• Le mythe du quatrième clou de la croix

     

     

    Le quatrième clou de la croix

     

     

             " Lorsque le Christ a été condamné, commence la Tzigane, voilà bien longtemps, deux soldats romains reçurent de l'argent pour acheter quatre grands clous nécessaires à l'éxécution. Les soldats en burent la moitié au cabaret et entrèrent chez un forgeron juif. " Forge-nous quatre clous, ordonnèrent-ils, c'est pour crucifier le Christ. " Le forgeron, à ces mots, refusa. Les soldats, furieux, le percèrent de leurs lances et lui brûlèrent la barbe et les cheveux. Puis ils se rendirent chez un deuxième forgeron juif. " Forge-nous quatre grands clous. " L'homme allait se mettre au travail lorsqu'il entendit la voix de son confrère mort : " Ne forge pas ces clous, compagnon, c'est pour crucifier le Christ. " Les soldats tuèrent le deuxième forgeron, mais cela ne leur donnait pas les clous dont ils avaient besoin. Et pas moyen de revenir bredouille, avec seulement la moitiè de l'argent. Ils fouillèrent la ville et, derrière une des portes, ils aperçurent un forgeron tzigane. Miracle, ce forgeron venait justement de forger trois grands clous qui refroidissaient devant lui. Trois. Les soldats se précipitèrent, s'en saisirent : " Il nous en faut encore un, et vite ! Voilà l'argent. " Le Tzigane, étonné, allait pourtant obéir, quand, lui-aussi, entendit la voix des deux forgerons morts. " C'est pour crucifier le Christ. " Pris de peur, il fit un bond en arrière et se sauva à toutes jambes, mais en abandonnant les trois clous... Ceux-là même qui servirent sur la croix. Bien plus tard, le forgeron arrêta sa course, retrouva une forge et se remit à travailler, essayant d'oublier son aventure. Au premier coup de marteau, il vit apparaître sur l'acier de son outil le quatrième clou, brillant si fort qu'il illuminait le désert tout entier... Un quatrième clou, comme un reproche... Le Tzigane s'enfuit encore, très loin. En vain. Partout, le clou le poursuivait. Et il poursuivit de même ses enfants, et ses petits enfants... Voilà pourquoi, dit-on, nous marchons sans fin ni trêve, à cause du quatrième clou. "

    Pages 73-74, dans D'où viens-tu Tzigane ? de Bertrand Solet, Éditions Robert Laffont, 1970.

     

          Voici une seconde version expurgée, car empreinte, me semble-t-il, de racisme anti-tsigane, celle de "Jésus"* pseudo d'un nouveau blogueur 

           " Tu t’es probablement déjà posé la question : pourquoi ces saletés de Romains, ils ont pris que 3 clous pour me crucifier ? Ils avaient pas assez de sous pour en acheter 4 ? Ils pouvaient pas passer Judas à 20 deniers au lieu de 30, s’ils étaient charrette ? Et bien figures-toi qu’ils n’étaient pas si radins que ça. Ils avaient prévu 4 clous, dont la confection avait été confiée à un forgeron tzigane prénommé Putsha. Malheureusement pour lui, l’un des 4 clous qu’il avait forgé se trouva habité d’une volonté propre, et se manifesta a lui en rêve, lui ordonnant de jeter les clous et de refuser la commande des Romains. Mais hélas, attiré par l’appât du gain, Putsha finit son œuvre et livra leur commande aux Romains. Des 4 clous, un s’éveilla, et entreprit de poursuivre Putsha et tout le peuple Tzigane pour les punir d’avoir forgé les clous qui m’ont tué. Depuis le peuple Tzigane est en perpétuel mouvement, seul moyen pour lui d’échapper a la poursuite vengeresse du clou de la crucifixion.

    Voila. J’espère que ça t’a plus et que tu as bien apprécie la subtile transition de style littéraire. En attendant, passe un joyeux Noël, et n’oublie pas : n’offre jamais de clous à un tzigane, il pourrait le prendre mal. "

     

    * Jésus et son blog pour se rendre compte sois-même ainsi que le commentaire que je lui ai laissé : http://jesus.mabulle.biz/

     

    **********

     

    Ce conte est disponible pour les enfants -à partir de 9-10 ans dit l'ouvrage-, dans le petit recueil 3 contes tziganes  de Marilène Clément. Il prend là le titre de Les quatre forgerons.

     

     

    Liens :

    * Le désoeuvrement lié à un destin supposé d'êtres inférieurs : http://filsduvent.kazeo.com/Le-desoeuvrement-chez-les-Tsiganes,a485205.html

    * La page consacrée à Marilène Clément sur Filsduvent.kazeo : http://filsduvent.kazeo.com/?page=article&ida=485361

    « Les araignées de NoëlGens du voyage, ça rime avec braconnage »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :