• Émile Duville, le Tzigane qui a changé de cheval

     

    " Il y a vingt ans, je me suis posé. Je suis devenu gadjo ".

     

     

          Curieux bonhomme. Voyageur, Émile DUVILLE, 62 ans, a " longtemps roulé. Puis, il y a vingt ans, je me suis posé. Je suis devenu gadjo." Il en avait assez des " heurts " avec les gendarmes ou le voisinage dès qu'il installait sa roulotte quelque part. " On dérange, c'est sûr, dit-il, malicieux. On nous aime bien à la télévision. Mais, dès qu'on arrive dans un coin, on est repoussé dans un autre. Ah ça, la vie nous mord. Qu'est-ce qu'on entend ! Il faut être philosophe, je vous le dis. "

         Sa famille ayant été dispersée dans des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale, Émile Duvil a été recueilli tout bébé par l'assistance publique. " Je suis pupille de la Nation. On m'a élevé dans la crainte des bohémiens ", rigole-t-il. Mais même moulé dans une autre culture que la sienne, il n'a jamais oublié ses origines. Après une formation de tailleur de pierre, dix ans passés en Afrique Noire, " à faire un peu de tout, de l'alphabétisation, de l'agriculture, l'ingénieur des ponts et chaussées... ", Émile Duville est parti à la recherche de son père. " Il était pasteur évangéliste tzigane avec la responsabilité d'une trentaine de caravanes. J'avais 28 ans quand je l'ai retrouvé. Je l'ai suivi. Puis j'ai pris une épouse. "

     

      Afficher l'image d'origine 

     " J'ai suivi mon père. Puis, j'ai pris une épouse. " (atelier de vannerie chez Emile, 2013 ; photographie NR 41)

         Il pourrait parler des heures entières de ses années de bohème. D'où n'émerge qu'un seul regret : la difficile scolarisation des enfants. Lui qui en a huit, l'école, c'est son cheval de bataille. " C'est impératif. il faut que les gens du voyage comprennent que tout a évolué. Aujourd'hui, c'est l'époque d'Internet. La personne qui reste dans les chemins creux, qu'est-ce vous voulez qu'elle comprenne au monde qui l'entoure ? " Plusieurs fois, Émile Duville a tenté de scolariser normalement ses enfants. " Mais ou c'était l'administration qui me faisait repartir. Ou c'était la grand-mère, en bonne bohémienne qu'elle était, qui disait " ça suffit ! " Connaissant quelques ennuis de santé, il a fini par se sédentariser à Montoire. longtemps, il y a été employé de commune, vivant avec sa famille dans une cabane au pied de la cimenterie. Il y a deux ans, il a acheté une petite maison " tranquille " à deux pas de la déchetterie. " Deux chambres en haut, une salle d'eau, une salle à manger, c'est suffisant. On vit dehors de toute façon. " Ses enfants ont planté leurs caravanes dans le jardin.

         Chez les gens du voyage, Émile Duville fait un peu office de patriarche. On vient le consulter " pour comprendre ce que dit le docteur ", un courrier administratif, un problème avec les autorités. " Je suis devenu un médiateur un peu par la force des choses, parce que j'étais instruit ", explique cet autodidacte, qui a tout appris seul, sur le tas, en lisant. " Il faut lire, beaucoup lire. On peut s'instruire autrement qu'à l'école. Le truc, c'est de vouloir. " Dernièrement, il a participé aux commissions qui ont planché sur le schéma départemental des aires d'accueil pour les gens du voyage. Son avis ? " Mitigé. Il manque beaucoup de places, ça va créer des encombrements. " Émile Duville ne veut pas " cracher dans la soupe ". Mais il prévient : " Surtout pas de paternalisme. On ne peut pas mettre n'importe qui pour gérer les gens du voyage. Ils n'ont pas la même façon de penser et surtout de s'exprimer. " Il souhaite aussi quand il voit cette " liberté qui s'arrête de plus en plus, qu'on n'empêche pas les voyageurs de voyager. On ne peut pas rayer nos origines d'un coup de balayette ".

         Avec un brin de fatalisme, il prédit qu'ils finiront tous par se sédentariser " un jour ou l'autre. Ca n'empêche pas de rester tzigane. C'est l'âme qui compte ".

     

    Beau portrait de Yann-Armel HUET pour La Nouvelle République du Centre-Ouest (Loir-et-cher), en date du 10/02/2007

     

     

     **********

     

    Émile anime des stages de vannerie à la maison botanique de Boursay (41)

    Voici l'annonce :

     

     

    Initiation à la vannerie et réalisation d’un panier gitan, à fond plat. Ce stage sera animé par Emile Duville.

    Inscription : 02 54 80 92 01,

    mail: contact@maisonbotanique.com

    site: www.maisonbotanique.com

    Consulter l'association pour davantage de détail et pour savoir si le stage est reconduit.

     

     

    **********

     

     

    J'ai rencontré Émile Duville le 21/02/09 au cours de vannerie organisé par la maison botanique de Boursay (41). C'est un homme d'une profonde humanité. Un homme simple et jovial.

    " Si vous saviez ce qu'il y a au fond de mon coeur... S'il y avait beaucoup de bonhommes comme moi dans le monde, non il n'y aurait pas de dispute [pas réussi à retrouver le mot exact !]

    Les noms des villages

    Nous ne donnons pas le mêmes noms que vous aux villages traversés [par les roulottes d'alors] : nous les baptisons d'un mot, d'une expression qui désigne un évènement qui a profondément marqué notre communauté dans ce village. Cela peut-être un accident (un bras ou une jambe cassée), 

      Exemple : le Doigt (village où le monument aux morts comporte un soldat qui pointe de son doigt le ciel), la selle (un bourg où est installé un marchand de selles à chevaux)

    Les villages sont bien souvent défigurés. On n'a pas le droit d'enlever les témoignages que nous ont laissés nos parents.

     

    Dieu et ses "maisons"

    " Moi je crois en Dieu. Je crois qu'il a des petites maisons dans certaines personnes, dont je suis. Tous ce que je fais : les associations bénévole, les prisons, les interventions, si vous saviez messieurs dames tout ce que je fais en bénévole. Je le fais parce que Dieu à sa maison en moi."

    Denis Toulmé, administrateur Filsduvent.kazeo.com

     

       

    Page mise à jour dernièrement le 27/01/2016

       

     

     

     

    Liens :

    Un gadjo, des gadje, qu'est-ce que c'est ? http://filsduvent.kazeo.com/vocabulaire/gadjo-gadje,a485270.html

    Un témoignage sur les camps de concentration, celui de Germaine Tillon à Ravensbrück : http://filsduvent.kazeo.com/samudaripen-genocide-des-tsiganes-durant-ww2/la-france-toujours-muette-sur-le-genocide-tsigane,a485233.html

    Un texte de Francisque MICHEL relatif à la crainte inspirée par les Bohémiens, une crainte empreinte de racisme de la part des sédentaires : http://filsduvent.kazeo.com/non/les-bohemiens-conte-par-francisque-michel,a485446.html

    Émile DUVILLE semble avoir oublié ou escamote-t-il sciemment ce dicton hongrois / tsigane où il est question de Tsigane avec ou sans cheval ? : http://filsduvent.kazeo.com/dictons-proverbes-sentences/tsigane-sans-cheval,a485475.html

    ....ou bien la maxime de Jean Richepin, fin connaisseur de l'âme tsigane : http://filsduvent.kazeo.com/dictons-proverbes-sentences/le-rom-ne-se-fixe-que-pour-pleurer,a485477.html

    évangéliste ou évangélique ? ne pas confondre ! : http://filsduvent.kazeo.com/spiritualite-mythologie-cosmogonie-tsigane/la-mission-evangelique-tsigane,a485246.html

    Qu'est-ce que Le schéma départemental de réalisation des aires d'accueil pour les gens du voyage http://filsduvent.kazeo.com/stationnement-aires-d-accueil/schema-departemental-de-realisation-des-aires-d-accueil-pour-les-gens-du-voyage,a485034.html

    C'est Tzigane Habitat qui gère les aires d'accueil pour les gens du voyage en Loir-et-Cher (41) : http://filsduvent.kazeo.com/bienvenue-chez-nous/Tsigane-Habitat-ca-vaut-quoi,a485016.

    « Poussée par le vent d'AtlantiqueChissay-en-Touraine (41), l'aire d'accueil le la communauté de communes du Cher à la Loire »

  • Commentaires

    1
    Caillie
    Vendredi 9 Mars 2007 à 20:28
    Message en date du 9/03/2007, posté par Y.-A. Huet

    Bonjour,
    Émile DUVIL n'a ni "oublié" ni "escamoté" le dicton tsigane où il est question de "Tsigane avec ou sans cheval". Au contraire, il m'en a même longuement parlé. Il possède plusieurs chevaux et y est très attaché. Seulement, la rédaction d'un article impose que l'on privilégie tel ou tel angle et que l'on se soumette à des contraintes de format. Impossible de rapporter l'intégralité des propos d'un interlocuteur. Il faut faire des choix. J'ai donc décidé de ne pas retenir cette question du cheval qui ne m'apparaissait pas, dans ce papier, cruciale. Emile Duvil (qui en réalité s'appelle Duville, une faute d'orthographe que j'avoue rouge de honte) n'y est absolument pour rien.
    Amicalement,
    Yann-Armel HUET
    P.S. Félicitations pour la qualité de votre blog.
    2
    Caillie
    Vendredi 9 Mars 2007 à 20:55
    Bonsoir,

    En fait, si j'ai parlé ainsi du dicton tzigane, c'est pour souligner que non
    seulement É. Duville avait opté pour la vie de sédentaire, mais qu'il pense
    qu'il n'y pas d'avenir dans le nomadisme.
    Comment rester Tsigane et sédentaire ? Le choix de É. Duville m'interpelle
    car pour un Tzigane, comme il est dit à cette page ci :
    http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1056929,
    " la sédentarité suggère la maladie et le malheur ". Et ce n'est pas la
    dernière phrase du texte " C'est l'âme qui compte " qui m'a convaincu. La
    Culture des Tsiganes est dans le voyage, dans le mouvement des groupes,
    transhumance millénaire qui charrie avec elle toute l'histoire du peuple
    Rrom. É. Duville avoue lui-même qu'il est devenu un gadjo.


    Mon titre est un brin provocateur mais c'est aussi le rôle de mon blog
    d'amener des réactions : on est pour ou contre É. Duville et on en parle !

    Denis Toulmé
    3
    oceanice
    Dimanche 1er Juillet 2007 à 09:30
    trés belle histoire, trés beau site...
    4
    visiteur_blondine
    Samedi 27 Octobre 2007 à 15:40
    je ne suis pas tout a fait d'accord avec la phrase " je suis devenu gadjo "on vit comme les gadje mais on reste un voyageur ne surtout pas perdre son identité je suis une gadji mais en dedans je suis manouche et j'avoue que les voyageurs ont beaucoup de chose a nous apprendre a nous les gadje gardez votre identité et lacho drom
    5
    Caillie
    Lundi 29 Octobre 2007 à 08:39
    Je me réfère à la diffusion du culte tzigane sur France 2 dimanche dernier [7/10/2007] au cours duquel a été évoqué le nom du prédicateur Jean DUVILLE.

    Je suis très impliqué dans la généalogie familiale dont celle de mon épouse née Michèle DUVILLE, et je suis à l'affut de toute information se rapportant à ses origines où on trouve un mystérieux Jean DUVILLE tzigane avéré ayant vécu au 19ème siècle. Aussi je suis très intrigué par ce prédicateur auquel mon épouse pourrait très bien être apparentée.

    Le souhait qui motive ma démarche auprès de vous aujourd'hui serait d'avoir plus d'informations sur ce prédicateur, voire même de pouvoir le contacter avec l'espoir d'avancer dans l'histoire familiale ou tout simplement dans l'hitoire des tziganes auxquels je cherche à m'intéresser au-delà du culte célébré dimanche dernier sur la base aérienne de Sémoutiers.

    Veuillez m'excuser si ma démarche vous semble inhabituelle mais la recherche familiale bien problématique dans cette population si mobile m'amène à ne négliger aucune piste, c'est pourquoi je m'en remets à vous et vous en remercie par avance.

    Alain PETARD

    Mèl : petard.alain@neuf.fr
    6
    Nérina
    Samedi 7 Février 2009 à 23:15
    Le voyage n?apporte pas toujours ou plus la richesse escompt?

    Autrefois les rroms voyageait machinalement, c??it l?instinct du voyageur qui les menaient sur les sentiers.
    Ils choisissaient leur itineraire selon les saisons et leurs activit?du moment.
    Aujourd?hui, leur d?acement est r?t selon qu?il y est ou non des aires d 'accueils dans les communes.

    Quand j??is plus jeune, avec ma maman, nous avons pass?uelques jours avec ma famille voyageuse.
    Un matin il fallait reprendre la route car mes oncles c??ient pos?l?ans autorisation !
    Nous somme donc repartis pour nous poser sur un autre terrain toujours sans autorisation, car il fallait bien s?arr?r ?n moment !
    Dans la demi -heure qui a suivi, la police a d?rqu?Aucune altercation n?a eu lieu. Il y a eu discussion, promesse de tenir les lieux propre et de ne pas s??rniser !

    C??it un terrain ombrag? la sortie d?un village Des enfant gadj?ui passaient en v?s, se sont arr?s pour nous parler et nous avons jou?ensemble.

    De nos jours malgr?es aires am?g? le plaisir, l?instinct du voyageur mute et devient affligeant !

    En alsace, une commune a fait construire des petites maisonnettes sur l?endroit m? ou des manouches vivaient depuis des d?nnies avec leur caravanes. Officiellement pour leur permettre une vie plus d?nte, vie que les int?ss? n?ont jamais consid?s comme telle.
    Officieusement, pour les fondre dans la masse, car selon un nouveau voisinage, il y avait pollution visuelle.

    C?est ainsi ! Personne n?a bronch? l?annonce de cet am?gement. Les rroms peu instruits, m?nnaissant de leurs droits acceptent sans rechigner et mordent ??app?!
    Les divers associations de rroms d?ndant de la communes, les encourageaient dans ce sens, ne soulignant que l?aspect positif de ce nouvel habitat !

    La crainte du d?t effac? les manouches semble plut?avis !
    Dans les journaux du coin, ils m??ient l?accent sur les sanitaires, l?eau chaude et l?espace, bref un autre confort !

    Dans de tel conditions et avec cette pression permanente, obligeant les voyageurs de diff?ntes ethnies ?ohabiter sur des aires d?accueils am?g?en b?n, il me semble ?dent que le s?ntarisme a toutes les chance de trouver preneurs les ann? ?enir.

    Un vrai rrom doit- il vivre en voyageur ? Je pense que c?est un mode de vie avant tout, qui ne remet pas en question l?histoire de nos origines et de nos familles.
    De nos jours et m? si j?y aspire parfois, le voyage ne permet malheureusement plus l??nouissement.
    7
    Caillie Profil de Caillie
    Lundi 23 Février 2009 à 21:34
    Stage de vannerie gitane d'?ile DUVILLE du 21/03/2009 : les derni?s places vont ?e ch?s. N'attendez pas !
    C'est un homme g?al cet ?ile. Tout simplement.
    D. Toulm?
    8
    josephine
    Jeudi 20 Septembre 2012 à 20:26
    Emile DUVILLE (ou DURVILLE) avait-il pour épouse LOUISE ?
    Une personne de ma connaissance écrivait des lettres à Emile DUVILLE  la place de Louise, qui ne le savait). Est-ce la même personne ? Nous sommes dans un petit village en Anjou et effectivement cette personne m'a mentionné que cette famille sortait du camp d'internement à Montreuil Bellay (49).
      • Caillie Profil de Caillie
        Samedi 29 Septembre 2012 à 01:16
        Bonjour, Le mieux est d'écrire à Émile Duville à Montoire, plus précisément "Les Cinq Arpents, 41800 FONTAINE-LES-CÔTEAUX
    9
    doudou mariolo
    Mercredi 28 Août 2013 à 09:00
    Bonjour , ai eu du plaisir à lire ce texte sur l' Emile , moi qui ai eu un chemin de vie avec quelques points communs , passage par l'assistance publique , élevé par des gadjé , fait des études (merci à eux ) et retrouvé aussi mes racines . la Famille Duville , en ai croisé du coté de Loches , quand je posais mon campement dans les années 80 au bord de l'étang du Louroux , toujours de bonne compagnie , jamais un mot de travers ! à cette époque je tournais sous un autre nom " Euzèbe " mais toujours avec des orgues de barbarie ! long et beau chemin de vie à toi Emile et à ta Famille ! doudou mariolo
    10
    MARIE
    Jeudi 21 Janvier à 10:48
    MA MERE AUSSI AVEC SES 2 SOEURS ET SON FRERE ELEVES PAR L ASSISTANCE PUBLIQUE DANS LA FRATRIE CERTAINS S APPELAIT DEBARRE MA MERE S APPELAIT DUVILLE ILS ETAIENT NOMBREUX TOUS AVEC DES SOUS -BRIQUETS DES SURNOMS. JE ME SOUVIENS DE DEUX ONCLES JEAN ET RENE VENAIENT LA NUIT VOIR MA MERE NE VOULANT PAS LUI FAIRE D ENNUIS A CAUSE DES GADJOS DISAIENT-ILS. ILS ONT RECUS UNE BONNE EDUCATION C POUR PARLERHEZ LEUR NOURRICE . MAIS PLUS SOUFFERTS PLACES DANS LES FERMES DE 14 A 21 ANS ILS CHANGEAIENT TOUS LES ANS A LA ST JEAN. MAMAN ETAIT NEE EN 1923 AUJOURD HUI DECEDEE ELLE AVAIT 57 ANS. NOUS SOMMES UNE GRANDE FRATRIE 9 ENFANTS. TOUS AVEC DIPLOME . JE GARDE LE SOUVENIR DE CE QUE MA MERE M A RACONTEE DE SA FAMILLE .POUR SA MEMOIRE ET LE SOUVENIR J EN PARLE AVEC CERTAIN DE MES FRERES ET SOEUR. J IRAI UN JOUR RENCONTRER MICHEL DUVILLE
      • Caillie Profil de Caillie
        Mercredi 27 Janvier à 12:19
        Bonjour Marie, Merci de votre commentaire. Mais attention, ici, il s'agit de Émile DUVILLE et non de Michel... Latcho drom
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :