•  

     Juli Borissovitch Bryner dit

     Yul Brynner

    1920-1985

     

    Yul Brynner - JungleKey.fr Wiki 

     

    BIOGRAPHIE

        Jusqu’à sa mort Juli Borissovitch Bryner dit Yul Brynner ne cessa d’alimenter la légende de ses origines, si bien que celles-ci restèrent nimbées de mystère. Etait-il né en 1915 ou 1920, sur l’île de Sakhaline ou sur le continent, à l’extrême pointe orientale de la Russie ? Avait-il des ascendances mongoles et tsiganes ? Eut-il pour nom Taidje Khan ? Plus probablement et prosaïquement fils d’un ingénieur d’ascendance suisse et bouriate et d'une mère issue de l'intelligentsia, petite-fille d'un médecin juif converti à l’orthodoxie, l’acteur serait né à Vladivostok en 1920. Après que son père a abandonné le foyer familial, en 1927, il suit sa mère en Chine, à Harbin (Mandchourie), où sa sœur et lui fréquentent une école de la YMCA. En 1934, la famille émigre en Europe et s’installe à Paris. Pour gagner sa vie, le jeune homme chante et joue de la guitare la nuit dans les cabarets, se liant notamment aux musiciens tsiganes qu’il accompagne. On le retrouve ensuite trapéziste au Cirque d’Hiver, puis, après un grave accident qui l’éloigne de la carrière d’acrobate, machiniste et acteur au théâtre des Mathurins dirigé par George Pitoëff. En 1941, nouveau départ, aux Etats-Unis cette fois, où le futur acteur, francophone, travaille dans un premier temps comme speaker auprès du US Office of War Information, lequel diffuse des programmes à destination de la France occupée. Il étudie également le théâtre, pose comme modèle et commence à se produire à Broadway.

    En 1949, Yul Brynner fait ses premiers pas au cinéma dans La Brigade des stupéfiants, seul film dans lequel il apparaît avec sa chevelure naturelle. La métamorphose aura lieu deux ans plus tard, en 1951, lorsque l’acteur se rend célèbre en interprétant à Broadway le roi de Siam dans l’opérette de Richard Rodgers et Oscar HammersteinThe King and I. Un rôle emblématique qui lui vaut un Tony Award et qui deviendra véritablement le rôle d'une vie, puisque Yul Brynner le jouera plus de 4500 fois au cours de diverses productions (sans oublier une version télévisée, Anna et le roi, en 1972). Surtout, la transposition cinématographique dirigée par Walter Lang en 1956 fait de lui une star à Hollywood, et lui permet de remporter l’Oscar du meilleur acteur. Apparu depuis 1951 le crâne rasé pour interpréter son personnage, Yul Brynner n’abandonnera plus, rôles à perruque mis à part, ce look iconique qui définit une fois pour toutes sa singulière silhouette.

    La même année 1956, il incarne Ramsès dans la méga-production de Cecil B. DeMilleLes Dix commandements, triomphe au box-office et classique absolu pour lequel il endure une minutieuse préparation physique. Après avoir ainsi donné la réplique à Charlton Heston, il renoue en quelque sorte avec son destin d’émigré en partageant l’affiche d’Anastasia avec Ingrid Bergman, toujours en 1956. Une fibre russe que l’acteur continue de faire vibrer en incarnant l’aîné des Frères Karamazov dans l’adaptation du roman de Dostoïevski par Richard Brooks en 1958, et un officier soviétique dans Le Voyage, d’Anatole Litvak (1959). Nouvelle adaptation littéraire en 1959 avec Le Bruit et la fureur de Martin Ritt, avant un retour en France et une apparition dans Le Testament d'Orphée (1960) de Jean Cocteau. Acteur typé, Yul Brynner campe aussi bien Salomon (Salomon et la reine de Saba, de King Vidor, 1959) que Taras Bulba (1962) ou le chef Aigle noir des Rois du soleil (1964), tourne au côté de Marlon Brando (Morituri, 1965), Orson Welles (La bataille de la Neretva, 1969) et Katharine Hepburn (La Folle de Chaillot, 1969). En 1960, son magnétisme fait de lui l'incontestable leader des Sept mercenaires de John Sturges, au côté de Steve McQueen, immense succès mondial. Les années 1970 seront moins fructueuses, qui le voient néanmoins, pistolero robotique, tourner le "western d’anticipation" Mondwest (Michael Crichton, 1973) et sa suite, Les Rescapés du futur (1976).

    Au milieu des années 1980, un cancer du poumon est diagnostiqué à ce grand fumeur. Amant probable de Marlene Dietrich dans les années 1950, marié à quatre reprises, parrain de Charlotte Gainsbourg, l’acteur, qui fut également photographe, s’éteint le 10 octobre 1985, soit le même jour qu’un certain Orson Welles, son ancien partenaire à l’écran.

    Biographie provenant du site AlloCiné, 12/2020

     

    Terrassé par le cancer du poumon, il conseillera aux gens de ne pas fumer. 

    Yul Brinner repose en Touraine, dans la petite commune richelaise de Luzé (37), dans le cimetière orthodoxe de l'Abbaye de Bois Aubry

     Juli Borissovitch Bryner dit Yul Brynner

     

    Photographie : site Rustica.fr, 2020

     

     

     

    Pour les 100 ans de sa naissance, une journée lui est consacrée le dimanche 13 décembre 2020 sur ARTE (chaîne 7) :

     

    18h00 à 18h50 : retour sur sa vie, documentaire :

    "Les mille et une vies de Yul Brynner"

     

    20h55 sur Arte : Le film "Les 7 mercenaires" de John Sturges, 1960.

     

     Juli Borissovitch Bryner dit Yul Brynner

     Juli Borissovitch Bryner dit Yul Brynner

     Juli Borissovitch Bryner dit Yul Brynner

     

     

     

    Liens :

    * Une autre personnalité du monde tzigane, Matéo Maximoff, l'un des premiers (le plus grand ? ) écrivains du monde du Voyage : http://filsduvent.kazeo.com/Maximoff-Mateo-a121151282

     

    * "Pour les Tziganes, Yul Brynner est un Dieu" l'article du Parisien (2019) et la visite de la tombe : https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/sepulture-de-Yul-Brynner-un-mercenaire-en-touraine-13-08-2019-8132739.php

    * Pour les 30 ans de a disparition, l'article de France Bleu : https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/Yul-brynner-30-ans-apres-sa-mort-l-abbaye-de-bois-aubry-se-souvient-1444405538

    * Yul Brynner photographe : http://www.VeroniqueChemla.info/2010/10/Yul-Brynner-photographic-journey.html

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • "...Une espèce de bruit, avec une espèce d'objet..."

     

    Töpffer et les Bohémiens

     

     

    Rodolphe Töpffer (1799-1846), que j'adore lire par ailleurs, ne semble pas goûter la présence de Bohémiens ou, plus exactement, la musique et les chansons. Juste quelques lignes pour se rendre compte :

     M. Tôpffer, écrivain suisse  emmène ses pensionnaires en vacance en randonnée à travers les Alpes et au delà jusqu'en Italie et en France. A cette occasion, il prend des notes et relate les mésaventures du petit groupe. Dans l'extrait qui suit, ils prennent le petit déjeuner en devisant et soudain entendent de la musique...

     "... C'est une Bohémienne aidée d'un enfant. Ils font sur une espèce de corps sourd, une espèce de bruit, avec une espèce d'objet, et l'on va passer aux hypothèses, lorsque le bruit devenant intolérable on paie pour le faire cesser, et l'on part le sac sur le dos."

     

    In, Derniers voyages en Zigzag, Editions Plaisir de Lire, tome 1, P.P. 76 (Fac-similé de l'édition de la librairie A. Julien, éditeur à Genève, 1910)

     

     

    Töpffer et les Bohémiens

     

    Un peu juste comme description et comme relation ! A voir si ailleurs, il parle de ces "bohémiens" mais, pour avoir lu, une partie non négligeable de ses oeuvres, c'est la première fois que je constate qu'il y fait référence.

    Au fait, ça peut être quoi cette musique, cet instrument, intrigant non ? Un cymbalum peut-être ? Merci d'avance pour vos éclairages et précisions. D. Toulmé le 1er décembre 2020.

     

    **********

    R. Töpffer est, par ailleurs, l'un des "inventeurs" de la Bande Dessinée. Il est l'auteur entre autres récits édités en albums, de l'Histoire de M. Crépin.

    Töpffer et les Bohémiens

     

     

    Liens :

    * La Bande Dessinée en rapport avec le monde des Voyageurs sur le site des Fils du Vent sans Pays : http://filsduvent.kazeo.com/la-bd-c-est-fantastique-c27543246

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Giardino et sa Rhapsodie Hongroise

     

    Rhapsodie Hongroise (Max Fridman #1) by Vittorio Giardino

    L'espion de Giardino, dessinateur de BD italien né en 1946, Max Fridman, rigide et statique à souhait, au cours de son enquête, est amené à suivre une belle bohémienne dresseuse d'ours, musicienne (cymbalum), Rozsa, assistante de Zadig dans sa verdine.

     

    Giardino et Max Fridman en roulotte

     

     

    ...Et ça n'est pas un piège puisque notre héros rencontre, à cette occasion, un allié disert, Zadig.

     

    "Chacun de nous a un peu du bohémien, pas vrai ?"

    Un Zadig qui cite ensuite Baudelaire... Et de qui on apprend que "toute les Bohémiennes ont la main leste". Une phrase pleine de sous-entendus bien à la mode en cette fin des années 30 quoique peu explicite ici, comme de nos jours malheureusement.

    Giardino et Max Fridman en roulotte

     

    Nous sommes donc invités à visiter une roulotte ancienne à la fin des années 1930. Son fourneau, sa structure de bois

     

    Giardino et Max Fridman en roulotte

     

    * Avoir "la main leste" , synonymes : être prompt à frapper (Wikipédia), à gifler (Larousse) "très rapide pour infliger des gifles, des coups en guise de réprimandes. Se dit d'une mère qui gifle rapidement ses enfants, par exemple", 

     

    "avoir la main lourde"(Wikipédia)

    Mais à la fin de 1930, ça voulait dire quoi ? Le sens des mots et expressions évolue... Et dans la bouche de Zadig... Moi j'ai senti du mépris, voir du racisme : quand on prononce les mot "tous les ... sont des ...", mais aussi, "ces gens-là", on a fort à parier que la personne est raciste. (je ne parle pas du dessinateur, bien sûr)D. Toulmé, le 19 novembre 2020.

     

     

    mis à jour dernièrement le 30/11/2020
     

     

    Liens :

    * Le poème de Charles Baudelaire, Bohémiens en voyage sur le site des Fils du Vent sans Pays : http://filsduvent.kazeo.com/Baudelaire-bohemiens-en-voyage-a121151800

    * Les métiers des Bohémiens : révisions et initiations : http://filsduvent.kazeo.com/metiers-exerces-revenus-des-gens-du-voyage-a121150582

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire