•     

                                             Sainte Sara (ou Sarah) est la patronne des Gitans

     

          Cette carte postale (ci-dessus) figure une fête en son honneur dans le Sud de la France. Sainte Sarah est portée en procession pour un trajet qui ne varie pas de manière immémoriale.

     

     

    Le mystère de Sara

    En connaître un peu plus sur Sainte-Sara :

    Voir la page consacrée aux Gitans sur le site de Princessedenuit :

    http://princessedenuit.oldiblog.com/?page=articles&rub=31097, site malheureusement interrompu en août 2007

     

    Vers le livre de Jean de Vallières  sur Folco de Baroncelli, marquis de Javon, "qui devint l'ami et le conseiller des tribus gitanes qu'une force mystérieuse ramène périodiquement à Saintes-Marie-de-le-Mer pour le pélerinage de Sainte-Sara-la-Noire" :

     

     

     

     Mise à jour : 13/08/2007

     

     

    Liens :

    * Vers Les Gitans au rendez-vous des Saintes-Maries-de-la-Mer : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=679088

    * Vers Pépé Lafleur, le porteur de bannière aux Saintes-Marie

    * Le livre de Jean de Vallières sur Folco de Baroncelli, marquis de Javon  : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=262756

    * La page de Filsduvent.oldiblog consacrée au Marquis Folco de Baroncelli, grand ami des Gitans et des tribus indiennes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1021877

     

     

     

    Elle est connue comme la Patronne des Gitans, mais elle n'est pas considérée comme telle par les autres groupes :

     

    Roms, Manouches, Sinti, Yéniches qui ne viennent au pèlerinage que depuis quelques décennies et ne manifestent pas le même empressement à son égard.

    Sara pose, pour les historiens, une énigme qui ne semble pas près d'être résolue.

    La tradition provençale y voit la "servante", c'est-à-dire la "familière" des Saintes Maries en Palestine et leur compagne sur les bords du Rhône. Une tradition camarguaise voudrait qu'elle fût une gitane déjà installée sur ces rives et qui, la première aurait accueillie, ici même, les exilés de Terre Sainte. Cette présentation ne manque pas de poésie, mais est-elle conforme à l'histoire qui ne signale pas la présence des Tsiganes et Gitans en France avant le XV° siècle ? D'autres versions ont été également proposées : il s'agitait de Sara, l'Egyptienne, abbesse d'un grand couvent de Libye et fêtée par l'Eglise le 13 juillet. Ou encore d'une Sara qui figurerait dans un groupe de martyrs persans, avec deux Maries et une Marthe ... et dont les reliques seraient parvenues jusqu'en Gaule. Enfin, un texte apocryphe, la lettre des Apôtres, remontant incontestablement au II° siècle, nous montre une Sara découvrant, avec Marthe et Marie, le tombeau vide et partant annoncer aux Apôtres la Bonne Nouvelle de la Résurrection du Christ.
    En vérité, nul ne sait qui est Sainte Sara, ni comment son culte s'instaura aux Saintes Maries de la Mer où l'on venait la prier de très loin, avant la Révolution Française. La première mention de Sara se trouve dans un texte rédigé en 1521 dont le manuscrit se trouve à la bibliothèque d'Arles.

     

    Statue de Sainte Sarah aux Saintes-Marie en couverture de l'ouvrage de Guy-Pierre Geneuil

     


    12 commentaires
  •  

       Les Gitans n'aiment pas qu'on les appelle les "gens du voyage" car cela englobe trop de groupes aux moeurs éloignés. Ils lui préfèrent le terme voyageurs, plus en accord avec leur vision des choses.

    Sources : Tsiganes, "gens du voyage" - Analyses pour  une action adaptée, FORS-Recherche sociale, N°155, 2000


    2 commentaires
  •  

     

         Les Gitans n'aiment pas qu'on les appelle les "gens du voyage" car cela englobe trop de groupes aux moeurs éloignés. Ils lui préfèrent le terme Voyageurs, plus en accord avec leur vision des choses.

    Sources : Tsiganes, "gens du voyage" - Analyses pour  une action adaptée, FORS-Recherche sociale, N°155, 2000

     


    1 commentaire