• Jourda de Vaux de Foletier, François de

     

     

     

    François Jourda de Vaux de Foletier

    1893-1988

     

     

     

    Le monde des tsiganes, éditions Berger-Levrault, 1983.

    Broché, 20.5x28, 213pp, nombreuses illustrations.

    Au sommaire, entre autres articles : des pays de l'indus au monde occidental, la civilisation du cheval, latcho drom, l'étape et l'habitat, la vie quotidienne, la famille et le mariage, la mort, les attitudes religieuses, ressources et métiers divers,les arts du spectacle, médecine et magie, la bonne aventure, tsiganes et gadgé...

     

    * Mille ans d'histoire des Tsiganes, Fayard, 1970.

    Collection Les Grandes Études Historiques

    Chapitres :

    1) Les origines 2) De l'Inde à l'Europe Byzantine 3) Migration et dispersion des Tsiganes 4) Conflits avec les sédentaires 5) Les tsiganes et les pouvoirs publics 6) Les chefs Tsiganes 7) La religion 8) Dans les armées 9) Musique et danse 10) Bonne aventure, magie, art de guérir 11) Ressources et métiers divers des Tsiganes 12) Moeurs et coutumes 13) Tsiganes et non-Tsiganes 14) Les Tsiganes dans la littérature

     

    * Les Tsiganes dans l'ancienne France, Connaissance du Monde, 1961.

     

     

    * Les Bohémiens en France au XIXe siècle, Lattès, 1981

     

    Bohémiens, Tsiganes, Manouches, Gitans, quel que soit le nom qu'on leur donne, la provenance qu'on leur prête, ils fascinent la population des villes et des villages où ils passent. D'où ces légendes multiples qu'ont suscitées ces gens du voyage, nomades dont l'expérience reste, pour nous sédentaires, un mystère, voire une provocation.

    Grand spécialiste des Tsiganes, François de Vaux de Foletier, vient rétablir ici la vérité sur les Bohémiens tels qu'ils vécurent dans la France du XIXe siècle. Un texte important qui nous permet de poser un regard nouveau sur ces communautés qui ont si souvent inspiré la littérature romantique *.

     

     

      

    François de Vaux de Foletier, un grand bonhomme !

    En hommage au grand homme, un recueil signé Emmanuel Filhol, Benoît Jullien, Vladimir Gabas, Claude Belot (Préface)

     

    Mais pourquoi et depuis quand Foletier s'est-il intéressé aux Tsiganes ? Si vous avez des idées, n'hésitez pas à commenter cette pages. Vous êtes les bienvenus ;o) 

    Et pour initier, j'ai découvert dans un article de Monde et Voyages... Un article de journaliste dans la série "Les capitales" et qui s'intéresse à Sofia, en Bulgarie. Foletier, agé de plus de quarante ans, alors archiviste départemental de la Seine-Inférieure, s'essaye au journalisme international. A lire l'article de 4 pages, dont deux de photographies, on ne peut nier qu'il y soit allé, tellement les descriptions y sont animées. C'est la description d'une ville endormie sur son passé et la vie y est "calme", "propre", presque ennuyeuse nous laisse deviner l'auteur, les gens en majorité "habillés comme vous et moi" : une "grande ville où l'on peut faire d'excellentes saisons de repos".

    C'est dans les derniers paragraphes qu'il est question des Tziganes. Pas dans la ville mais dans les fêtes de villages alentours, la musique et les violons en particulier, nous introduisent... Une description sommaire des habits dans la danse "le horo" et Foletier précise qu'ils retournent vers les faubourgs, du côté de la rue Tatar. Un mariage "svadba" tzigane qui passe : c'est musique, couleur, vivacité. Cela tranche avec la vie de la capitale. Est-ce lors de cette "expédition" à Sofia qu'a eu lieu le déclic ? C'est possible. Déjà une vie derrière lui, passée dans les livres et les archives. Ça peut laisser des regrets et des envies d'ailleurs.

     

    Denis Toulmé, le 22 mai 2019, d'après l'article "Les capitales : Sofia" paru dans Monde et voyages n°126, mars 1936 (pages 131 à 134)

     

     

     

    Page dernièrement mise à jour dernièrement le 15/05/2019

     

     

     Liens :

     

     

    * Exemple de littérature romantique le court texte Une scène de Bohémiens par Auguste BARBIER

     

     

    Autres textes romantiques : Hakkini Bougouri, par Alphonse-Louis LALLY

    * Sofia, une grande ville des Tziganes :

    « Cours de rromani (romani, romanes ou romi) sur le NetJAYAT, Sandra »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :