• Tinkers, les Voyageurs d'Irlande

     

     

    Tinkers

     

     

    <o:p></o:p>

    img145/4329/nearthefirephotocharlessw4.jpg

     

    Photographie © Charles Hewitt et Getty Images

     

                  Vous les verrez sur les routes et ils feront partie de votre paysage quotidien. En caravane moderne ou vivant sous une simple toile tendue sur deux bâtons, ou encore se promenant dans une roulotte rutilante, les tinkers n'ont pas la même origine que les tsiganes ou les « romanos » de chez nous. Très peu viennent d'Europe centrale. La majorité d'entre eux sont le résultat direct des expulsions de paysans pauvres de leurs terres par les landlords anglais, et surtout de la Grande Famine de 1844. En effet, la maladie de la pomme de terre, en privant les Irlandais de leur unique nourriture de base, jeta sur les routes des centaines de milliers de gens à la recherche de quelque chose à manger. C'est à cette époque que l'on fit construire, par les chômeurs, des murets censés protéger les récoltes du vent. Des familles entières errèrent pendant des années et ne se fixèrent plus jamais. Les tinkers sont donc les descendants directs des victimes de la famine et, pour ainsi dire, n'ont jamais arrêté de marcher depuis. Ils sont spécialistes des petits métiers de la route et font de jolies choses en vannerie et surtout en cuivre et en étain, d'où leur nom. A signaler que « tinkers » possède en Irlande une connotation un peu péjorative. « Travellers » est plus correct. Ils ont de plus en plus tendance à s'implanter autour des banlieues défavorisées de Dublin mais le gouvernement n'est pas des plus « helpful ».

    In, Le Guide du Routard Irlande, Hachette, 1993

     

    **********

     

    * "Tinkers" est aussi un roman de Paul HARDING (Les Foudroyés en français, Le Cherche-Midi éditeur, 2011). Dans cet ouvrage, le père du héros est évoqué dans son histoire : "colporteur de son état, il parcourait avec son enfant l'état du Maine [États-Unis d'Amérique], afin d'y vendre brosses, savons et autres articles élémentaires..."

    Vu dans le magazine Télérama n° 3198 du 27 avril 2011

     

     

    **********

    Tinkers, comme Tinker Jones, le ferblantier muet de La Petite maison dans la Prairie qui, de manière fort sympathique offre une cloche à la communauté, tandis qu'on se déchire pour savoir qui doit la payer.

    "Qui est-il ? D'où vient-il ?" demande Laura

    "Ca on ne sait pas, personne ne le sait !", répond Charles, son père.

     

    Tinker Jones, typique Fils du Vent plus ou moins itinérant.

     

    La Petite maison dans la Prairie, Laura Ingalls Wilder, épisode n°11 : La cloche de Tinker Jones, DVD n°4 "la collection officielle en dvd", Éditions Cobra,  2006

     

     

     

     

    Dernière mise à jour effectuée le 26/05/2011

     

     

     

     

    Liens :

    * Différents noms pour des peuples aux origines diverses, les Tsiganes et autres Voyageurs : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=420961

    * A la page suivante, c'est une expression qui comprend le mot roulotte. vous voyez ? http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1997884

    * Le site du Routard : http://www.routard.com/

    « Grand concours Fils du vent sans pays, écrire chez les TsiganesVesta, des Gens du voyage bien gardé ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :