• Le jour où Huscenot est mort pour de bon

     

    Francis, nomade au coeur

     

     

    Il l'a finalement ravalé son sifflet

    Ses cliques et ses claques

    Les gens sont trop

    Lui est seul

    Lost

    Essai de transformation de l'ID par magnétisme © caillie 2006

     

     

    Ils les a cherché, ausculté, déridé, retourné, décervelé

    Des idées plein les poches, dépassaient des sacoches

    les gens simples sont ses proches loin de tout mic-mac moche

    De guerre lasse, l'est parti dépité

     

     

     

    Et tous ceux qui l'on connu diront

    Pas qu'il était con, non pas

    Y savaient pas

    Qu'il était là comme eux

    Tout simplement comme eux

    Il leur disait des histoires, manière de rêver ensemble

    C'était son mot ENSEMBLE

    Près d'assemblées, en plein été, d'insouciance

    D'il me semble, d'ensangle lorsque le coeur s'effrite

     

     

    Arrêtons là

    L'heure n'est plus

     

     

    Extrait de Épitaphe pour un con, Francis Huscenot, 1996

    « Très net regain d'intérêt pour les Tsiganes dans les années 30Une pièce de monnaie qui VOULAIT partir de là »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :