• Soirée du Nomadisme en Afrique et ailleurs

     

     

    Nomadisme en Afrique et ailleurs.

    Soirée du mardi 29 octobre 2013 à Selommes

     

    Filsduvent logo

     

    Cette soirée est dédiée à Geneviève Calame-Griaule, disparue récemment, en particulier pour ses travaux sur les contes et la tradition orale spécialement chez les Dogons (Mali)

     

     

    Problématique :

     

    La Terre devient jour après jour plus petite pour accueillir l'homme en accroissement numérique exponentiel

    Les populations indigènes sont peu à peu dépossédées de leurs terres au profit des sédentaires (des terres pour cultiver, pour l'habitat), des entreprises minières multinationales (explorations et forages pour le commerce ou simple spéculation)

    Ces populations indigènes étaient pour beaucoup nomades culturellement

    Les dernières populations nomades ont besoin de beaucoup d'espace pour vivre (ils vivent de chasse, de cueillette, ce qui épuise rapidement, ou bien d'élevage extensif comme les peuples du Grand Nord)

    Elles sont donc contraintes de se sédentariser

     

    Est-ce la fin du nomadisme annoncé depuis longtemps déjà ? Est-ce inexorable ?

     

    Aujourd’hui, en Europe, ceux sont les Roms qui sont les nomades

    Tout d’abord, parlons des Roms…

     

     

    Les Tsiganes sont le dernier peuple nomade d'Europe. Ils sont ce que nous connaissons le mieux du nomadisme.

     

    I - Les Roms et le mythe des Tsiganes nomades

     

    Brève histoire des Tsiganes

     

    Les persécutions : Le Samudaripen

     

    Les Roms de l'est et les persécutions modernes liées notamment aux crises du capitalisme

     

    Beaucoup de critique viennent du fait d’une méconnaissance des cultures. Les Roms sont soupçonnés de profiter des systèmes sociaux européens. On est jaloux de leurs avantages « indu » et de leur liberté apparente

     

    Est-ce si simple que ça ? Quels sont les avantages et les inconvénients en général liés au nomadisme ?

     

     

    II - Avantages du nomadisme :

     

    Nomade : Qui n'a pas de lieu d'habitation fixe

     

    * On peut voyager léger, ce qui signifie d'avoir moins d'attaches par rapport aux objets, aux choses matérielles

     

    * C'est une économie de moyen qui cadre relativement bien avec les principes de l'écologie moderne

     

    Exemple : Histoire de Pascal, mon ami

     

    Il traitait les nomades de gens "vraiment sales", qui "laissent des détritus partout où ils passent". Je m'en suis offusqué. Non pas du fait qu'il soit sale de laisser des détritus partout, je ne le contestai aucunement, mais du fait qu'il fustige cette ethnie et son mode de vie. Alors je lui rétorquai que les sédentaires que nous sommes polluaient beaucoup plus et que cette pollution n'était pas aussi visible mais autrement dangereuse pour l'environnement. Je pris mes distances depuis ce moment et j'eu confirmation un peu plus tard de me méfier de ses idées : il trouvait les idées du Front National "pas inintéressantes", propos rédhibitoires à mes yeux.

     

    Voir cette histoire complète sur le site des Fils du Vent sans Pays : Http://filsduvent.kazeo.com

     

     

     

    * La mémoire des peuples nomades est orale et se passe de bouche en bouche. Ce qui resserre les liens sociaux en particulier dans la famille même.

    Il y a un respect des aînés dans les sociétés où les écrits sont rares. Les anciens sont des bibliothèques vivantes (confère Hamadou Hampaté Bah...)

     

    * Le respect de la terre et de la nature en général, parce que la terre est la mère nourricière et qu'elle nourrira les enfants nés et à venir.

     

    * Une grande liberté caractérise les peuples nomades. C'est une liberté relative car elle concerne le déplacement physique qui s'effectue en famille et la tradition culturelle oblige des liens relatifs à la cohésion du groupe.

    Cette liberté dont se montrent jaloux les sédentaires est donc fantasmée plus que réelle.

     

    * Une très grande spiritualité caractérise les nomades. Elle est puisée dans les récits et les contes, lors des veillées. Elle contribue à resserrer les liens entre les membres d'une même famille.

    Les Tsiganes ont adoptés les croyances des peuples qui les ont accueillis. La ferveur n’a d’égal que la précarité d’une vie difficile.

    Exemples :le pèlerinage des Saintes Maries de la Mer, les rassemblements protestants "Vie et Lumière"

     

    * Par rapport aux sédentaires, les nomades sont plus "adaptables" (exemple des religions) fruit de l'expérience des siècles et notamment des persécutions par les sédentaires. Cette adaptabilité est en même temps un défaut : elle a rendu les nomades plus résistants au mal et donc moins versés à se plaindre facilement tels beaucoup de sédentaires...

     

    La persécution lieé au racisme de nos jours est un inconvénient majeur de vivre de manière itinérante.

     

    III - Inconvénients du nomadisme :

     

     

    * C'est un mode de vie en perte de vitesse et qui semble voué à la disparition

     

    Alors que les années 70 étaient des années d'insouciance où le nomade n'était pas loin de représenter le héros moderne...

    Exemple de Total qui édite un livret sur les Tsiganes alors que ceux-ci ne consomment alors pas d'essence !!!

     

    ...Notre époque à l'inverse invente sans cesse de nouvelles lois, règles comme autant de barrières

     

    Elle stigmatise les nomades les rendant coupables des difficultés économiques liées aux modes de vies et cultures sédentaires. Cela génère des conflits car les lois sont faites par les sédentaires et pour les sédentaires (racisme)

    Exemple du génocide des Indiens qui s'est fait à coup de lois non respectées (par les sédentaires)

     

    * Car les nomades n'ont pas d'institutions qui les protègent. C'est en évolution car il faudra bien que l'Europe légifère vis à vis de ses populations nomades en tenant compte de leurs aspirations. Ce droit à aller et venir librement pourrait servir de modèle à d'autres peuples notamment en Afrique ou en Amérique (indiens).

     

    -----> Ils sont à la merci des crises économiques qui en font des boucs émissaires (Tsiganes d’Europe), racisme

     

    -----> Ils sont prêt à se vendre au plus offrant contre une protection ou des droits utopiques (Touaregs au Mali, Rohingya des îles Andaman)

     

    -----> La vie nomade est précaire comme le sont les revenus. La tentation est grande pour pouvoir manger d'enfreindre la loi en volant les biens des sédentaires afin de les manger ou de les vendre (fable de la Cigale et de la fourmi de Jean de la Fontaine)

     

    * L'éducation des enfants est difficile. Elle perpétue le sentiment d'infériorité car les niveaux scolaires restent faibles malgré des exceptions. L'émergence d'une intelligentsia d'origine nomade pourrait s'avérer providentielle dans l’optique de droits à venir mais les personnes issue du nomadisme qui arrivent à étudier préfèrent bien souvent s'intégrer, oublier leurs racines et se construire une vie tranquille.

     

    * Les barrières nationales empêchent le mouvement et divisent les différents groupes. Les propriétés sont de plus en plus imperméables...

     

    La problématique est sensiblement proche de celle relative à la propriété individuelle… (exemples de citations de gens célèbres relatives à leurs positions par rapport à la propriété) cahier bleu

     

    Alexandre Romanès : « nous ne voulons pas nous intégrer, nous voulons aller librement »

     

    Notes d'optimismes :

     

     

    * La science-fiction : Michel Grimaud et son Tyran D'Axilane. Des nomades qui se déplacent à l'aide de montgolfières après un naufrage spatial

     

    * Le film de Tony Gatlif  "Latcho Drom" (1992) sur l'itinérance dans et avec la musique à la suite des déplacements des Tsiganes depuis le Nord de l'Inde, actuel Rajasthan, jusqu'à l'Europe et l'Afrique.

    Ce film a été montré en deuxième partie de soirée pour illustrer la vie nomade, en particulier celle des Tsiganes à travers le monde, mais aussi pour rendre hommage à Tony Gatilf son réalisateur, qui permet gracieusement de montrer ses oeuvres. Merci encore Tony.

     

     

    Filsduvent logo

     

     

     

     

     

    Fils du Vent sans Pays

    Site de recherche et de combat pour la mémoire des peuples Tsiganes, Roms, Bohémiens ou Romanichels, Gitans, Sintis, Yéniches et autres voyageurs du monde

    http://filsduvent.kazeo.com

     

    Tél. 06 78 222 482

    Denis TOULME, administrateur

     

    Livres, Films, documents en tous genres sont disponibles sur le site

     

     

     Dernière mise à jour le 01/02/2014

     

     

    Liens : 

    * La page consacrée à Tony Gatlif sur le site des Fils du Vent Sans Pays : http://filsduvent.kazeo.com/cinematheque-videotheque/gatlif-tony,a485389.html

    * Michel Grimaud, écrivain pour la jeunesse, s'intéresse aux nomades dans l'anticipation : http://filsduvent.kazeo.com/bibliotheque-au-petit-bonheur/grimaud-michel,a485351.html

    * Une histoire d'amitié qui tourne mal : "je t'aimais, oui, mais" : http://filsduvent.kazeo.com/non/je-t-aimais-oui-mais,a485429.html

    « 2013 et les Roms sous les feux de l'actualitéClémentine Autain outrée par le sort réservé au Roms »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :