• ROMANES, Alexandre

     

     

    Alexandre ROMANES

     

     

     

     * Sur l'épaule de l'ange, Gallimard, 2010

     

    * Paroles perdues, Gallimard NRF, 2005

    Préface de Jean Grosjean

    "Pourquoi j'ai écrit ? L'écriture n'est pas une tradition gitane. La poésie me semblait trop haute pour moi, inaccessible,et puis la vivre, pas l'écrire. Je m'étais fait une raison, mais pas le ciel. Lentement, au rythme des saisons qui passent, j'ai rempli un cahier d'écolier. Ce que je sais, c'est qu'il y a des poètes que j'admire. Peut-être que je n'ai pas supporté de les voir passer. J'ai voulu être l'un des leurs."                                                                                                                                                                                                                          Alexandre Romanès

     

    * Un peuple de promeneurs, Le temps qu'il fait, 2000

     

    Extraits des bons petits moments du  livre (ça n'est pas exhaustif) :

    Délia :
    "La télévision est bizarre : elle nous parle toujours du Pape, et jamais du Christ."

    **********



    Je suis souvent dans la lune. Il m'arrive de quitter la pompe à essence ou le restaurant sans payer. Comment expliquer, quand on est gitan, que l'on n'a pas voulu voler ?(1)

    **********


    À l'école, je ne sais pas ce qui était le plus pénible : les cours, ou la récréation, avec les enfants qui criaient et qui couraient dans tous les sens.

    **********


    Moi qui était si misogyne, je ne fais que des filles. Dieu m'a donné une bonne leçon que je méritais et il m'a fait un grand cadeau que je ne méritais pas.

    **********


    En Espagne, les tigres de mon cousin Roland s'étaient échappés. On les retrouve tous, sauf un. Après quinze jours de recherche, on le retrouve dans une ferme à l'écart, tenue par une vieille femme. Quand on lui a demandé si elle n'avait pas eu peur du tigre, elle n'a rien compris. Elle trouvait qu'il mangeait beaucoup de poules et qu'il était bien gros, mais elle voulait le garder. Jamais, disait-elle, elle n'avait vu un chat aussi beau.

    **********


    Mon cousin Roland allait chez le dentiste avec une corde, il lui disait : "Monsieur, ou vous m'attachez, ou vous prenez le risque d'être battu."

     

    **********


    Un travesti à côté du cirque, il est jeune et beau, on dirait une fille. On finit par sympathiser, je lui demande un jour ce qu'il faisait avant. "Avant, me dit-il, j'étais berger dans les Pyrénées." Quelle tristesse.

    **********


    Liana, trois ans. toujours à chanter et à danser. C'est sympathique mais je n'en peux plus.

    **********


    Délia :
    "Qu'est-ce qu'elle est gentille ma fille : on dirait une petite vieille."

    **********


    Je donne une interview pour la télévision française. Le journaliste commence très fort : " Vous les Gitans, vous êtes des voleurs." Je lui demande s'il est français. Il me dit que oui. Je lui dis : "Vous les Français, vous avez volé la moitié de l'Afrique. Curieusement, on ne dit jamais que vous êtes des voleurs." (1)

    **********


    Gilbert Houcke : "un homme, c'est beaucoup plus féroce qu'un tigre. Un tigre, tu lui donnes quinze kilos de viande et il est repu, un homme, tu le couvres d'or et il en veut encore."

    **********


    Genet : "En tout cas, il y en a un qui serait bien embêté si le Christ revenait." Moi : "Qui ça ?" - "Le Pape."

    **********


    J'aurais donné beaucoup pour écrire : "Je suis de la race qui chantait dans les supplices."

    **********

    On s'était arrêté avec les caravanes près d'une rivière. Mon père s'est baigné avec son pantalon et sa chemise. Je l'ai regardé d'un air amusé. Quelques années plus tard, j'étais au bord de la mer. J'ai fait la même chose : ça m'a paru évident.

    **********


    Si je dois être avec des imbéciles, hommes ou femmes, je choisis les femmes : c'est moins lourd.

    **********


    La phrase qui m'a le plus impressionné : "Tout ce qui n'est pas donné est perdu."

    **********

    Mon père, ce colosse, le revoir à travers ma fille de trois ans... Comment ne pas être touché ?

    **********


    La neige, le vent, les étoiles : pour certains ce n'est pas assez.

    **********

    (1)sur les "voleurs de poules"

     

     

     

     

    Page web dernièrement mise à jour le 18/09/2010

     

    liens :

     

    Le Cirque Romanès, oeuvre d'Alexandre

    « New Morning à l'heure TziganeBohémienne de mon coeur »

  • Commentaires

    4
    Caillie Profil de Caillie
    Vendredi 3 Septembre 2010 à 23:31
    Alexandre se trouve ici :

    http://filsduvent.kazeo.com/Bibliotheque-au-petit-bonheur/ROMANi-S-Alexandre,a485300.html



    Ne pas oublier le cirque Romanès :

    http://filsduvent.kazeo.com/Bonheurs-en-voyage/Le-cirque-Romanes-Voyage-a-lui-tout-seul,a793649.html



    Très bon article d'Alexandre, je confirme !
    3
    christian
    Mardi 24 Août 2010 à 22:13
    bonjour Alexandre
    J'ai lu ton article dans le ''nouvel obs ''
    Bravo et merci pour ce temoignage sur la vie et la pensée tsigane.
    Continues, il faut le dire partout.
    2
    visiteur_petite mano
    Mercredi 3 Mai 2006 à 10:57
    le vent , la neige , les étoiles : pour certain ce n'est pas aasez

    pour moi c'est déja beaucoup , cette phrase resume mon etat d'esprit , car la liberté n'est il pas ce que nous avons de plus cher
    1
    visiteur_petite mano
    Mercredi 3 Mai 2006 à 10:53
    il est géniale ce livre j'adore , je l'est tcorave a ma grand mere
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :