• Taïsa de Sébastien Balanger

     

    TAÏSA

     

    Documentaire de Sébastien Balanger (France, 2005 - Sombrero and Co -Beta SP - Stéréo - 52 mn)

    "J'ai cette impression étrange que nous sommes enfermés sur la route ", commente le réalisateur Sébastien Balanger

     

    Qu'est-ce tu lui veux à Bilou, toi ?

     

     

    mardi 30 octobre 2007, 20:50 - KTO

    Les Manouches, des populations dont on ne sait jamais comment ils vivent ni de quoi. Cette méconnaissance nourrit les plus vieux préjugés...

    Un voyage à la première personne dans le monde des Manouches, par un gadjo

     

    A l'encontre des préjugés nourris par une profonde ignorance, portrait d'une famille manouche au quotidien pour mieux comprendre cet autre mode de vie. guide-tv.sfr.fr

     

    La critique de Télérama est sévère : "...un empilement de séquences impressionnistes que l'on regarde avec le sentiment de rester à la surface, d'accumuler des détails, des mots, des moments. Sans qu'ils parviennent, au-delà du sentiment diffus d'injustice et d'indignation ressenti face au rejet et au racisme que subissent Bilou et les siens, à raconter une histoire, à dessiner un portrait qui dépasse l'esquisse. "

    par Virginie Félix (Télérama n°3015, 24/10/2007)

     

    En caravane toute l'année, c'est pas tout à fait comme le camping l'été

     

    Le 16/11/2007 à Mondoubleau, projection du film suivie d'un débat avec le réalisateur.

    Le film est album de photographies sur une famille de Voyageurs (Ziegler) en même temps qu'une rencontre particulière : celle de Bilou et Sébastien Balanger.

    Un des moments les plus importants du film à mon sens : nous sommes sur une aire d'accueil et de stationnement pour les gens du voyage. Un jeune homme explique que le sol n'est pas bien fait, que la surface part déjà lorsque l'on la nettoie. Il parle ensuite de l'environnement. Plan caméra panoramique autour de nous :  " Un mur pour ne pas nous voir parce qu'on a honte de nous, des arbres plantés afin que l'on nous voie pas, alors qu'à l'intérieur de l'aire de stationnement y'a pas d'arbre et pas d'ombre donc. La honte, c'est nous qui l'avons, d'être parqués ainsi comme avant, comme dans un temps ancien... "

    Ca transpire un peu la mise en scène mais au moins, on s'est senti au coeur de la vie des Voyageurs, avec eux, à causer d'une partie de leurs problèmes : le voisinage avec les sédentaires. Ce sont eux, les sédentaires, qui créent les lois, pour résoudre principalement leurs problèmes de sédentaires par rapports aux voyageurs.

    Sébastien Balanger a paru empreinté. Peut-être était-il déjà dans son futur doc. ? On peut le comprendre. Disponible en tout cas et pas froid, le cinéaste. Cette halte parmi les Voyageurs est à priori une parenthèse dans sa carrière.

    Denis Toulmé

     

     Dernière mise à jour : 1/02/2008

     

     

    Liens :

    * Le résumé du documentaire dans le mini portrait de Bilou la Manouche : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1676642

    * La "chine", c'est quoi pour les Tsiganes ? : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1676537

    * Victimes du racisme avant les autres peuples, les Tsiganes : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=373859

    * Un film de fiction que je vous recommande sur nos amis les Voyageurs, Swing de Tony Gatlif : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=332322

    * Actualité de la rubrique préjugés, clichés, idées reçues par rapport aux Tsiganes et autres gens du voyage : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=articles&rub=25513

     

    * Film suivant, un documentaire sur les Tsiganes roumains : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1620142

    « Expulsés Voyageurs, Manouches, Gitans...La chine, c'est pas l'Pérou mais ça fait vivre »

  • Commentaires

    1
    visiteur_Stella
    Lundi 17 Décembre 2007 à 09:41
    Cet article me fait penser a ces familles tzigane qui depuis des décennie ,occupe un terrain mis a leurs disposition par une commune, non loin de mulhouse. Depuis quelques années de nouveaux riverains ce sentait gênes, pas tant par la présence de l?homme, que par son habitation.
    Aussi le maire a-t-il décidé de remplacer les caravanes par de petite maisonnettes identique alignées, faite de bois rouge et noire.
    Cette modification de logement leurs a été imposer pour satisfaire le regard de l?autre partie de la population, lésée de cette vision.
    Au journal télévisé une jeune femme de ce camp expliquait que ce changement d ?habitation lui donnait
    une impression d?enfermement, que la jeune génération finirait sans doute par s?y habituer, mais que pour les plus anciens c?était pénible.
    Bien sur des conforts ont été mis a leurs disposition, là n?est pas le problème, mais a y voir de plus près j?ai le sentiment qu?on les a parquer dans un ghetto. Maintenant elle est plus belle la vue ?
    2
    cyn56thia
    Dimanche 28 Juin 2009 à 10:30
    moi je comprends se que c'est j'en suis une
    mais en fait c plus confortable d'avoir une caravane qune maison
    je vou la dit moi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :