• Le désoeuvrement chez les Tsiganes

     

    Le désoeuvrement chez les Tsiganes

     

     

    La déculturation entraîne la perte des repaires culturels traditionnels

     

    Lorsque le Voyage n'est plus un élément de la culture, les valeurs ne sont plus celles liées au nomadisme :

    - Les anciens perdent leur place privilégiée de livre vivant dans le groupe. Ils deviennent comme inutile car leur savoir est considéré comme caduque.

    - Les jeunes font la connaisance des modèles culturels des sédentaires occidentaux dès l'école. Entre les deux modèles très différents, ils sont tiraillés. La civilisations du matériel avec sa tête de pont, la télévision, contre le monde ancien, qu'on imagine révolu, la pensée libre mais codifiée des Tziganes sur les chemins.

     

    Un avenir incertain

    Cette situation perturbe gravement l'environnement social et se traduit par :

    - les problèmes familliaux (plus d'autorité dans familles, désagrégation du lien familial)

    - l'illetrisme de quoi découle le paupérisme (les difficultés scolaires font que les enfants du voyages sont condamnés à n'effectuer que des tâches très subalternes dans leur avenir, des tâches peu rémunérées et peu valorisantes)

    - le désoeuvrement qui engendre lui-même des actes délictueux, l'alcoolisme, drogue

    - cet état de fait est entretenu et même stigmatisé par le racisme ambiant anti-tsigane

     

     

    Des Rroms en France : les barrières sont multiples

     

    Histoire du désoeuvrement :

    Jadis, les Tsiganes étaient déjà accusés de désoeuvrement. Il est bien évident que, en rapport des paysans qui travaillaient dans les champs, les Bohémiens paraissaient bien heureux ou un peu fou, selon les saisons. Mais ils devaient tout de même travailler beaucoup, ne serait-ce que de l'intellect, pour survivre. Leur manière de vivre simple mais rude nourrissait l'imaginaire paysan en particulier. Afin d'empêcher nos petits sédentaires occidentaux de trop idéaliser la vie des nomades, on a associé leur soit disant désoeuvrement au pèché dont ils étaient soi-disant toujours, voire irrémédiablement, coutumier (voir la légende du 4e clou de la croix, leur condamnation à l'errance pour avoir reniè la foi chrétienne). D'où un racisme qui consistait à reléguer ce peuple errant à un statut de sous homme. Un peuple qui ne pouvait pas grandir, qui avait été maudit. On connait les aboutissants de cette pensée au XXe siècle (Le Porrajmos ou Samudaripen).

    Alors qu'avant, le " désoeuvrement " était inhérent à la façon de vivre des Tsiganes -une culture différente qui induit un rythme de vie différent-, il n'était pas réel. Il était perçu et entretenu comme tel par les populations sédentaires. Aujourd'hui, il est, pour les Rroms ou tsiganes, bien réel. C'est le fruit de décennies de volonté politique de freiner et de stopper le nomadisme tsigane.

     

     

     Dernière mise à jour : 3/02/2009

     

     

    Liens :

    * Illustrations de la fainéantise, de l'indolance, ou d'une simple utilisation différente du temps sur le site des Fils du vent sans pays :

    1.  Jan Yoors sur les chemins tsiganes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1139210
    2.  Alphonse-Louis Lally romancier populiste : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=282041

    * Fumer pour oublier la faim ou la douleur chez les Tsiganes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1666077

    * L'extermination des Tziganes d'Europe, Porajmos ou Samudaripen : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=244383

    * La légende des Tziganes condamnés à l'errance pour avoir renié la foi chrétienne : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1683109

    * Racisme à l'encontre des Tsiganes, ça en arrange beaucoup ! : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=373859

    * Un regard ancien, dégradant à l'encontre des Tsiganes, celui de Francisque Michel (1864 et 1867) : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1527060

    « Les Tziganes en Alsace au début du XVe siècleDes gens du voyage impliqués dans un trafic de métaux »

  • Commentaires

    4
    Nérina
    Vendredi 20 Mars 2009 à 20:07
    Toute ma compassion pour JUAN RODRIGUEZ travailleur social à St ouen, qui avec un bel accent, nous fait part de sa pathétique conclusion en parlant des roms :

    " Une fois qu’on a mis a disposition les conditions, on est surpris, réellement surpris, de voir comment Ils se comportent comme n’importe qu’elle autre peuple"

     
    3
    Caillie Profil de Caillie
    Jeudi 12 Mars 2009 à 21:54
    Le Tzigane désoeuvré ,indolent , pas trés courageux ....
    C'est une perception évaluée selon des critères qui ne répondent pas aux critères des Tziganes. Les Tziganes ont de tout temps évité l'asservissement aux codes sociaux tels qu'ils sont délimités par les gadjé ...
    La réussite sociale du Tzigane n'est pas chez lui une priorité puisque ,ce qui importe c'est être reconnu par les siens., faire qu'un avec le groupe ou la communauté ( à l'appréciation de chacun ).. Le Tzigane travaille et beaucoup, il pratique les métiers du commerce intinérants , du travail saisonnier : récoltes , vendanges etc ... Ceux établis plus ou moins à l'année font encore de la récupération de féraille ou autres matériaux .... Selon certains critères des non Gitans , ces travaux sont considérés comme des travaux dégradants ou travaux de fainéants...
    Et pourtant, c'est du travail qui demande courage et énergie ..
    Il est vrai que le Tzigane pointe rarement à l'usine ... Il est encore bien trop amoureux de sa liberté ( qui se réduit comme peau de chagrin ) D'an temps le Tzigane passait beaucoup de temps sur la route, loin de l'école , il est bien évident qu'il ne pouvait prétendre à des travaux demandant certificats et autres diplomes....
    Il n'en est pas moins homme, soucieux que sa famille puisse manger à sa faim , et se salir les mains pour le faire ne lui apparait pas comme dégradant ..
    Ensuite , oui , il est vrai que le Tzigane prend le temps de vivre , puisqu'il ne cède pas à la course à la réussite, Il sait s'aménager une certaine forme de liberté qui provoque l'envie ...
    D'où souvent un regard critique et moqueur du non Gitan .... Un regard parfois rude, sans concession, sans aller chercher plus loin que ce qui parait ....
    ( voilà juste quelques réflexions que m'ont inspirées les mots: désoeuvrement et indolence ) Débla le 11/03/09
    2
    doudou
    Mardi 3 Février 2009 à 10:29
    bonjour,
    je suis tomb?sur votre site par hasard, je me pos?eaucoup de question sur les gitans. J'ai eu dans le pass?ne copine gitane en vacances qui m'avait expliqu?a culture, pr?nt?a famille qui ?it sympathique et tout ?ait normale. par contre il y a peu de temps ??de chez moi, des roms ce sont install?ehors a cot?e chez moi dans des tentes! ces personnes viennent des pays de l'est et ont de gros probl?s financier, il n'y a pas de structures pour les acceuillir, leur situation est vraiment plus que pr?ires. les enfants tr?tr?jeunnes genre 7 ans mandiessent dans les m?o, un matin en prennant mon tiquet de m?o, un tout petit gamin m'a ,fill?n coup de pied par ce que je lui ai dit de ne pas me piquer ma monnaie. cette intercaltion m'a choqu? je n'en veu pas a ce petit mais je pense que cette acculturation forc?politiquement est tr?mauvaise pour les enfants qui se retrouvent avec rien dans un pays de surconsomation. comment aujourd'hui des enfants peuvent vivrent dans la rue, trainer, en mandiant dans le m?o. je pense que les gitans ?gr?es pays de l'est ?ause de raisons politique devraient ?e consid? comme des r?giers politiques. si rien ne change, ces gamins vont certainement devenir des crapules ca c'est sur mais bon c'est normal si ils ont aucun diplome et si ils savent que toute leur vie, ils seront ?a marge, sans diplome. A cet ?, les enfants devraient ?e ?'?le ou au moin dans un environnement sain. tout les pays finissent par les rejetter les uns apr?les autres, c'est pratique puisqu'ils voyagent, mais je pense que les politques au lieux de tous se renvoyer la balle pourraient prendre des mesures pour ces populations.
    donc comment voyez vous l'avenir de ces jeunes dans la mis? pensez vous qu'ils arriveront ?'en sortir, tout les gitans ?gr?e pays ou on les maltraitent passent par la case mis? avant d'y arriver ou sont ils destin? ?e dans ma merde.
    j'esp? que ce message ne choquera personne mais je me pose vraiment beaucoup de question sur ce probl?

    salut ?ous
    1
    visiteur_gitan et fi
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 10:42
    soyons fiére biz a tout les gitans
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :