• Mendicité et Roms : moins de dons pour les Tsiganes

    Les Français donnent moins aux mendiants roms
     
    PARIS — Les Français donnent moins aux mendiants roms, victimes d'"idées reçues", qu'aux autres, notamment d'origine française, révèle une étude du Centre d'étude et de recherche sur la philanthropie (Cerphi), à paraître jeudi dans l'hebdomadaire La Vie.

    La mendicité est généralement "peu rentable alors que sa pénibilité et son coût en termes d'image de soi sont démesurés", explique en outre cette étude qualitative sur "les mendicités à Paris et leurs publics", réalisée en partenariat avec la Fondation Caritas France et le Secours catholique.

    Mais sa "rentabilité" est bien inférieure pour les Roms, phénomène qui renvoie à "la discrimination globale" et aux "idées reçues" ("tradition de mendicité", qui plus est "avec des enfants") dont ils sont victimes.

    "C'est plus difficile pour ces personnes car il s'agit d'une population stigmatisée", confirme à l'AFP Pierre Levené, délégué général de la Fondation Caritas France.
    Exemple: en observant pendant une demi-heure Alberte, "petite grand-mère" française mendiante, et Hannah, Rom roumaine, les chercheurs ont établi que la première avait reçu six dons, pour 605 passants, alors que la seconde seulement trois, pour bien plus de passants (2.720). Soit un rapport dons/passants compris entre 1 et 2% pour Alberte, mais entre 1 et 1,5 pour mille pour Hannah.

    La mendicité d'Hannah est pourtant "plus active, marquée par un contexte de plus grande pénibilité": "pour en retirer le plus de ressources possibles, elle doit la pratiquer dans de grandes amplitudes horaires".

    Une "obligation d'assiduité" pour les Roms qui "contribue à majorer de manière significative leur visibilité en tant que +groupe spécifique+", selon l'étude.

    Contrairement aux idées reçues, "la mendicité n'est pas un mode de survie traditionnel ou culturel chez les +Roms+: elle n'intervient qu'à l'arrivée en France", est "subie comme un pis-aller, en l'absence de possibilité de travail", et "vécue de manière humiliante".

    "Si certains sont accompagnés d'enfants, c'est parce que ceux-ci ne sont pas pris en charge par des crèches ou scolarisés", note-t-elle aussi.

    Plus généralement, la mendicité est peu rentable au regard des efforts déployés par les personnes, qui peuvent enchaîner jusqu'à 12 heures de manche ou passer dans 41 rames de métro. La fréquence des dons varie de 2% à 2 pour mille, 30 euros recueillis correspondent à "une bonne journée", mais "10-15 euros semble un montant courant".

    L'étude révèle en outre que les mendiants "connaissent" leur "public" donateur, auquel ils reconnaissent "une réelle générosité" et vis-à-vis duquel ils développent même une "empathie", "conscients que leur présence (...) crée un malaise".

    L'étude a été réalisée à Paris de janvier à mars 2011 avec une quinzaine d'entretiens approfondis, ainsi que la rencontre et l'observation des pratiques de plusieurs autres.
     
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iXIMVFVkeBsxomoJecmye0aDvpeQ?docId=CNG.3be9e3c869ebef1819ab762968148b70.301

     Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés.

     

    Liens :

    * Travail des tsiganes, revenus des nomades d'Europe : http://filsduvent.kazeo.com/C-est-la-vie/Metiers-exerces-revenus-des-Gens-du-voyage,a485060.html

    * Idées reçues et autres perceptions faussées concenant les Tsiganes : http://filsduvent.kazeo.com/Idees-re-ues-et-autres-perceptions-faussees/Bordigoni-idees-re-ues-sur-les-Gitans,a485207.html

    « Yaghan, nomades de Patagonie décrits par ChatwinRoms en partance, traqués et parqués »

  • Commentaires

    1
    rico41700
    Vendredi 13 Mai 2011 à 14:00
    du coup comme les français donnent mois les roms se servent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    2
    Caillie Profil de Caillie
    Vendredi 15 Juillet 2011 à 01:19
    Bien trop souvent, on ne laisse plus d'autre alternative aux pauvres en France. Un retour à l'ancien régime ? Les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres...
    3
    al
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 05:53
    il me semble completement ya une cause qui est au dela de toute les autres etcomprensible que les roms receuillent moins de dons jai moi meme travaille 6 ans dans la rue comme recruteur de donnateurs pour (medecins du monde ,croix rouge etc ) donc croyez moi je ne suis pas un raciste il ya un vrai buisness de la mendicite et largent ne reviens pas au mzndiants il remettent les sommes a dautres personnes il ya une vrai hierarchie derriere et ca je lai vu de mes yeux des dixaines de fois et ca les gens le savent il ya eu plusieurs emissions a ce sujet meme moi je ne donnerai plus a des roms je sais ou va largent je ne developperais pas ce nest pas lendroit mais jai des connaissances tres bien placees pour le savoir donc soyez subjectif quand vous parlez de discrimination car la vielle mamie francaise fais la manche pour elle et personne dautre ..
    4
    Targo
    Dimanche 18 Mai 2014 à 22:46
    « Voici l'histoire de 2 jeunes roumains sans papiers qui se sont rencontrés en France et ne plus quittés pour s'entraider et unir leurs solitudes : - G. 20 ans , non rom, la peau et les cheveux clairs, parle couramment le roumain, l'espagnol et un peu le Français. - A. 24 ans origine rom par sa mère et Turc par son père , peau et cheveux foncés. Parle couramment Roumain, Anglais, Espagnol. Quand je les ai rencontré ça faisait déjà 2 ans qu'ils voyageaient ainsi sans autres ressources que la manche et les poubelles où ils trouvaient des vêtements à peine démodés ou usagers. Dans celles des supermarchés des produits frais aux dates limites mais encore consommables. Ils ne fumaient pas, ne buvaient pas, ne volaient pas. En Province sur 2 mois : G. récoltait de la manche une moyenne de 20 euros/jours et A. à récolté 1 jour 0,10e., un autre jour 0,50 et autre jour 1e soit 1,60e sur 2 mois de manche! C'est le petit qui partageait avec lui ce qu'il avait. Ils ne voulaient pas aller dans les centres d'hébergement pour ne pas y faire de mauvaises rencontres et parce que ça leur renvoyait l'image de tout ce qu'ils refusent d'être, préférant se voir comme de jeunes routards. Le soir, ils fouillaient les poubelles . Chaque fois qu'ils achetaient quelque chose ils gardaient le ticket de caisse, en cas de contrôle de police pour ne pas qu'on pense qu'ils volaient. Je les les vus parfois pleurer, l'un consolant l'autre. Huit mois ont passés, ils ont tous deux des papiers. les obtenir a été un vrai parcours du combattant et ils n'y seraient jamais arrivés seuls. Avec un peu de piston A. le "sale rom à qui personne ne voulait donner" a trouvé un travail très bien rémunéré, ce mois çi son employeur a transformé son CDD en CDI. Il a un grand appartement où il loge G. qui n'a pour l'instant qu'un travail à mi-temps. Il lui a offert pour son anniversaire une tablette. Alors oui il y a des gens qui ne veulent pas donner de pièces aux roms sous différents prétextes, on peut toujours tout justifier pour essayer de se donner bonne conscience. Et puis il y en a d'autres qui un jour s'arrêtent et les regardent. C'est ainsi qu'ils m'ont fait connaitre 2 autres couples. Ce dimanche de Pâques ces 2 gamins qui ont eu une enfance brisée ont tenus à nous inviter tous, G. avait préparé une délicieuse soupe roumaine et un hors d'oeuvre avec du pâté avec des œufs durs farcis avec le jaune mélangé avec du pâté. Il a fallu qu'on admire tous les bulletins de salaires rangés individuellement dans des pochettes plastiques, A. le "sale rom" était si fier de nous montrer toutes les charges sociales retenues sur son salaire. Il a fallu aussi que je fasse un petit tour sur la vieille mobylette que leur a offert un voisin en échange d'un service rendu. Il a fallu aussi jouer à la pétanque. Ils nous ont offert une merveilleuse journée 21/04/2014
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :