•  

     

    "Mais le printemps passera. Les forêts déménageront comme une armée de romanichels..."

     

     In, Déjeuners de Soleil, Gallimard L'Imaginaire, 1999, P.96

     

     

    Léon-Paul Fargue, poète français de la première moitié du XXe siècle connaissait les Bohémiens mais quasi-uniquement ceux qui passaient en ville : une grande partie de son oeuvre a pour cadre Paris qu'il ne quitta que très peu.

    A leur grande différence, il n'avait pas de cheval. Préférait la marche à pied. Pourtant, toujours solitaire, à cheval sur la modernité et l'ancien monde, à l'image de sa vie (sa jeunesse au XIXe siècle, sa vie d'adulte, de poète, au XXe), sa relation au nomadisme est complexe comme le prouve les quelques extraits suivant.

    Fargue et les Bohémiens ou nomades

    Fargue jeune, au tournant du XIXe et du XXe siècle

     

     

    "La cigale n'ira plus chez la fourmi sa voisine. Mais quelle idée avions-nous eue de danser tout l'été ?..."

    In, Déjeuners de soleil, Gallimard L'Imaginaire, 1999, p.59

     

     

    "Je rêve de chefs-d'oeuvre joués à la diable dans des granges par des comédiens nomades."

    n, Déjeuners de soleil, Gallimard L'Imaginaire, 1999, p.158

     

    "... Je ne puis m'empêcher de devenir farouchement optimiste, rien qu'à voir le sourire en coin, l'unique et splendide décoration, la démarche allègre, la barbe joyeuse, la narine impatiente et la désinvolture chasseresse des vagabonds, ces rois de l'été..."

    n, Déjeuners de soleil, Gallimard L'Imaginaire, 1999, p.59

     

     

    Fargue et les Bohémiens ou nomades

    Une soirée superbe. Merci à tous. D. Toulmé

     

     

     

     

     

     

    Page mise à jour dernièrement le 14/07/2017

     

     

     

    Liens :

     

    * Faire des 8 sur le sol : une spécialité de Champalu que Fargue semblait connaître : http://filsduvent.kazeo.com/Champalu-à-Vendôme-le-marginal-devenu-prince-a121152194

    *


    votre commentaire
  • Actualité du drame de Seur (41) Un jeune délinquant lâchement assassiné par une police surarmée

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Jean-Marie Le Pen condamné à 5 000 euros d'amende en appel pour des propos sur les Roms

    L'ancien président du FN avait qualifié la présence des Roms d'"urticante" et d'"odorante", en 2013.

    Jean-Marie Le Pen arrive au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 5 octobre 2016.Jean-Marie Le Pen arrive au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 5 octobre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)


    France Télévisions

    Mis à jour le 27/02/2017 | 15:19
    publié le 27/02/2017 | 14:47

    "Vous avez quelques soucis, paraît-il, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons odorante. Ceci n'est que le petit morceau de l'iceberg", avait notamment déclaré Jean-Marie Le Pen.

    "Des termes que je maintiens"

    "Ce sont des termes que je maintiens parce que je les ai pensés", a expliqué à la barre le père de Marine Le Pen, qui devra payer 2 000 euros de dommages et intérêts à SOS Racisme, partie civile. La Ligue des droits de l'homme, partie civile en première instance, recevra 1 000 euros.

    "Leur présence est urticante pour la population, oui, les gens se plaignent", a estimé Jean-Marie Le Pen à l'audience. "Odorante, il suffit d'avoir visité un camp de Roms pour s'en rendre compte, olfactivement parlant", a-t-il poursuivi, assurant être "payé pour dire ce que pensent les électeurs". "La haine est un sentiment qui m'est parfaitement étranger", a-t-il assuré.

    Déjà condamné au moins huit fois

    "Je ne sais pas si la haine est un sentiment présent chez M. Le Pen. Ce n'est pas ce qu'on lui reproche, ce qu'on lui reproche, ce sont des propos qui sont de nature à jeter l'opprobre sur cette communauté", lui a répondu l'avocat général.

    Jean-Marie Le Pen a été condamné à au moins huit reprises depuis le début des années 1990 pour des propos racistes ou négationnistes. Il a encore été mis en examen, le 11 février, pour provocation à la haine, après s'en être pris à Patrick Bruel. En juin 2014, dans une vidéo publiée sur le site du FN, à l'évocation du nom de l'artiste d'origine juive, il avait déclaré : "Ecoutez, on fera une fournée la prochaine fois !"

    Source : France-infos


    votre commentaire