• Filsduvent.kazéo solidaire des Rohingyas, ethnie parmi les plus persécutées

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Filsduvent.kazéo solidaire des Rohingyas, ethnie parmi les plus persécutées

    BANGLADESHLes Rohingyas, persécutés et oubliés

     

     

    Crise des Rohingya en Birmanie : de fausses informations à tous les niveaux

    Sur Internet, de fausses informations circulent sur les Rohingya, minorité musulmane de Birmanie en proie à l’une des plus graves crises de son histoire.

    LE MONDE | 12.09.2017 à 18h00 • Mis à jour le 13.09.2017 à 11h10 | Par Anne-Sophie Faivre Le Cadre

     

    L’ONU a qualifié, lundi 11 septembre, d’« exemple classique de nettoyage ethnique » la répression des Rohingya par le gouvernement birman. Cette minorité musulmane, considérée comme l’une des plus persécutées au monde, traverse une crise sans précédent. Depuis le 25 août, trois cent mille exilés ont traversé, à pied ou à bord d’embarcations de fortune, la frontière avec le Bangladesh.

    Il est difficile de répertorier toutes les informations fausses sur les Rohingya circulant sur Internet, reprises en écho par des milliers de comptes partisans et anonymes — ou plus influents —, à l’instar de celui de l’islamologue controversé Tariq Ramadan, qui avait relayé des photographies fausses sur les Rohingya. Un nombre vertigineux de ce genre de photographies, toutes plus insoutenables les unes que les autres, attend l’internaute qui recherche des images de l’exode en cours.

    Ces photographies appartiennent le plus souvent à un autre temps, parfois à un autre lieu. Les photos aux contenus les plus choquants — que Le Monde a choisi de ne pas relayer — proviennent de catastrophes naturelles ou d’accidents industriels en Inde, au Congo, en Chine ou à Haïti. Le site de fact-checking turc Teyit a recensé les images le plus souvent attribuées par erreur aux Rohingya (attention, images violentes).

    Malgré la manipulation par ces photographies, la situation de détresse des Royingya ne peut être niée. Un rapport de l’ONU met en avant les assassinats, les tortures physiques et psychologiques, les viols, les emprisonnements arbitraires et les traitements inhumains subis par cette minorité apatride, privée du droit à la citoyenneté birmane depuis 1982, et que le gouvernement qualifie d’immigrés bengalis illégaux.

     

    Le vice-premier ministre turc diffuse des photos mensongères

     

    Le 6 septembre, la Prix Nobel de la paix et dirigeante de facto du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi, a dénoncé « l’iceberg de désinformation » entourant la crise des Rohingya. Celle que Luc Besson avait immortalisée, en 2011, dans le film The Lady, faisait référence — entre autres — au tweet du vice-premier ministre turc, Mehmet Simsek.

    Le 29 août, celui-ci appelait la communauté internationale à réagir. « On massacre les musulmans Rohingya. Cessons d’être aveugles face à ce nettoyage ethnique », écrivait-il en joignant quatre photographies de corps flottants dans une rivière et de cadavres.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/12/crise-des-rohingya-en-birmanie-fausses-informations-a-tous-les-niveaux_5184585_4355770.html#dkv3f913q6OJ3H5p.99

     Article extrait du Monde en date du 12 septembre 2017

     

    Vous êtes invités à vous enlever des amis d'Aung San Suu Kyi sur Facebook ou tout autre réseau. Merci. Faisons pression sur le Prix Nobel de la paix qui a oublié d'être humaine. Forçons-la à la démission ou à lutter au côté des Rohingyas. D. Toulmé le 13/09/2017

     

     

     

    **********

     

    Quelque 400 000 Rohingyas persécutés par la junte au pouvoir au Myanmar sont réfugiés au Bangladesh. Certains survivent dans des bidonvilles, quand d’autres ont obtenu le statut de réfugié, raconte Le Temps.

    16.06.2010 | Vanessa Dougnac | Le Temps, Genève

     

    Camp des réfugiés de Kutu Palong - Rapport sur la situation des Rohingyas au Bangladesh (2010) - The Arakan Project

    Des hordes d’enfants oisifs, parfois entièrement nus, courent et jouent çà et là. Un fil noué à un sac en plastique se transforme cerf-volant, des cailloux en osselets, une tige végétale en corde à sauter. Sur les collines de Kutu Palong, dans le sud du Bangladesh, la vie s’invente dans la misère du camp des réfugiés, accablé par la pauvreté et dont la patience semble être à bout.

    “La répression a débuté il y a neuf mois”, assure Mustafa Attu, 52 ans. Il est arrivé récemment à Kutu Palong, où s’improvise un bidonville de 20 000 réfugiés illégaux venus des environs. “La police s’est mise à faire des descentes pour nous arrêter, dit-il. J’ai pris peur et je suis venu ici avec l’espoir d’être protégé.” Car, sur l’autre colline et sous l’administration du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), vivent 28 000 Rohingyas ayant obtenu le statut de réfugié. Ce “privilège” donne droit à des rations de nourriture convoitées par les délaissés qui se massent aux portes du camp officiel, comme si cette proximité pouvait leur en donner la clé. Mais rien n’est moins sûr. Les autorités refusent d’enregistrer de nouveaux réfugiés. “Ils doivent repartir chez eux”, réitère le gouvernement de Dacca.

     

     

    Les enfants cherchent à tromper le vide de leur existence que ni leur pays d’origine, le Myanmar, ni leur pays d’accueil, le Bangladesh, ne veut reconnaître. Car ils sont les enfants d’un peuple apatride et discriminé, rayé des cartes et privé de droits : les Rohingyas.

     

    Depuis la fin des années 1970, les Rohingyas fuient leurs terres séculaires de l’Arakan, dans le nord-ouest de la Birmanie. Minorité musulmane tyrannisée par la junte birmane probouddhiste, les Rohingyas sont près d’un million à avoir pris la route de l’exil. Ils fuient vers le Bangladesh voisin, mais aussi vers la Malaisie et l’Arabie Saoudite. Parfois désespérés, ils partent à l’aveuglette sur des rafiots en pleine mer. Les Nations unies décrivent cette ethnie comme “l’une des plus persécutées au monde”. Mais leur tragédie ne parvient pas à susciter l’intérêt de la communauté internationale. Et 400 000 d’entre eux vivraient illégalement au Bangladesh, un pays déjà surpeuplé

    Comment survivent alors les 20 000 Rohingyas du bidonville de Kutu Palong ? Peu à peu, les langues se délient. “Les jeunes partent travailler en cachette à l’extérieur du camp”, admet Imanshuri, 32 ans. Une activité importante consiste à couper illégalement du bois dans la forêt voisine, puis à le revendre aux réfugiés “enregistrés”. Ce n’est pas sans danger. Le mois dernier, Shazida Begum, 10 ans, est partie vers la forêt. “J’étais avec quinze autres enfants, raconte la fillette. Deux policiers ont surgi. Nous nous sommes enfuis, mais j’ai été rattrapée. Les policiers ont mis un couteau sous ma gorge. Ensuite…” Ensuite, Shazida a été violée. Et trois cabanes plus loin, c’est Teeva, 25 ans, qui a elle aussi été violée quinze jours plus tôt. D’après Imanshuri, les viols des femmes Rohingyas seraient fréquents. “Comme les Rohingyas n’ont aucune source légale d’argent, ils s’impliquent dans des activités criminelles”, dénonce Khalid Hossain, chef de la police de Teknaf, à la frontière de la Birmanie. “Ils s’adonnent aux vols, aux trafics d’alcool, de drogue et de passeports. La situation sécuritaire pourrait se détériorer.” Les réfugiés sont certes poussés aux extrémités. Dans le camp, Zahera (nom d’emprunt) avoue qu’elle se prostitue pour survivre, “comme beaucoup d’autres femmes Rohingyas”. Ses clients sont des villageois qui paient 100 takas (1 euro) la passe, dans sa hutte minuscule et en présence de sa fillette. “Quand je suis à court d’argent, ajoute Zahera, je prie Dieu de m’envoyer des clients.” Si les bas-fonds de la détresse humaine existent, ils s’incarnent ici, sur ces collines du Bangladesh, parmi les Rohingyas réfugiés.

     

    REPÈRES Actions des ONG

    ACFMSFLe site de l'UNHCH

     

    En attendant une improbable solution, les Rohingyas illégaux de Kutu Palong se fragilisent : 18,3 % des enfants souffriraient de malnutrition sévère. L’hiver dernier, les rares organisations présentes ont alerté sur le risque d’une crise humanitaire dans cette “prison à ciel ouvert”.                               

    Physicists for Human Rights (UNHCR) a accusé le Bangladesh de freiner l’aide humanitaire. Résultat : Action contre la faim (ACF) et Médecins sans frontières (MSF), les seules ONG à travailler dans le bidonville, sont sur le gril. Tout comme le bureau régional de l’Office humanitaire de la Commission européenne (Echo), l’unique agence à financer une assistance pour 33 000 réfugiés illégaux, avec 6,85 millions d’euros versés depuis 2007.

     

    Signez la pétition pour dire non aux conditions de vie des Rohingyas, peuple de Birmanie:

    http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/nous-refusons-le-silence-face-%C3%A0-l-apartheid-et-au-nettoyage-ethnique-en-birmanie-rohingya-birmanie

     

     

     Cette page fut mise à jour dernièrement le 13/09/2017

     

     

     

    Liens :

    * Signez la pétition destinée à faire pression sur le président birman afin que cessent les pires misères infligées à nos amis Rohingyas : http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/nous-refusons-le-silence-face-%C3%A0-l-apartheid-et-au-nettoyage-ethnique-en-birmanie-rohingya-birmanie.

     

    « Ils menacent la France !!! Les Gens du Voyage plus forts que jamaisFilsduvent.kazeo, un site d'information à part sur les Tsiganes et autres Voyageurs »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :