•  

    Jonathan Littell, écrivain franco-américain a écrit un roman important  publié en 2006.

    Vu dans "Les Bienveillantes" de Jonathan Littell, Maximillien Aue, le personnage principal commet des exactions, SS chez les Einsatzgruppen. Il vient à rencontrer le Chancelier allemand :

     

    "Au fur et à mesure que le Führer se rapprochait de moi [...] mon attention se fixait sur son nez {...] c'était clairement un nez slave ou bohémien, presque mongolo-ostique. Je ne sais pas pourquoi ce détail me fascinait..."

    IP.880, Les Bienveillantes, Editions Gallimard, 2006

     

     

    Le roman Les Bienveillantes a reçu le Grand Prix de l'Académie Française ainsi que le prix Goncourt à sa parution en 2006.

     

    Ce fait  m'est revenu après avoir croisé ce jour J. Littell dans l'exposition des 500 ans de Léonard de Vinci (Musée du Louvre). Peu de cas des Tziganes, pour autant, dans ce livre fleuve. Cela montre l'absurdité de discriminer et de stigmatiser un peuple, une ethnie, d'après des critères physiques. D. Toulmé le 31 décembre 2019.

    A quelques exceptions près, les Tziganes dans les occurences suivantes :

     

    Tsigane, Turek P. 227, 229 ; Typhus P. 563 ; Bohémien P. 880; Tsigane P. 76 (plus dangereux...)

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Montreuil-Bellay, le samedi 29 octobre 2016

    Reconnaissance du Rôle et de la responsabilité de la France dans l'internement des populations nomades

    Abrogation des lois entourant le livret de circulation en vigueur depuis 1969

     

    img_4344-2

    "Le jour est venu et il fallait que cette vérité soit dite", a déclaré François Hollande. Le chef de l'Etat a reconnu samedi 29 octobre la responsabilité de la France dans l'internement de milliers de Tsiganes par le régime de Vichy, durant la seconde guerre mondiale et jusqu'en 1946. Il a prononcé un discours sur le site de cet ancien camp d'internement de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire). C'était la première fois qu'un président de la République se rendait sur les lieux.

    La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame.

    François Hollande

    franceinfo

    Vidéo de l'événement : https://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/video-hollande-reconnait-la-responsabilite-de-la-france-dans-l-internement-de-milliers-de-tsiganes-durant-la-seconde-guerre-mondiale_1895705.html

    Seconde vidéo NR/Orange: https://video-streaming.orange.fr/actu-politique/video-montreuil-bellay-francois-hollande-rend-hommage-aux-internes-tsiganes-CNT0000019v8A6.html

     

    Partie du monument souvenir

    Les vidéo complète et discours écrit du Président ce jour-là ne sont plus disponible en ligne en date du 22/12/2019

     

    Liens :

     

    * Le livret de circulation a remplacé le carnet anthropométrique en 1969 : http://filsduvent.kazeo.com/Le-carnet-de-circulation-pour-les-tsiganes-a121151182

    * Le livret anthropométrique en vigueur depuis 1912 : http://filsduvent.kazeo.com/Le-carnet-anthropometrique-pour-les-tsiganes-a121151168


    votre commentaire
  • Le camp d'internement pour les Tziganes de Jargeau (45), France 

     

    Jargeau, erreur et/ou mépris des Voyageurs

    Par ignorance et/ou par mépris, une erreur s'est glissée dans ces panneaux : la photographie du carnet anthropométrique n'est pas celle d'un tzigane interné dans le camp de Jargeau. c'est son petit-fils qui me l'a dit lors des commémorations du 73e anniversaire de la libération du camp en décembre 2019.

    En effet, le petit-fils a confié des archives mais on ne lui a pas demandé plus pour afficher la photo de son grand-père qui n'a jamais été interné dans un camp aux dires de son petit-fils. Incroyable mai vrai !

     

    Ces plaques sont situées devant le collège du Clos-Ferbois sis, sur l'ancien site du camp d'internement des Tziganes de Jargeau, dans le Loiret (France). Dans ce collège est élevée une stèle gravée à la mémoire des Tziganes (mais pas seulement) internés au cours et après la Seconde Guerre Mondiale notamment.

     

    Stèle à l'endroit de l'internement des Tziganes

     Plaque commémorative à l'intérieur du collège de Jargeau et les mots de Jean Guéhenno

     Au cours de la cérémonie du 73e anniversaire de la libération du camp, nous avons pu entendre de la part des officiels présents qu'aucun Tzigane n'aurait été déporté et que la France de Vichy se serait contenté d'interner et de priver de liberté nos amis. Ce sur quoi Raymond Gurême et moi-même nous sommes interrogés et Raymond de dire dans son souvenir qu'il y en avait. Certainement appuyais-je. Comment et pourquoi se montrer aussi péremptoire ? Moi-aussi, ça m'a interrogé. Qu'est-ce qui empêchait alors Vichy de se débarrasser de personnes gênantes parce qu’intelligentes, réfractaires en particulier ? Je vous laisse juge.  D. Toulmé le 17 décembre 2019.

     

     

    Jargeau, erreur et/ou mépris des Voyageurs

    Commémoration 2019, Raymond Gurême en manteau gris, la lanterne sur le monument éteinte.

     

     

    Mis à jour dernièrement le 22/12/2019

     

     

     

    Liens :

    * Concernant le carnet anthropométrique utilisé jusqu'en 1969 en France : http://filsduvent.kazeo.com/le-carnet-anthropometrique-pour-les-Tsiganes-a121151168

    * Cet article se trouve dans l'onglet "Samudaripen, génocide des Tziganes au cours et après la Seconde Guerre Mondiale, voir son actualité : http://filsduvent.kazeo.com/Samudaripen-génocide-des-Tsiganes-durant-ww2-c27543186

    * Le témoignage de Raymond Gurême, l'un des derniers témoins tzigane de leur internement et de la volonté de la France de Vichy de se plier aux volontés du IIIe reich allemand : http://filsduvent.kazeo.com/Gurême-Raymond-a121152660

     

    * Lien wikipédia vers Jean Guéhenno, résistant français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean Guéhenno


    4 commentaires