Monsieur Alexandre Romanès ne détient pas la science infuse et je sais faire la différence entre le sens propre et le sens figuré. A la façon dont il s'est exprimé c'est bien du mot "lendemain" qu"il disait ne pas être dans le vocabulaire gitan ! si c'était dans le sens " nous vivons au jour le jour" alors il s'est très mal expliqué. L'erreur est humaine Toulmé !
    Nous ne somme pas des papillons. Comme tous être humain nous espérons un avenir meilleur pour nous, nos enfants. Futur/ dourh An tsiro ! Si nous désignons le futur c'est qu'il a son importance chez nous aussi !
    3
    Dimanche 23 Mai 2010 à 23:12
    Quelle science Néri !
    Je pense qu'Alexandre n'a pas voulu dire demain, ni demain matin. Il a voulu dire "lendemain" dans le sens de futur. Et en effet la culture des Tsigane est de l'instant présent. le futur n'a pas de sens...
    Tchoums
    2
    nerina
    Jeudi 20 Mai 2010 à 21:29
    Tiens, je l'avais oublié ce texte ( l'auxiliaire de vie, lol).

    Enfin voilà, je viens de voir aux infos un reportage sur Alexandre Romnès et ses poèmes.
    Soulignant que la socialisation des gitans n'était pas utile à long terme, Il a fait une erreur en affirmant que dans la langue tzigane le terme "Lendemain" n'existait pas.
    Hors nous disons "Taïssa" plus verbe conjugué au passé qui signifie "hier"
    "Taïssa" plus verbe conjugué au présent ou au futur qui signifie "Demain"
    "Taïs'sarla" demain matin/ hier matin

    Voilà c'est tout. Mouts.
    1
    visiteur_Stella
    Mercredi 16 Janvier 2008 à 16:37
    L?Auxiliaire de vie


    Lors de l?épreuve orale visant l?obtention du diplôme d?état d?auxiliaire de vie sociale
    Une révélation s?imposait à moi, E.T a procréé avant de retourner maison!
    Là devant moi, affalées sur leurs chaises, deux membres du jury.
    L?une dont l?alopécie particulièrement mise en évidence sous la lumière d?un néon, captait par hypnotisme toute mon attention, un peu comme ses figures géométriques, se déplaçant sur l?écran d?un ordinateur en veille.
    L?autre visiblement frustrée par les nuits inexistantes d?assouvissement de ses fantasmes;
    cherchait le regard approbateur de la dégarnie, afin de la consolider dans ses tentatives de déstabilisation, face a une argumentation bien trop savante pour leurs pavillons auditifs.
    Le verdict est tombé, malgré mon expérience en la matière je ne correspondais plus au profil d?une auxiliaire de vie, mais à celui d?une psychologue, où d?une infirmière!
    Bien qu?honorée du fait que mon intelligence innée et mes grandes capacités intellectuelles ne leurs aient pas échappés, Je tentais par ma modestie légendaire, de leurs faire prendre conscience de la limite de mes ambitions, en vain!
    Je venais donc d?être officieusement informé, du résultat négatif de ma participation a ce concours. Certes cela m?évitait les douleurs abdominales tant redoutée dans l?attente du courrier annonciateur.
    N?étant pas rancunière je mets à leurs dispositions mes soudains dons psychologiques et médicaux afin de faciliter leur intégration parmi les terriens.
    A cette chère frustrée, je préconise: la recherche à l?aide des pages jaunes de l?annuaire, d?un vétérinaire téméraire, près à relever le défi de lui redresser la mâchoire dont la dentition défaillante
    n?est pas sans rappeler celle d?un célèbre lapin dont je terrai l?identité, afin de ne pas léser ses concepteurs.
    Quand à la martienne chauve, bien qu?un balai a frange devrais venir à bout de son crâne imberbe, il serait judicieux d?envisager la greffe d?un masque de plongé sur ses deux globes oculaires, et enrayer ainsi leur néfaste luminosité.
    Mesdames , mon diagnostique est alarmant. Vous souffrez de ce que l?on appelle dans notre jargon, d?auto lynchage cérébrale. Certes une variante a été décelée chez quelques rescapés de Roswell employés à la caisse des impôt. Malheureusement celle dont vous souffrez, s?avère particulièrement grave et irréversible.
    Une retraite anticipée en votre vaisseau mère s?impose!

    Voilà ce que j?aurai dû leur balancer a ces immigrés galactiques!
    Et même pour vous montrer ma bonne fois, j?aurai terminer en leurs proposant mes services afin d?alléger leurs quotidiens, en m?employant , comme auxiliaire de vie!

    Pour la petite histoire, ma fille suivant des cours d?art dramatique au conservatoire, m?annonce il y a deux ans, que son professeur laisse libre cours aux élèves quand aux choix du texte qu?ils interpréterons à l?examen permettant le passage en classe sup.
    Lori, dotée pourtant d?un altruisme pathologique, me confie vouloir travailler sur un texte satirique, et pour reprendre ces mots « vraiment un truc méchant »; je décide donc de la soutenir dans son choix.
    A j-5 nous voici en quête d?auteurs, dont la vocation serait d?accoucher du diable par la bouche!
    Impossible pour elle de s?arrêter sur un choix, pas assez méchant, trop long, trop cour etc. etc.
    Elle me regarde d?un air malicieux, et me demande de lui écrire ce « truc méchant »
    Je m?y attelle donc en ressassant l?épisode ci-dessus, que j?ai réellement vécu.
    Ma fille a obtenu un bien+ pour son interprétation et les félicitation du directeur!
    Moi, la satisfaction de tomber nez a nez avec la piètre réplique de notre célèbre lapin, dont la fille suivait les mêmes cours que la mienne, et qui m?adresse, ses compliments!



    Stella
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :