• A Roubaix, chez les Chtis, les Roms dans la misère

    A ROUBAIX, QUARTIER DU CUL DE FOUR

    La misère des Roms ébranle le quartier

    Publié le vendredi 16 janvier 2009 à 06h00 (un article de Nordeclair.fr)

     Nasser, bénévole de toujours dans le quartier, apporte à manger aux Roms plusieurs fois par semaine.

    Depuis plusieurs mois, une vingtaine de familles Roms campent dans le quartier du Cul de Four. Des conditions de vie qui ont révolté certains habitants qui depuis les aident en leur apportant nourriture et vêtements.


    DELPHINE POMMIER
    delphine.pommier@<wbr title="mailto:delphine.pommier@nordeclair.fr" />nordeclair.<wbr title="mailto:delphine.pommier@nordeclair.fr" />fr

    Des sourires d'espoir dans la misère


    Ça se passe juste sous notre nez. Au bout de la rue de Flandres, en plein coeur du quartier du Cul de Four. Ils vivent là, dans des caravanes insalubres, entre les déchets. Une vingtaine de familles Roms.

    Nasser et Dabia habitent au Cul de Four depuis toujours. Lui, est rmiste, elle, est sans emploi. Révoltés par cette situation, ils ont décidé d'aider ces familles, « parce qu'il y a plus pauvre que nous ». Le début d'une solidarité qui va s'intensifier.

    Avec l'aide d'habitants, de commerçants et d'associations Nasser et son épouse leur apportent à manger : « Deux à trois fois par semaine . » Des repas qu'il achète grâce aux dons et aux prix avantageux que les commerçants lui font. « La boulangerie Baitar de la rue Daubenton nous fait les baguettes à 35 centimes. On en prend entre 60 et 80. La boucherie aussi nous
    fait un prix », énumère Nasser qui venait, hier, de récupérer trois caisses de clémentines du marché Voltaire. Sans oublier les couvertures données par des habitants ou des associations.


    L'aide ne s'arrête pas là. Il n'est pas rare que les enfants frappent à la porte de Nasser. « Un jour, ils sont venus pour m'avertir que leur mère était malade, en fait elle était en train d'accoucher. » Nasser a prévenu in extremis le SAMU. Pas plus tard qu'hier, un enfant s'est brûlé les fesses sur un poêle. Rien de très grave heureusement. Un peu de Biafine® et il ne
    devrait plus rien paraître... « Ça aurait pu être pire ! » « Je tiens à remercier tous ceux qui nous apportent leur aide », insiste Nasser. Parmi les associations, deux viennent de le rejoindre : Wasquehal Alzheimer et Wasquehal aide humanitaire.

    « La mairie ne fait rien »


    Des remerciements par contre, Nasser n'en a aucun pour la mairie de Roubaix qu'elle accuse de ne rien faire. « Le maire ose dire lors des voeux, qu'à Roubaix, on ne veut aucune précarité. Tout ça, ce ne sont que des paroles », lance-t-il, amer. « J'ai demandé à avoir les clés de la salle de sports pour permettre aux enfants de s'y laver. On m'a dit non. J'ai demandé qu'une
    benne soit installée pour éviter que ne s'amoncellent les détritus. » Deux demandes qui n'ont pas trouvé écho auprès de la mairie. « Si on installe des bennes, ça va empirer la situation. Sachez cependant qu'Esterra passe régulièrement pour ramasser les dépôts sauvages », assure Pierre Dubois, adjoint au maire. Hier, Esterra n'était apparemment pas passé depuis plusieurs jours. « Les solutions sont métropolitaines », ajoute Pierre Dubois.
    Magid Hsaini, adjoint et maire des quartiers Nord précise qu'un terrain d'environ 1 000 m², quai de Wattrelos, pourrait être utilisé pour les gens du voyage... mais pas avant 2010.


    Une réponse qui ne devrait guère satisfaire Nasser qui en appelle encore à la solidarité des gens du quartier. En attendant, la vie - difficile - continue au bout de la rue de Flandres. Contact : 06.16.03.74.<wbr />62

     

    Article de http://nordeclair.fr en date du 16/01/2009
    « Taslima Nasreen choisit Paris pour s'établirDes femmes roms forcées à être stérilisées en République Tchèque, des crimes muselés »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    8
    Nouz
    Jeudi 14 Octobre 2010 à 23:03
    douyto-lap (douyto-laou) deuxième nom, pseudo...

    na merel bi goli, yek mourch ke tasel-pes
    andyom i glenderi dourch, mengre saben, hames tikne, is-men i dar ano kalo
    ap sako dives vel dosta peskri peyna, ame vena sa kral koun o tchiro
    tchi na atchel an kaou bilatcho bolipen na ning mengre douk

    Ça meurt pas en silence, un homme qui se noie
    j'ai traversé le miroir, nos sourires,nous étions petits, nous avions peur dans l'noir
    À chaque jour suffit sa peine, on sera tous roi avec d'la patience
    Rien ne dure dans ce monde cruel pas même nos souffrances

    c'est pas de moi, c'est un texte d'un rappeur français et la romani est du sinto du sud et non du rom.

    tchoum................................Nérinéri

    ps: Lélin j'aimerai la traduction du texte dans ton dialecte.HHHHHHOUUUUUuaaaaaaaaaaa!!!!
    7
    Fille d e l'eau
    Jeudi 14 Octobre 2010 à 14:23
    Traduction du commentaire de Douyto lap / Second nom


    Non mourir bi goli?/ qui (avec) la prison, un homme qui se noie/ se pend, dans les barreaux (le miroir) dourch?, nos rire, nous étions enfants, nous avions la peur dans le noir

    A chaque ( chaque) jour vient dosta? sa douleur (peine) ame vena ( nous vient) sa kral? ( tout
    tout roi ) qui le temps ( avec une dulta?) a chaque ( chaque) jour vient dosta? sa colère

    Rien non ne reste ( rien ne reste) dans ce ciel ( ce monde) non ning? notre douleur ( aussi pas notre peine)
    6
    douyto-lap
    Mercredi 13 Octobre 2010 à 09:40
    na merel bi goli / koun (mit) o shtilipen, yek mourch ke tasel-pes, andyom i glenderi (o shpiglo) dourch, mengre saben, hames (ams) tikne, is-men i dar ano kalo

    ap sako (hako) dives vel dosta peskri douk (peyna), ame vena (men ven) sa kral (aloytre kinego) koun o tchiro (mit i dulta) ap sako (hako) dives vel dosta peskri rholi

    tchi na atchel (tchi tchel gar) an kaou bolipen (kava velto) na ning mengre douk (nina gar mare peyni)
    5
    Samedi 10 Juillet 2010 à 00:08
    Un ramier, c'est quelqu'un qui a un grand poil dans la main ; aussi ne peut-il exercer d'activité en dehors de celle de la langue... et de l'internet visiblement.
    Aider les gens vient du coeur, qu'ils soient Tsiganes ou non. Je n'envie pas les mendiants, les tricheurs, les truqueurs de haute et de basse volée. Je n'envie pas les allocataires du RSA, nouveau RMI, "rémi", comme disaient les gens de la zup. Ni tous les autres démunis, délaissés, jeunes et vieux, dont la faute principale est d'être né sous une mauvaise étoile.
    Les Tsiganes ne sont pas de ceux-là. En majorité, ils n'aspirent qu'à vivre librement de petits boulots, tout en conservant leur culture.
    4
    babou
    Jeudi 8 Juillet 2010 à 10:23
    Les gens qui disent pas d'expulsion accueillent parfois aussi chez eux... Et parfois ils paient aussi des impôts et ils aimeraient que ça serve à autre chose qu'à faire de la répression... Tu sais que le flicage nous coûte bien plus cher que l'aide sociale ? Non, sûrement pas... Mais tu t'en fiches.... Car ce n'est pas ça le problème, hein ? C'est plus quelques idées bien sales dans la tête. Je te souhaite d'être un jour à la rue. Tu verras, c'est très chouette...
    3
    ramier
    Jeudi 8 Juillet 2010 à 08:13
    les gens qui disent pas d/expulsion doivent les prendre chez eux et le probleme est regle bien sur sans aucune aide de l/etat la on verra leur reaction
    2
    Caillie Profil de Caillie
    Jeudi 14 Mai 2009 à 23:38
    Quand on a pas plus à dire que ça, on laisse les Voyageurs à leurs pensées, sur leurs nuages de ouate, à attendre les beaux jours, les longues soirées. Un hivernage pas encore tout à fait terminé.

    http://filsduvent.kazeo.com/?page=rubrique&idr=101546&pa=8
    1
    ......
    Jeudi 14 Mai 2009 à 15:23
    Quand on a pas plus à  dire que ça, on laisse les Voyageurs à  leurs pensées, sur leurs nuages de ouate, à  attendre les beaux jours, les longues soirées. Un hivernage pas encore tout à  fait terminé.

    http://filsduvent.kazeo.com/?page=rubrique&idr=101546&pa=8
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :