• Trône tsigane pour le pape Benoît XVI

    Un menuisier-sculpteur hongrois (et rom) peaufine un siège doré pour le Saint-Père

    Un lieu sain pour Benoît XVI 

     

            Un menuisier-sculpteur hongrois peaufine un siège doré pour le Saint-Père Arpad Rostas, menuisier et sculpteur de la ville hongroise de Marcali a eu il y a quelques mois, en rêve, la vision d'un siège pour le pape Benoît XVI : un trône en chêne massif de 2,5 m de haut, doré à l'or fin, décoré d'angelots et en incrustation un poème de son cru.

    "Une nuit j'ai rêvé de trois trônes baignés d'une lumière intense : au petit matin j'ai couché les croquis sur papier et j'ai envoyé une lettre au Vatican, car je savais que j'avais été appelé pour réaliser un trône pour le Pape", explique à l'AFP ce menuisier de 47 ans. L'aventure devrait aboutir à une cérémonie officielle de remise au Vatican le 22 décembre prochain.

    "Je graverai dans un endroit secret " Que le Seigneur protège Benoît XVI " ainsi qu'un poème de son cru, précise-t-il en soulignant avoir choisi un chêne de 200 ans pour son projet.

    Le carnet de commandes et de réalisations de cet homme mince, arborant une fière moustache, contient des contrats allant bien au-delà de sa petite ville à 200 kilomètres au sud-ouest de Budapest, en France, Allemagne, Autriche, Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

    Arpad Rostas, au contraire de ses concurrents, ne refuse pas les rénovations d'objets parfois très délabrés. Il a notamment participé à la réfection des parquets de la salle des Miroirs et d'une table de Louis XIV à Versailles, des lambris du Louvre, sans oublier celle de châteaux dans le Calvados.

    Très fier de réussir là où d'autres échouent, il a redonné vie au portail de l'ambassade de Hongrie à Vienne ou encore aux meubles du château Neuschwanstein en Bavière.

    "Les Français et les Autrichiens veulent préserver jusqu'au plus petit clou dans les objets anciens... alors que pour les Allemands il faut avant tout que ce soit fonctionnel"<wbr></wbr><wbr></wbr>, confie-t-il.

    En revanche, chez lui en Hongrie on exige de lui des "certificats et diplômes" qu'il n'a pas, ce qui l'empêche d'y travailler sous son nom.

    Et malgré des lettres de référence, concernant notamment des travaux de réfection dans le splendide bâtiment néogothique du Parlement hongrois, la plus grande synagogue de Budapest ou l'ambassade de la Suède, le menuisier-sculpteur ne dispose pas de brevet professionnel.

    Ses parents Roms ont abandonné Arpad après sa naissance dans un hôpital. Recueilli dans un orphelinat il n'a pas eu la chance de poursuivre ses études de rêves pour "devenir le meilleur restaurateur au monde".

    Autodidacte, il a appris son art dans les musées et bibliothèques.

    Sa technique de restauration des commodes, lits et autres meubles commence par un nettoyage méticuleux, suivi du prélèvement des parties pourries et l'insertion de pièces de bois spécialement choisis et traités dans un bain particulier de matières organiques.

    Il utilise autant les jus de fruits et légumes (pommes de terre, ail, baies) que "des excréments de chevaux et même de l'urine humaine" avant de faire bouillir le bois dans des huiles essentielles, explique-t-il en rappelant que non seulement Leonard de Vinci, mais bien avant lui les Egyptiens, faisaient déjà appel à ces substances inattendues.

    "Mes placards rénovés ne sentent ni mauvais, ni le vieux, ni le moisi", se félicite-t-il.

    Parmi les défis acceptés, certains, se souvient-il, se sont avérés très épineux. Comme la remise en état d'un escalier en colimaçon de 1880 dans un palais de Marcali dont les marches changent de couleur avec la lumière du jour. Mais l'ensemble de sa structure était tenue par un seul clou invisible : "j'ai passé une nuit à méditer devant, avant d'avoir eu la vision de ce clou."

    Pour l'heure il veut finir de peaufiner son trône pour le Saint-Père, après il cherchera du travail à l'étranger où son talent est plus apprécié.

    (Agence France-Presse) par Eszter BALAZS, le 15/07/2009
     
     
     
     
     
     
    Espérons que notre restaurateur ne sera pas poursuivi par Le mythe du quatrième clou de la croix. D. Toulmé
     
     
     
     
     
     
    Page dernièrement mise à jour le 5/10/2010

     
     
     
     
     
    Liens :

    * Métiers des Gitans, Tsiganes, Bohémiens, Gens du Voyage http://filsduvent.kazeo.com/C-est-la-vie/Metiers-exerces-revenus-des-Gens-du-voyage,a485060.html

    * Benoît XVI, un des amis très controversés du président SARKOZY : http://filsduvent.kazeo.com/N-oublions-pas/Sarkozy-l-heritage-de-Bush-un-President-omnivore,a485630.html

    « Les Romanichels de Mauryce MotetQu'est devenue Raya la Tzigane ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :