• Bohémienne de mon coeur

     

              Elle vendait des paniers sur le parking d'un supermarché. Elle et d'autres allaient de place en place vers les personnes aux chariots pleins regagnant leurs véhicules.
    Je tentai de lire dans son coeur, dans son passé en pénètrant son regard. S'offusqua-t-elle de cette attitude cavalière à son égard ?
    Elle me lanca l'anathème définitif :
    - Tu feras ta femme cocue avant la fin de l'année !, avec quelque chose d'agressif, de méchant même faisant ressentir le trouble, la gène dans laquelle elle s'était trouvée.
    Je n'ai pas été tranquille jusqu'au dernier jour de décembre, redoutant une faute involontaire, une perte temporaire de la raison ou bien le grand amour qui, à entendre certains, nous transporte et nous change malgré nous.

     

    « ROMANES, AlexandreGitans voleurs de poules »

  • Commentaires

    1
    visiteur_lorine
    Lundi 2 Avril 2007 à 14:42
    personnellement je sors avec un gitan depuis 1an et je trouve que tous tes articles apportent un autre point de vue pour les gensqui se fient aux propos racistes ou aux critiques des autres. Je pense franchement qu'il ne faut pas juger les gens sans les connaitres vraiment. Félicitations pour tes articles. Lorine
    2
    nerina
    Jeudi 3 Décembre 2009 à 00:16
    C'est une bien jolie aventure ! J'imagine combien tu as lutté pour ne pas fauter...

    Je me suis un peu amusée :

    LA TZIGANE ET LE GADJO
    ( Gens du ruisseau)

    La tzigane ayant dansé
    tout l'été
    se trouva très peu vêtue
    quand la crise fut venue
    Elle chercha un p’tit gadjo
    Pour lui prendre son magot
    Non pas sur la bouche vermine
    Je ne suis pas ta voisine
    Le priant de contrôler
    Ses mains, s'il désirait vivre
    Jusqu'a la saison nouvelle
    -Tu peux payer lui dit-elle ?
    Ou j'te tue foi de tzigane
    Y a intérêt qu' tu étales
    Le gadjo n'est pas peureux
    Et c'est là son grand défaut:
    - Tu mérites l'échafaud
    Dit-il a cette allumeuse !
    Lui gros billets dépassants
    Qu'elle fauchait ne lui déplaise
    -Enervé ? J'en suis fort aise
    Puisses-tu courir maintenant
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :