• Un camp tsigane où il ferait bon vivre

     

    Cédric Condom et Emmanuel Migeot

     

     

    * Un camp où il ferait bon vivre, Kilaohm productions, 2006


    Film documentaire

    Réalisé par Cédric Condom
    Ecrit par Emmanuel Migeot

    Tout Public / Couleur / MONO / 4:3 / 0h52mn

    Durant la Seconde Guerre mondiale, les nomades furent groupés dans une trentaine de camps dont un seul leur était exclusivement dédié : le camp de Saliers près d'Arles.

    Ce documentaire retrace l’histoire de ce camp aujourd’hui physiquement disparu et qui n’existe plus que dans le souvenir de quelques anciens détenus de Saliers qui livrent leur témoignage ainsi que le photographe Mathieu Pernot, l’historienne Marie-Christine Hubert, l’archiviste Rémy Bouder, des élus et les membres d’associations ayant contribué à l’édification d’une stèle commémorative sur le site du camp.

    Car pour répondre aux critiques internationales le gouvernement de Vichy, qui voulait une « vitrine » pour y interner les nomades, fit construire « un camp modèle » en Camargue, au prétexte, absurde, que la région était « le berceau de la race gitane ». Le projet fut confié à un architecte des Monuments historiques qui voulait lui donner l’aspect « d’un village agréable », d’un camp « où il ferait bon vivre » ! Bien sûr le projet se transforma rapidement en fiasco. Les conditions de vie étaient déplorables ; les internés souffraient de malnutrition, du froid et du manque d’hygiène. Les évasions étaient fréquentes mais les nomades étaient souvent repris par les gendarmes sur les routes.

    Les Tsiganes présents là étaient loués aux paysans des environs pour des salaires de misère. Les enfants étaient arrachés à leurs parents pour être plaçè à l'assistance publique ou chez des particuliers.

    Finalement le camp ferma le 17 août 1944, après le débarquement de Provence.

    Après-guerre, les baraquements faisaient tellement « couleur locale » qu’ils servirent de décor sud-américain au réalisateur Georges Clouzot pour la scène d'’introduction du Salaire de la peur, avant d’être détruits.

     

    Un camp pour les bohémiens

    L'ouvrage de Mathieu Pernot

     

    Cette page fut mise à jour dernièrement le 20/04/2012
     

     

     


     

    Liens :

    * Un autre camp d'internement dans le centre-ouest de la France, Méron près de Montreuil-Bellay : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1541392

     

    * La page suivante, Vertiges, de la danse avec Gatliff : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1764435

    « Fils du vent sans pays solidaire des AïnousLa rue des Lombards à Paris, dédiée au Jazz »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :