• Comité International de Réflexion Tsigane

     

     

    Comité International de Réflexion Tsigane

     

           Création du CIRT, (Comité International de Réflexion Tsigane), et première présentation le CIRT a été présenté le vendredi 26 novembre 2010, à Paris, à La Chope des Puces, à l'occasion de l'Assemblée Générale de l'UFAT (Union Française des Associations Tsiganes), en présence de Tony Gatlif , Alexandre et Délia Romanès/Bouglione , Gerard Gartner, etc.

    Voir le site du CIRT :  http://cirt.blogg.org
    On y trouve les statuts et  le nom des Grands Sages, chargés de réfléchir à l'avenir de la population tsigane, et de répondre à un certains nombres de grandes questions.
    Le but étant de construire le futur tsigane, avec évidement un retour/regard positif du monde qui nous entoure, d'ou une ouverture, Les Justes, à l'intelligence de tous.
     

     

     Une erreur indépendante de notre volonté nous a fait indiquer le 16 décembre 2010 pour cette rencontre à la Chope, alors qu'elle a déjà eu lieu. Merci de nous en excuser. D. Toulmé le 8/12/2010

     

     

    Dernièrement mis à jour le 8/12/2010


     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     
    Objet : URGENT! – COMITE SOUTIEN EXPULSION FAMILLE GORGAN – MERCREDI 13 A 15 H

    Bonsoir à tous!

     

    Les 8 caravanes de la famille Gorgan vont être expulsées du terrain privé prêté par Réseau Ferré de France, jeudi 15 octobre. 

     

    Les Gorgan sont une famille de voyageurs, originaires de Hongrie, installés sur Arles après leur internement au camps pour gitans de Saliers, à 15 kilomètres d'Arles. Ils sont français et arlésiens. Leur commune de rattachement sur ces foutus carnets de circulation est Arles. Ce sont donc des administrés de la ville d'Arles comme vous et moi (sauf que les nomades n'ont pas le droit de vote, etc, etc.). Leurs carnets de circulation sont en règle (j'en sais quelque chose, nous sommes allés à la Gendarmerie (brr) les faire tamponner cet après-midi).

     

    Comme chaque hiver les familles se regroupent, le temps des foires et des marchés étant passé en attendant le printemps de reprendre la route.

     

    RFF a porté plainte contre eux et le jugement sera rendu au tribunal de Tarascon jeudi 15 à 14h.

     

    Nous avons demandé à la secrétaire de Michel Vauzelle d'intervenir auprès du préfet pour surseoir à l'exécution de l'expulsion par les forces de l'ordre ce qu'elle a fait.

     

    Nous avons demandé une solution de relogement à la mairie en proposant de payer 5 euros par jour et par caravane pour régler l'eau, l'électricité, etc. comme c'est le cas sur les aires d'accueil, et le maire en personne nous a opposé un fin de non-recevoir "Y'a pas de terrains" (sic). La commune d'Arles est en infraction avec la législation Besson de 2000, modifiée 2010, concernant l'accueil des "gens du voyage" comme on dit en langage administratif depuis 1969. Elle a des devoirs envers ses administrés qu'elle ne remplit pas, bottant en touche vers le privé (bravo coco…)

     

    Demain, mercredi 13 octobre, les associations Samudaripen, AMIDT, UFAT, avec les soutien de la LDH, Amnesty International, RESF, ATTAC, et d'autres associations arlésiennes organisent une CONFERENCE DE PRESSE à 15 h sur ce terrain.

     

    NOUS AVONS BESOIN DE VOUS ! Venez-tous avec votre appareil photo, que tout le monde en fasse et le fasse tourner sur ses réseaux. Multiplions les images pour faire éclater cette absurdité. IL FAUT NOUS MONTRER NOMBREUX pour faire cesser ces discriminations raciales en France au XXIe siècle!LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE POUR TOUS !  sans distinction d'âge, d'origine, de sexe!

     

    Je compte sur vous pour nous rejoindre et exprimer ainsi notre détermination dans ce combat que nous mènerons jusqu'au bout !  Qu'on se le dise…

     

    Nais tuke! Merci d'avance à tous! (et pour ceux qui ne pourrons pas être là, ne vous emmerdez pas avec les messages de désolés, on comprend)

     

    Sastipen taj majstipen! – Salud y liberdad !

     

    *******************************
    Association SAMUDARIPEN
    Gigi Auboire
    15, rue du Port
    132oo Arles
    o6 33 74 91 oo
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • denis.toulme@worldonline.fr

     

     

    Soirée tzigane à Vendôme (Loir-et-Cher)

     

     

    Le vendredi 15 octobre 2010, 20h30

    Salle de quartier du Temple, rue Jacqueline Auriol

    (sud de vendôme)

    Avec la participation exceptionnelle de Nouka Maximoff, conteuse d'origine tsigane

     

     

    Poésie tzigane à travers une production sédentaire et nomade

     

     

    Bronislawa Wajs "Papusza", Santino Spinelli, Sandra Jayat, Matéo MaximoffAlexandre Romanès (Bouglione), Leksa Manus, etc.

    Lecture de poèmes d'inspiration ou d'origine tzigane. Évocation du Samudaripen ou porajmos, l'extermination des Tsiganes par les Nazis sous le 3e Reich.

     

    Organisation : Association Le Cercle des Poètes Retrouvés en Vendômois, dont Denis Toulmé chargé de la soirée.

     

    Cette manifestation poétique entre dans le cadre

    " Une mémoire française
    Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946
    ",

    projet porté très haut par la FNASAT-Gens du Voyage.

     

    Le but de ce projet est " de faire connaître la spécificité du traitement des Tsiganes en France pendant la Seconde Guerre mondiale, ses origines ainsi que le contexte plus général du génocide tsigane en Europe, de porter à la connaissance du plus grand nombre ces faits trop souvent occultés et de rendre hommage aux victimes. "

    En savoir davantage sur Une mémoire française
    Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946
    :

    http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/

     

     

    Manifestez votre soutien en signalant dores et déjà votre présence pour cette soirée à venir sur facebook : http://www.facebook.com/pages/Fils-du-vent-sans-pays/116372875056247#!/event.php?eid=127796783922194&index=1

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • LE B.A.-BA <o:p></o:p>

    DU R0M <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    YASSINE ' BELATTAR

    <o:p></o:p>

     

               Amis du rail, Jean-Luc Delarue. Nous voilà face à la crainte d'une comparaison qu'on s'était promis de ne plus évoquer. Cette comparaison implique une période où la France perdait la tête en même temps que la guerre. Notre capitale était Vichy. Contrairement à l'eau pétillante, la déportation était moins digeste. Le goût amer de la honte ne disparaîtra jamais de notre bouche. Alors évidemment toutes les institutions furent concernées, même celle que vous empruntez en ce moment même, je veux parler de la SNCF. Alors, quand l'UMP reproche à une commissaire européenne une comparaison aussi disproportionnée que celle utilisée entre les expulsions de Roms et la barbarie nazie, je me permets l'improbable rappel d'une histoire qui débuta de la même manière. Nous ne serons peut-être pas nazis, nous ne serons certainement plus collabos, nous ne serons peut être plus honteux. Comme disait Jean Moulin, "je ne savais pas que c'était si facile de faire  son devoir quand on est en danger". Je  sens comme n'importe quel Français (ou pas) que le danger monte, pas vous ?  Monsieur Hortefeux, la vie est cyclique comme votre circulaire. Même si vous  n'avez pas pris une ride depuis 1942,  n' est-il pas important de vous dire que vos actes ne provoquent pas fierté nationale mais honte universelle ? Alors, pour finir, n'oubliez jamais que le patriotisme c'est aimer son pays et que le nationalisme c'est détester celui des autres.  Ce n'est pas de moi mais du général de Gaulle. Ne me dites pas qu'il a tort, vous auriez l'air plus ridicule que vous ne  l'êtes déjà. Vive la Rompublique, vive la France. <o:p></o:p>

    Retrouvez Yassine Belattar du lundi  au vendredi.sur l'antenne du Mouv',  de 7 heures a 10 heures.

     

     

    Sur Http://metrofrance.com en date du 17/09/2010

     

    Et en sus, une belle gueule de jeune premier, ce qui est loin de gâter l'ensemble ! D. Toulmé le 21/09/2010

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • à 20 h MERCREDI 14 JUILLET

     

    au 6B

     
    soirée de soutien aux familles expulsées du Hanul 
     
    Concert de musiques et danses gitanes
    Numéros de cirque
    Exposition photo

    ADRESSE:
    6b, quai de seine
    93200 Saint-Denis

    ACCES: RER D arrêt Saint-Denis

    Entrée à prix libre
    Boissons et restauration à prix de soutien

    A l'appel de la Voix des Rroms, Parada, Aoa et du chapiteau Raj ganawak

    faites passer le message
     
     
     


    Seine Saint-Denis Style, épisode 4 : "Chasse aux Rroms"
    envoyé par PinKMArmottE. - L'info internationale vidéo.

     

     

     

    Les Roms du Hanul toujours en attente de relogement

    Mercredi 7 juillet, 19h47

    Au lendemain de leur expulsion, les habitants du Hanul attendent toujours une solution de relogement. Les 150 à 200 Roms qui vivaient sur ce campement de Saint-Denis sont désormais éparpillés dans la ville. Une seule famille a pu bénéficier d'un hébergement d'urgence la nuit dernière, grâce à l'intervention de Médecins du Monde (deux des enfants sont atteints d'un cancer). Lire la suite l'article

    D'autres ont dormi dans leurs camions, stationnés dans les rues. Une trentaine de personne ont tenté d'occuper un nouveau terrain, mais les forces de police les ont délogées ce matin. «On essaye de se débrouiller de notre côté avec nos propres ressources. Il n'y a aucune aide institutionnelle. Les habitants du Hanul veulent juste trouver un lieu où s'installer sans avoir peur des CRS», regrette Samir Mïle, de l'association La voix des Rroms.

    Quelques femmes ont été accueillies avec leurs enfants sous un chapiteau de cirque proche du Hanul. Le lieu appartient à une association qui organisait des ateliers de cirque pour les bambins du campement. Une mesure temporaire, l'espace est réduit et ne permet pas d'abriter tout le monde.

    «Tout ce qu'on espère désormais c'est que les familles retrouvent un endroit où vivre avant fin août, dans une ville qui accepte de scolariser les enfants», précise Coralie Guillot, une responsable de l'association Parada.

    Seule offre de la mairie: accompagner la demande d'entretien des habitants du Hanul auprès de la préfecture de Seine-Saint-Denis. Une requête qui n'a pas été formulée par les familles. Elles auraient été hébergées dans des hôtels répartis dans tout le département alors qu'elles ne souhaitaient pas être séparées.

    Pour ce mercredi soir, rien n'est encore décidé. «On cherche des solutions heure par heure. Organiser des rassemblements c'est perdre du temps pour rien. Maintenant il faut frapper plus haut, nous préparons un rapport pour le conseil de l'Europe» explique, un brin résignée,

    ... lire la suite de l'article sur Libération.fr

     

     

    Société 07/07/2010 à 09h24

    «Les pelleteuses sont arrivées dans la nuit, les familles dormaient encore»

     

    EMILIE GUEDE

    Les CRS sont arrivés mardi, au petit matin, pour déloger les squatteurs roms d’un terrain de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Une destruction symbolique: installé depuis plus de 10 ans sous l’autoroute A86, le Hanul était le plus ancien campement d’Ile-de-France.

    «Les pelleteuses sont arrivées dans la nuit. La police était là dès 6 heures, les familles dormaient encore. Ça a été expéditif, malgré les semblants de barricades qui avaient été dressés. Les gens n’ont pas pu récupérer toutes leurs affaires, certaines ont été détruites par les pelleteuses», raconte un témoin de l’opération.

    Entre 150 et 200 personnes vivaient au Hanul, beaucoup d’enfants y sont nés. Ils sont scolarisés à Saint-Denis. Les habitants considèrent d’ailleurs leur campement comme un quartier de la ville à part entière, les Roms s’étaient plutôt bien intégrés.

    La préfecture a justifié cette expulsion en invoquant deux décisions de justice d’octobre 2007 et de février 2010. Les associations de soutien, La voix des Rroms et Parada, affirment pourtant qu’elles n’avaient pas connaissance de ces jugements. Selon ces associations, la mairie aurait signé une convention d’occupation avec les habitants en 2003. Pour leur garantir un confort relatif, la municipalité avait fait installer des sanitaires et des points d’eau.

    «Ces terrains n’appartiennent pas à la ville, même si elle peut s’accommoder de la situation pour améliorer la tranquillité des familles», insiste la préfecture. Selon elle, l’évacuation a été réalisée après une action en justice des propriétaires des lieux qui voulaient récupérer leur bien.

    Les populations délogées se sont rendues à la mairie, mardi dans la matinée, pour demander des hébergements d’urgence et la signature d’une nouvelle convention avec la ville. Aucune proposition n’a été faite, y compris pour un accueil temporaire. «La mairie a refusé d’ouvrir un gymnase», a regretté Samir Mïle, responsable de La voix des Rroms, auprès de l’AFP.

    Un observateur assure que la municipalité n’aurait même pas voulu fournir des bouteilles d’eau aux enfants. En désespoir de cause, les familles se sont dispersées. La plupart attendent toujours une solution de relogement.


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique