• L'honneur et la fidelité chez les Gitans

     

    Le peuple Zingare tient toujours sa parole

     

        Hakkini Bougouri, héros malchanceux accusé d'être un maquignon à la place d'un autre, ne va jamais chercher à se venger ni à se plaindre d'avoir été ainsi accusé à tort.

    "Le peuple Zingare tient toujours sa parole." page 62

     

    La fidelité était alors une religion pour les femmes :

    "Dans ces strophes, aussi vieilles que vieille est la nation zingare, il était rappelé à la mariée que celle-ci devait obéissance, fidelité, dévouement, à l'homme qui prenait aujourd'hui charge d'elle." page 128 

    [...]

    "Souvent, les femmes gadjés ricanent à l'évocation d'un premier serment d'amour échangé ; chez nous, celle qui a donné son coeur un jour, ne le reprend jamais." page 206

     

    dans Hakkini Bougouri - Nomadisme (1930), par Alphonse-Louis LALLY

     

    Liens :

    Un exemple parlant : la fidélité des Tsiganes au paroxysme dans le récit de Maurice Magre

    « Naissance du peuple gitanLa pêche des Bohémiens »

  • Commentaires

    1
    luisofarles
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 19:29
    les femmes gadjia SVP
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :