• Le Bolloc'h et sa guitare pour la rumba gitane

     

     

    Yvan Le Bolloc'h

     

    Vous l'aviez connu chroniqueur de la bande à Ruquier ou acteur de la Caméra Café. Il s'éloigne du monde la télé avec son spectacle de guitare.

     

    Photo : Ouest-France

     

     

    [...] Son rêve était d'assimiler le fameux mouvement des gitans, le « compas », où les doigts jouent à la fois sur les cordes et la caisse de la guitare. Après Caméra Café, il voulait profiter d'une année sabbatique pour s'y mettre. « Comme je suis arythmique, je suis vraiment parti du fond du couloir. » Mais le Breton est têtu. Et les hasards nombreux. Au Cap d'Agde donc, un soir, il entend dans un bar le chant de Yannis Patrac, neveu de l'un des chanteurs des Gipsy Kings. « Il envoyait comme ce n'est pas permis, comme s'il avait un ampli sous la chemise. Je suis allé le voir. Il ne me connaissait pas. J'avais ma guitare. Il a écouté. Il m'a dit que j'avais le truc. J'ai joué avec eux toute la soirée. Je touchais mon rêve du doigt. Les Bretons ont un peu un coeur d'artichaut, non ? »

    Le film terminé, il redescend dans le Sud, avec femme et enfant, et retrouve Yannis. Le premier soir ne se passe pas très bien. Le gadjo se fait casser sa voiture et piquer sa guitare. Le lendemain, Yannis lui en offre une autre. « Je ne voulais pas. Ils n'ont pas de ronds. Mais chez les gitans, on ne refuse pas un cadeau. » L'histoire leur donne le nom de la formation qu'ils vont monter ensemble, Yvan Le Bolloc'h mettant sa notoriété au service du groupe.

    Car Ma guitare s'appelle reviens (sic) naît dans la foulée, avec trois autres guitaristes - dont deux femmes - un bassiste et un percussionniste. Yannis a déjà un tube potentiel, l'entraînant Mi café qui raconte la mésaventure d'un gitan rentrant de discothèque à 6 heures du matin et réveillant sa femme pour qu'elle lui fasse un café !

    Yvan et Yannis construisent ensemble le répertoire, avec deux morceaux en français (une exception pour les gitans), dont la très belle ballade Autour du feu. Pour réaliser le disque, ils appellent le renommé Philippe Eidel (Khaled, Faudel...). Le résultat, ce sont des chansons gipsy gorgées de soleil, de déhanchements lascifs, de guitares en liberté. De la rumba, le truc des gitans français, les Espagnols penchant plus vers le flamenco.

    Extrait d'un interview pour le quotidien Ouest-France, par Michel TROADEC en date du 17/12/2006

     

     

    " Il y a un proverbe qui dit : « Un Breton sur chaque vague, un Breton sur chaque motte de terre. » Ce qui signifie que le Breton est souvent à l’origine un marin, un voyageur, quelqu’un qui s’est ouvert aux autres. Il n’y a donc aucune raison pour que je ne fasse pas de la guitare gitane. Je ne suis pas intégriste du biniou. J’aime beaucoup le Festival interceltique de Lorient, les bagadou, mais je suis aussi curieux d’autres cultures, d’autres musiques. "

    Yvan Le Bolloc'h pour le Web de l'Humanité. Entretien réalisé par Victor Hache, édition du 14/09/2006

     

     

    " Un spectacle epoustouflant liant rumba gitane et comédies dans une ambiance chaleureuse... "

    Quotidien gratuit Métro en date du 15 juin 2007

     

     

    Album Ma guitare s’appelle reviens, chez Columbia. Sortie 20 le novembre 2006

    Yvan Le Bolloc'h & Ma guitare s'appelle reviens. Kenavo Prod/Sony. 39 mn. 11 titres. Yvan Le Bolloc'h

    « Esma Redzepova, reine des RomsGypsy caravan, la caméra voyage »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :