•             

    Expulsions de Tsiganes en France, c'est monnaie courante dans la France d'aujourd'hui

     

     

     

                    À la demande de la mairie de Saint-Étienne les forces de police ont expulsé des familles Roms roumaines occupant les squats rue Preynat et rue Desjoyaux. Près de 150 personnes, femmes et enfants compris, se sont retrouvées à la rue et tentent de s’installer sur un terrain vague face au cimetière de Montmartre : un seul point d’eau, pas de toilettes, pas d’électricités, construction de cabanes de bric et de broc, installation de quelques toiles de tentes.
    C’est le retour des bidonvilles.

    Comment accepter sans réagir de tels comportements des pouvoirs publics. Pas un seul argument ne peut justifier de tels actes qui foulent au pied les droits humains les plus fondamentaux.
    C’est infliger un traitement méprisable à nos concitoyens européens qui fuient la misère et les discriminations, c’est une fois de plus contraindre pratiquement tous les enfants à être déscolarisé.

    Pour dire :
    Non au bidonville à St Etienne, nous exigeons des solutions décentes et durables pour ces familles (viabilisation de terrains aménagés et/ou aménagement de quelques bâtiments et logements vacants sur l’agglomération)

    Un rassemblement a eu lieu le mercredi 2 juin, à 18 H sur les marches de l’Hôtel-de-Ville.

     



     

    Désormais de l'histoire ancienne ?

     

    L’Association solidarité roms indique des contacts pour les personnes qui souhaitent aider :


    (20 rue Rouget de Lisle - 42000 St Etienne - tel : 06 48 82 48 26 - Permanences tous les mercredis de 14H à 16H)

     

    Quelques contacts de membres du réseau de solidarité :

    Paul Roux : 06 09 04 69 98, 04 77 25 19 90

    Anne sara Lecardiet : 06 82 31 24 86

    Adeline Combat : 06 83 31 94 78

    Marie Pierre Manevy : 06 08 09 61 11

    Vous pouvez verser des dons par chèques libellés au nom de « association solidarité roms » et les envoyer au siège de l’association. L’association solidarité roms est reconnue d’intérêt général donc habilité à délivrer des reçus fiscaux.

    Liste du matériel nécessaire :
    -  Bois, planches, poutres, palettes, pointes, vis, bâches, matériel de couverture
    -  Débroussailleuses, râteaux, pelles, cisailles, haches, scies, marteaux, tournevis
    -  Sable, paille
    -  Carpettes, lino
    -  Toilettes sèches
    -  Toiles de tentes
    -  Caravanes
    -  Couvertures, matelas,
    -  Réchauds, bouteilles de gaz
    -  Moellons, grilles pour cuisiner
    -  Tables, chaises, mobilier (placards, commodes, penderies...) - Avant d’amener du matériel au bidonville prendre contact avec un membre du réseau.

     

    Participer à la manifestation à l’initiative du collectif pour que personne ne dorme à la rue le samedi 12 juin sur le thème « Le logement c’est un droit, le logement c’est la loi ... pour tous », départ 10H30 place jean Moulin, manifestation jusqu’à la place de l’hôtel de ville.

    Georges Günther

     

    Historique de l'affaire des Roms de Saint-Étienne :

    http://www.droits-sociaux.fr/spip.php?article453

     

    Photographies du bidonville :

    http://picasaweb.google.fr/portaildroitssociaux/Bidonville?authkey=Gv1sRgCN3H6oGz27vmZQ&feat=flashalbum#5478827980343995922

     

    Pétitions à signer :

    http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=29619

     

    Gros Tchoums à toi, Élisa, qui a pensé à propager l'information. Denis

     

     

    Liens :

    * Difficile aussi pour les Roms de Saint-Ouen (93) : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous/Roms-de-Saint-Ouen-la-fin-du-bidonville,a485023.html

    * Déjà les Roms à Saint-Étienne en 2006 : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous/Saint-tienne-duel-a-mort-avec-les-Rroms,a485012.html

    * Les Roms de Villeurbanne en 2006 aussi : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous/Roms-de-Villeurbanne-La-misere-en-France,a485010.html

    * A Lyon, pas reluisant pour les Tsiganes en 2009 : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous/Les-Roms-a-Lyon-toujours-en-vie,a547022.html

    * Une rubrique mal-nommée à dessein, Bienvenue chez nous sur Filsduvent.kazeo : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous,r101541.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    La Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

     

     

    Commandeur de la légion d'honneur

     

     

    La Présidente de l'Association pour la Mémoire de l'Internement et de la Déportation des Tsiganes

     

     

    Vous prient de bien vouloir honorer de votre présence la cérémonie commémorative de l'internement des Tsiganes au camp de Saliers

    Qui aura lieu

    En présence de

     

     Monsieur le Sous Préfet d'Arles

     Pierre Castoldi, sous-préfet d'Arles

     

    et de

     

     Monsieur le Maire d'Arles ou de son représentant

     

     

    Hervé Schiavetti

     

     

     

    Le dimanche 23 mai 2010 à 10 heures

     

     

    Devant le monument dédié à la mémoire des Tsiganes

    Internés durant le Seconde Guerre mondiale

     

     

    (route de Saliers en direction des Saintes Maries de la Mer (D37))

     

    Merci de bien vouloir confirmer votre présence par téléphone au 0 667 215 333

    Ou par mail à  : romanezesmeralda@yahoo.fr


     
    Esméralda Romanez
    Vice présidente de la fondation kale, manouches, romany, sinté women
    Présidente des associations Samudaripen et A.M.I.D.T

    Mas de l'Ange Gardien
    148, Chemin des Pétugues
    83340 Le Cannet des Maures
    Téléphone 06 67 21 53 33
     
     
    Cet avis est publié conjointement en newsletter et sur le site des Fils du vent sans Pays : Http://filsduvent.kazeo.com, à la rubrique "news" : http://filsduvent.kazeo.com/news.html
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • J'ai le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition  « les roulottes «

     

    née de l'imagination de Paskal Tirmant (objets sculptés) et Léa Tirmant (Toiles et monotypes)

     

    En compagnie d’"Ames vagabondes"

    (Nouka Maximoff, conteuse tsigane et Djaïma, chant et violon)

     

    Le jeudi 6 mai à partir de 19 h.

    A la médiathèque Fnasat-Gens du voyage  
    59 rue de l’Ourcq, 75019 Paris

    01.40.35.12.17

     

    " J'ai commencé la série des roulottes il y a 2 ans, avec le désir qu'elles donnent à rêver. Elles sont le voyage vers des contrées lointaines, mais surtout le voyage dans l'imaginaire. Créées avec des matériaux divers; bois, métal, toile, carton ondulé, et bricoles chinées sur des objets de rebus, elles ne sont jamais figées.

    Chacune a ses secrets...il faut la prendre en main, ouvrir des trappes, des portes et des fenêtres, pour pénetrer leur univers. Chacune a une histoire, et est porteuse d'autres histoires à partager, à échanger. Chacune a une Ãme...."

    Paskal

     

    " La série de peintures sur toile ou sur papier marouflé sur bois et monotypes , est profondément liée au travail de Paskal, et lui fait écho.

    Peintures et sculptures se cherchent et se répondent, chacune dans une perception qui lui est propre, mais pourtant participe du même univers poétique de liberté et de voyage. "

    Léa

     

    en savoir plus : http://detraceetdereve.canalblog.com/archives/les_roulottes/index.html

     

    "Ames vagabondes" (extraits du spectacle) avec Nouka et Djaïma

    C'est l'histoire d'une rencontre entre deux femmes. L'une, Nouka, conte, mais il lui arrive aussi de chanter, l'autre, Djaïma, chante et joue du violon mais il lui arrive aussi de conter.

     Un message de Nouka Maximoff

        Uploaded with ImageShack.us**************************   

     

     

      Etant donné que rien n'est gratuit sur cette planète, que les recours administratif des habitants du Hanul vont avoir un certain coût en cartouches d'encres, photocopies, carburant .... 

    Nous organisons une soirée de soutien de dernière minute
      
     
     
     
    Ce samedi 8 Mai,  20h
     au chapiteau Raj Ganawak
     
     
     
     
     
    Un lieu plein de couleurs au beau milieu de Saint-Denis
     
    Programme : Apéro festif avec du Cirque proposé par les enfants du terrain de la Gare, de la Danse avec les enfants du terrain du Hanul et une Fanfare !
               
    Restauration sur place, bar,
    Entrée et  participation libre mais obligatoire

     Ouverture des portes à 19h30 - début du spectacle à  2Oh30 
    Adresse : 31 rue Ernest Renan (RER D, arrêt Saint-Denis en face de la gare)
     
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Beta-logoLes Tziganes manifestent à Versailles et rendent aux gadjos les poules qu'ils leur ont volées

     

    News    « Salope !»: Face à la pervenche, l'automobiliste laisse exploser sa colère. Mais pour les Tziganes, l'interdiction de stationnement, c'est bien plus grave. Les Tziganes manifestaient lundi pour avoir le droit de garer leur caravane plus librement.

     


    «Tout est basé sur le stationnement »

     

    L’Ufat (Union Française des Associations Tziganes) se mobilisait hier devant la statue de Louis XIV, à Versailles, afin de revendiquer leur droit au stationnement. « Disons que pour nous, que cela soit au niveau économique, éducatif, social tout est basé sur le stationnement » explique l’un d’eux.

    Cette manifestation est une grande première pour les gens du voyage. Grande première aussi, l’utilisation d’une réforme qui permet de poser des questions prioritaires de constitutionnalité afin de faire abroger une loi. En l’occurrence, les articles 9 et 9-1 de la loi du 05 juillet 2000, à l’initiative d’Eric Besson, qui légalisent l’expulsion des voyageurs stationnant hors des aires d’accueil.

    Selon l’Ufat, ces articles contredisent la liberté du choix de son lieu de résidence, un précepte élémentaire pourtant inscrit à la constitution. Au cours du rassemblement, l’association a déposé une requête au tribunal administratif d’appel de Versailles. Première étape, pour saisir le conseil constitutionnel.

     


    Des droits qui datent de 1969

     

    Lorsque vous faites les statistiques des aires d’accueil actuellement crées, et celles qui restent à faire, vous verrez qu’on est loin du compte. Par rapport aux 40 000 emplacements prévus sur le territoire national (sur les 36 6000 communes françaises, la loi préconise que les communes de plus de 5000 habitants disposent de telles structures) on doit en être à la moitié aujourd’hui.  Et le problème, c’est que les aires d’accueil sont le plus souvent situées près d’autoroutes, de déchèteries, ou de stations de voirie », explique un représentant.

    La loi sur les aires d’accueil force théoriquement les communes à l’hospitalité vis-à-vis de la communauté Tzigane. Mais son application effective l’a rendue discriminante. Surtout la communauté des gens du voyage s’insurge du fait que les députés aient imposé une loi qu’ils ne veulent pas faire appliquer: Rien n’est fait pour inciter les maires à créer des aires d’accueil. Alors les Tziganes préfèrent stationner hors des espaces qui leur sont réservés.

    La manifestation était l’occasion d’élargir le débat sur les droits des Tziganes, et de revenir sur la mise en place du carnet de circulation, datant de 1969. Un document qui limite notamment leurs droits à aller voter, « puisque pour se faire, le citoyen lambda doit être rattaché à une commune depuis plus de 6 mois, contre 3 ans pour nous ».

     


    Source: François Nazon / StreetPress


     Publié le 03.03.2010

     

    Les "gadjos", c'est pour les gadje. On les laisse avec leur ignorance et leurs poulets qui ne valent plus tripette, élevés qu'ils sont aux OGM. D. Toulmé le 4/03/2010

     

     

    Liens :

    * Actualité de la rubrique "Bienvenue chez nous" sur le site des Fils du vent sans pays : http://filsduvent.kazeo.com/Bienvenue-chez-nous,r101541.html

    (Sur les difficultés pour les gadje à accueillir les Voyageurs)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Note sur les Roumains : la SNCF rappelle ses contrôleurs à l'ordre

     

    « On nous signale la présence suspecte de trois petites Gitanes dans le train. Nous vous demandons de faire très attention à vos bagages. » Le 27 janvier, Delphine Placidi, passagère du Paris-Nice de 9h42, entend cette annonce passée au micro par un contrôleur SNCF. Le train est encore à quai, portes ouvertes.

    Elle prend immédiatement l'annonce en note et, raconte-t-elle par mail à Rue89, interpelle un contrôleur qui traverse la rame sur « le caractère discriminatoire des propos tenus par l'un de ses collègues » :

    « Je lui ai suggéré de n'évoquer que “la présence de pickpockets” lors des annonces de la SNCF. Il m'a initialement rétorqué que “c'est bien connu que les Gitans volent”, puis que “les contrôleurs font des annonces bien pires en Italie”, avant de reconnaître qu'effectivement, ces propos étaient peut-être déplacés et qu'il en parlerait à son collègue. A ce moment, une voyageuse assise non loin de ma place a également fait part de son indignation au contrôleur. »

    Le 21 février, de retour de son déplacement, la voyageuse, maître de conférence à l'IEP de Toulouse, envoie un mail à Guillaume Pépy, président de la SNCF.

    Le cabinet du président, qui accuse réception du courriel, va « vérifier » ces faits, mais d'ores-et-déjà, nous assure le service de presse national de la SNCF : « La directrice des trains [qui est responsable de tous les contrôleurs de France, ndlr] va adresser dès demain, sans attendre cette vérification, un message à tous les contrôleurs de rappel des règles de déontologie, en vigueur dans l'entreprise. »

     

    Un précédent récent : la note interne contre les Roumains

    Le 27 janvier, les contrôleurs SNCF de Toulouse avaient reçu, dans leur casier, une note interne signée du responsable sûreté de la SNCF Midi-Pyrénées leur intimant d'informer Paris des « faits de roumains (sic) » :

    « Ces dernières semaines des soucis ont été rencontrés avec des Roumains. En effet de nombreux vols de bagages ont été constatés. Nous vous demandons de redoubler de vigilance. Par ailleurs tous les faits de roumains doivent être signalés au PCNS [PC national sûreté de la SNCF, ndlr] 19# ou 01 40 23 XX XX »

    Contacté, le service de communication de la SNCF en Midi-Pyrénées plaide le cas isolé, exprimant les regrets de la direction régionale de la SNCF en Midi-Pyrénées, face à « l'expression malheureuse » d'un agent SNCF.

    « Les contrôleurs n'ont pas envie de se faire traiter de fachos »

    Laurent Saint-Supéry, contrôleur SNCF CGT Cheminots à Toulouse, veut lui aussi croire à la « dérive individuelle » d'une personne qui s'occupe depuis peu de la sûreté, sans pour autant dédouaner l'entreprise qui avait déjà été alertée à deux reprises :

    « La responsabilité de l'entreprise est engagée parce que cette note a normalement été validée par la direction d'établissement, et parce qu'ils ont mis beaucoup de temps à réagir. Dès le 3 février, la CGT Cheminots interpelle la direction d'établissement (sur le contenu de la note). Elle l'interpelle une nouvelle fois lors du comité d'entreprise régional du 16 février. Là, la direction régionale demande à ce que l'affiche soit “supprimée”. Mais le coup était déjà parti. »

    Le syndicat demande de « rappeler aux responsables de sa parution les valeurs que doivent porter les agents d'une grande entreprise publique ».

    Cette injonction, jusqu'ici restée lettre morte, était accompagnée de la menace de saisir la Ligue des droits de l'homme (Télécharger la lettre de la CGT Cheminots à la direction de l'établissement).

    A l'instar de la CGT, Sud-Rail accuse, dans une lettre adressée à Guillaume Pépy et au président du conseil régional Midi-Pyrénées, Martin Malvy, « un contexte général où la xénophobie et la stigmatisation des immigrés deviennent chaque jour plus insupportables […]. »

    Pour le secrétaire fédéral Frédéric Bodin, « les contrôleurs n'ont pas envie de se faire traiter de fachos », puisqu'ils ont refusé d'appliquer des consignes venues d'en haut : « Grosso modo, cette note (demandant de signaler les Roumains) est un copier-coller d'un mail qui circulait en interne et qui vient de Paris. »

    « Recrudescence des vols »

    C'était le véritable objet de la note, selon la SNCF. Citée le 25 février par l'Humanité, l'entreprise souligne dans un communiqué que « la note avait pour objectif d'attirer la vigilance des contrôleurs sur la recrudescence des vols ».

    Contacté, le service presse national de la SNCF a refusé de communiquer sur l'augmentation du nombre de vols, considérant que les estimations de la société ne sont pas publiques.

    « Face aux suppressions d'effectifs dans les gares et dans les trains, la direction demande à ses agents de se transformer en délateurs », oppose Sud-Rail dans un communiqué. (Télécharger le communiqué de SUD-Rail).

    Guy Lalande, contrôleur Sud-Rail à Toulouse, précise l'accusation du syndicat :

    « Cette note serait le résultat d'une campagne de la sûreté SNCF, au niveau du réseau national, qui demande de faire remonter les informations sur les désagréments rencontrés, dans le Sud, avec des bandes organisées de personnes qui mendient et rackettent. Sur l'affiche, il y a le numéro du PC national parce que l'objectif est que les contrôleurs préviennent Paris pour alimenter une base de données et que la SNCF sache où intervenir précisément. »

    Le service de presse national de la SNCF a refusé de commenter la lettre de Sud-Rail, adressée à son président, Guillaume Pépy.

     Vu sur http://www.rue89.com

     

    Les Roumains nous envahissent, nous sommes perdus ! ;o) D. Toulmé le 26/02/2010

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique