• Une pièce de monnaie qui VOULAIT partir de là

     

     

    C'est l'histoire d'une pièce,

    Un sou, dirons nous

    Un jaunet (comme dans Balzac)

     

     

    Adonc, des espèces m'étaient indispensables pour acheter une revue.

     

    Tout en marchant, j'extirpai mon porte-monnaie de mon porte-document

    Il faut dire, j'étais pressé de prendre mon train

     

    Ouvert le fruit de ma misère, non il est marron

    La pièce tomba ; que n'était-elle pas avec ses consoeurs au tréfond ?

    Sur ma chaussure qui, comme chacun sait, s'essaie à destre pour céder à senestre

    C'est trop bon, se dit-elle, je puis aller à fond

     Maisnonc'estpasellelilafin

    Roula, roula sur le trottoir folle de joie en défouloir

    Me tira la langue un instant que je crus la surprendre

    Peut-être n'y avait-il pas d'autres bouche d'égoût dans la rue de Paris

     

    Mais sis ici si la garce y roula manqua même, me croirez-vous, de s'y arrêter

    Appelée par je ne sais quel corps, ne voulut pas

    Disparut fort et bien dans l'antre noir où il pût

    Mais non décidément plus personne n'y croit, ne suit

     

    Elle chut, en pluie, en Suisse, en suie ? Que sais-je ?

     

    Ensuite ?

    Je mirrai l'infortunée, je tentai l'impossible. J'y laissai la cible.

     

     

    Histoire vraie vécue par moi un jour d'août 

     

    « Le jour où Huscenot est mort pour de bonToulmé, spectateur à la fête »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :