• Le Tsigane à la guerre, très noir

     

     

    Le Tsigane à la guerre

     

     

          La bataille fait rage, elle se tourne en défaite pour l'armée du Tsigane. Les soldats commencent à fuir, le Tsigane les imite, poursuivi par la mitraille et les coups de canon.

    Soudain, dans sa course, l'homme entend un appel :

    - Compagnon, sauve-moi, j'ai perdu ma jambe.

    Le Tsigane a bon coeur, il ramasse le blessé, le hisse sur son dos et le sauve. Seulement, la canonnade continue, et voilà qu'un boulet emporte la tête du blessé. Le Tsigane ne s'aperçoit de rien, galope, rejoint son camp et se précipite à l'infirmerie :

    - Docteur, docteur, il faut soigner ce blessé.

    Le médecin regarde, hausse les épaules :

    - Que veux-tu que je lui fasse : il n'a plus de tête.

    - Quoi ?

    Le Tsigane est stupéfait. Il dépose le cadavre à terre.

    - Ca alors, quel menteur celui-là. Il m'avait seulement dit qu'un boulet lui avait enlevé la jambe...

     

    Conte recueilli par Bertrand Solet  et issu de l'ouvrage Mille ans de contes tziganes, Milan, 1997.

     

    Guernica (détail), Pablo Picasso, 1937, Musée du Prado (Madrid).

    « SOLET, BertrandVoleurs d'enfants, les Bohémiens »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :