• Les Cinq sous des Bohémiens

     

     

    Les Cinq sous des Bohémiens

     

     

               Quand le roi des Juifs apprit que Jésus était né, il donna l'ordre à ses soldats de mettre à mort tous les enfants de son royaume au dessous de deux ans. La Mère Vierge et Joseph connurent bientôt cet ordre et se préparèrent à quitter le pays. Mais il fallait passer par une ville et ils ne savaient comment faire pour cacher l'enfant aux soldats.

      Une Bohémienne suivait la même route. Elle vit leur embarras et leur dit :

    - Mettez le petit dans mon bissac, je le ferai bien passer, moi, à la barbe des soldats.

      La Sainte Vierge remercia bien la Bohémienne et arrangea, du mieux qu'elle put, l'enfant dans le bissac.

      Les soldats qui gardaient la porte la laissèrent passer sans lui rien dire, non plus qu'à Joseph, mais ils arrêtèrent la Bohémienne.

    - Que caches-tu dans ton bissac, vieille coquine !

    - Un enfant, mes amis, le plus beau du monde.

    - Si tu portais un enfant, tu ne le dirais pas.

      Les soldats étaient rangés de chaque côté de la porte et l'enfant Jésus passa au milieu d'eux, dans le bissac de la Bohémienne.

      Pour récompenser les Bohémiens d'avoir caché l'enfant Jésus aux soldats du roi, le bon Dieu leur a permis de voler cinq sous par jour. S'ils en prennent davantage, ce qu'ils font le plus souvent qu'ils peuvent, ils  ne sont responsables que du surplus, d'après la permission du bon Dieu.

     

    Légende rapportée par J.-F. Cerquand recueuillie dans l'ouvrage Contes populaires et légendes du Pays Basque, Éditions des Presses de la Renaissance, 1978.

     

     

    Mettez le petit dans mon bissac, je le ferai bien passer, moi...

    La Bohémienne
    (pastel sur papier blanc, 32 x 38 cm) Copyright F. Wronecki

     

     

    Liens :

    Une autre légende, également en rapport avec Jésus et le Christianisme, le mythe du 4e clou de la croix : http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1083838

    « Les Roms, la mémoire retrouvée par Benoît Califano et Laure PradalLe carnet de circulation pour les Tsiganes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :