• Napoletano, Philippe

     

     

    Philippe Napoletano

     

    * Les Hirsutes, Robert Laffont, 2005

     

    Les hirsutesLa cité des Hirsutes porte un beau nom, les Horizons, mais elle n'en offre aucun. C'est pourtant là que vont s'ouvrir tous ceux de Tonio, enfant recueilli par la jeune Zora et initié par Baptiste, le vieux bohémien musicien.

     

    La maxime du vieux Bohémien sur la musique : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1562822

     

     

     [...]  ...Une vieille usine chimique, une friche industrielle réinvestie par les pauvres gens. Un petit garçon de 6 ans, qui perd ses parents. Une jeune fille qui lui ouvre son cœur et sa maison. Un vieux bohémien qui lui apprend la musique. Un ouvrier nord-africain qui lui donne une famille et le conduit à la mer. Un vieux biker qui lance un groupe de rock tsigane et met le feu aux foules. Un voyage. Une station service, drôle d’endroit pour une rencontre…
    Le livre de Philippe Napoletano se dévore, porté par des phrases courtes, un beau style sans prétention, léger et profond tout à la fois, son art de montrer les sentiments, de saisir les émotions et de nous les rendre au coin d’un œil humide.
    Chaque chapître est une rencontre, une histoire.
    Et de fil en fil, le long de la vallée du Rhône, de la Drôme à Sète, au son du violon et de l’accordéon, il effleure l’amitié, l’amour, tous les sentiments amoureux.
    Il évoque la misère, le racisme, la dignité de ceux qui n’ont rien. C’est magique…
    Mathilde Larrère - parutions.com – 16 /09/2005

    « Musique, le chant de l'équilibreKako, le sage tsigane »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :